L'École moderne française

L'École moderne française est un ouvrage de Célestin Freinet, publié en 1946. Il se présente comme un manuel présentant la pédagogie et les méthodes développées par Célestin Freinet.

Freinet y présente l'école comme il la perçoit et comme il l'a mise en œuvre : la classe comme coopérative centrée sur l'activité de l'élève. De nouvelles techniques et un nouveau matériel, censés susciter l'intérêt de l'élève, sont mis en place : bibliothèque, journal scolaire, imprimerie, jardin scolaire, élevage, etc. Pour Freinet, faire de l'école un lieu « où l'on prétend initier l'enfant à coups de leçons, d'exercices de mémoire, de pensums à un intellectualisme qui le dépasse [...] un milieu éducatif adapté aux besoins des enfants [...] voilà notre pedigree pédagogique ».

Partant du principe qu'il faut éduquer le peuple pour progresser, et malgré les mouvements contestataires à son égard, Freinet décide alors de créer une école privée à Vence, non sans déchirement car Freinet est un fervent socialiste qui veut promouvoir une « éducation populaire ».

Freinet reste avant tout un praticien de la pédagogie, inspiré par les psychologues de son époque. Il signa un Essai de psychologie sensible appliquée à l'éducation en 1950, dans lequel il met l'accent sur l'importance du « tâtonnement expérimental » qui permet à l'enfant de construire ses connaissances. Freinet veut promouvoir une véritable pédagogie du travail : « Toute méthode est regrettable qui prétend faire boire un cheval qui n'a pas soif. Toute méthode est bonne qui ouvre l'appétit de savoir et aiguise le besoin puissant de travail » [1].

Notes et référencesModifier

  1. Les Dits de Mathieu, 1959