Ouvrir le menu principal
Kwangmyŏngsŏng 4
Données générales
Organisation Comité coréen de la technologie spatiale
Programme Kwangmyŏngsŏng
Type de mission observation de la Terre
Lancement
Identifiant COSPAR 2016-009A

Caractéristiques techniques
Orbite
Orbite orbite héliosynchrone
Périgée 465 km
Apogée 502 km
Période 94 minutes, 24 secondes
Inclinaison 97.5°

Kwangmyŏngsŏng 4 (hangeul : 광명성 4호 ; hanja : 光明星4號) ou KMS 4 est un satellite d'observation de la Terre de classe Kwangmyŏngsŏng lancé le par la République populaire démocratique de Corée à l'aide d'un lanceur Unha à la base de lancement de Sohae dans la province du Pyongan du Nord.

Sommaire

Pré-lancementModifier

Le 2 février 2016, la Corée du Nord annonce à l'Organisation maritime internationale son intention de lancer un satellite d'observation de la Terre Kwangmyŏngsŏng avec une fenêtre de lancement du 8 au 25 février entre 22:30 UTC et 03:30 UTC[1]. L'annonce inclut également les zones de dépôt pour le premier étage, le carénage de charge utile et le deuxième étage de la fusée. Ces zones sont semblables à celles désignées pour le lancement de Kwangmyŏngsŏng 3 numéro 2[2].

Le 6 février 2016, la Corée du Nord annonce à l'Organisation maritime internationale que la fenêtre de lancement est avancée du 14 au 7 février[3].

LancementModifier

Le satellite est lancé le 7 février 2016 à 00:30 UTC à proximité d'une orbite héliosynchrone adapté pour un satellite d'observation de la terre[4], à l'aide d'un lanceur Unha[5], à la base de lancement de Sohae dans la province du Pyongan du Nord.

Réactions internationalesModifier

Le gouvernement nord-coréen organise un feu d'artifice le 7 février 2016 afin de commémorer le lancement[6].

Le lancement est accusé d'être un test d'un missile interdit (Unha est la version de lancement de satellites Taepodong-2) capable de frapper les États-Unis. Le lancement a été fermement condamné par le Conseil de sécurité de l'ONU qui le qualifie de « provocation intolérable »[1].

Le lancement incite la Corée du Sud et les États-Unis à déclarer qu'ils allaient explorer la possibilité de déployer le Terminal High Altitude Area Defense (THAAD), un système de défense antimissile de pointe en Corée du Sud, fortement contesté par la Chine.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Tollé international après un tir de « fusée » par Pyongyang », sur lemonde.fr, (consulté le 8 février 2016)
  2. Martyn Williams, « Launch notification reveals rocket drop zones », sur North Korea Tech - 노스코리아테크 (consulté le 17 février 2016)
  3. Martyn Williams, « All systems go? DPRK brings forward launch window », sur North Korea Tech - 노스코리아테크 (consulté le 17 février 2016)
  4. « North Korea’s Space Launch: An Initial Assessment | 38 North: Informed Analysis of North Korea », sur 38north.org (consulté le 17 février 2016)
  5. (en-GB) « North Korean rocket puts object into space, angers neighbors, U.S. », sur Reuters UK (consulté le 17 février 2016)
  6. « North Korea satellite 'tumbling in orbit' - CNN.com », sur CNN (consulté le 17 février 2016)