Kurt Feldt

général allemand

Kurt Feldt, né le à Schmentau, arrondissement de Marienwerder (de) en province de Prusse-Occidentale et mort le à Berlin en Allemagne, est un General der Kavallerie allemand qui a servi au sein de la Heer dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Kurt Feldt
Kurt Feldt

Naissance
Schmentau, arrondissement de Marienwerder (de), en province de Prusse-Occidentale
Décès (à 82 ans)
Berlin, Allemagne
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance  Empire allemand
 République de Weimar
 Troisième Reich
Arme Deutsches Reichsheer
Reichswehr
Wehrmacht, Heer - Cavalerie
Grade General der Kavallerie (Général de corps d'armée)
Années de service 19091945
Commandement 1. Kavallerie-Division
24. Panzer-Division
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer

Il a été récipiendaire de la croix de chevalier de la croix de fer. Cette décoration est attribuée pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire avec succès.

Biographie modifier

1914-1918 : Première Guerre mondiale modifier

1939-1945 : Seconde Guerre mondiale modifier

Pendant les premières années de la Seconde Guerre mondiale, sa division 1. Kavallerie-Division a été impliquée dans de nombreuses campagnes et de batailles. L'action la plus notable a été l'occupation des provinces du nord des Pays-Bas en , menant à la bataille de l'Afsluitdijk.

La 1. Kavalleriedivision se bat devant Chartres contre le 26ème RTS du colonel Perretier, dont les officiers sont fait prisonniers dans l'église de Chateaudun et les soldats envoyés au Frontstalag de Voves. L'un des tirailleurs sénégalais est enfermé avec Jean Moulin dans un pavillon de l'hopital de Chatres. Le premier acte de résistance du préfet Moulin consistera à nier les exactions supposées des tirailleurs. Cet épisode est mis en scène dans une pièce de théâtre : "Le mémorial de Chartres" de Gérard Valin-Ruggiero del Ponte.
Le général Feldt commande les opérations de capture de Saumur, le siège de la cavalerie française, où se trouvait l'école du Cadre noir commandée par le colonel Charles Michon. Il fait rendre les honneurs militaires aux élèves aspirants français dits "Cadets de Saumur", dont les combattants rescapés sont faits prisonniers et internés dans l’enceinte de École de cavalerie de Saumur, puis rassemblés dans le parc du château de Chavigny à Lerné (Indre-et-Loire) le . Le général Feldt se montre compréhensif et considère que l’École de Cavalerie est un établissement de perfectionnement militaire et non une Unité combattante. Par mesure de clémence, et impressionné par leur défense héroïque et désespérée, le général Feldt décide de relacher les cadets, et de leur accorder quarante-huit heures pour rejoindre la ligne de démarcation. Ce qu'ils font, au terme d'une marche de quatre-vingt quinze kilomètres, à Beaulieu-lès-Loches[réf. nécessaire]. Pour entrer en zone libre, au pas cadencé et chantant Quand Madelon..., les Cadets de Saumur et leurs officiers se voient rendre les honneurs par les soldats allemands gardant la ligne de démarcation[1]. Lorsque la 1. Kavalleriedivision est transformée en 24. Panzer-Division en 1942, Feldt devient Befehlshaber Sud-Ouest en avril et plus tard la même année commandant de la Wehrkreis VI (Westphalie). En , il est transféré au Danemark en tant que général dans l'état-major du commandant de la Wehrmacht, Generaloberst der Infanterie, Kommandeur Heeresgruppe Norwegen, Nikolaus Falkenhorst. En 1944, il combat en France et aux Pays-Bas contre les alliés avant d'être capturé par les Britanniques le et libéré en 1947. Vivant à Berlin, Stahnsdorf, il est décédé à l'âge de 83 ans le et est enterré sur le Cimetière de Stahnsdorf aux abords de Berlin.

Après 1945 modifier

Vie Privé modifier

Kurt Feldt avait eu 2 fils officiers, l'un mort dans la Campagne de Pologne (1939) et le second est mort à Dunkerque en .

Carrière modifier

Commandements militaires modifier

  • commandant de la 1 brigade de cavalerie
  • du au  : commandant de la 1re division de cavalerie (1. Kavallerie Division).
  • du au  : commandant de la 24e Panzerdivision.
  • du au  : en réserve de l'OKH.
  • du au  : commandant du district militaire B de la France (Militärverwaltungs Bezirke B ou Oberfeldkommandantur).
  • du au  : commandant du district militaire du Sud-Ouest de la France (Militärverwaltungs Bezirke Südwestfrankreich ou Oberfeldkommandantur).
  • du au  : commandant Befehlshaber Abschnit III (Marne).
  • du au  : chef du corps d'armée Feldt (Korps Feldt).
  • du au  : détaché auprès du commandant en chef au Danemark (General z.b.V. Wehrmachtbefehlshaber Dänemark) et commandant du corps d'armée Süd-Jutland (Korps Süd Jütland).

Décorations modifier

Références modifier

  1. Anne-Guillaume Serre, « 18 juin 1940 : Les Cadets de Saumur devancent l'appel », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
Source

Bibliographie
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. (ISBN 3-7909-0284-5).
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. (ISBN 978-3-938845-17-2)
  • Gérard Valin-ruggiero del Ponte, Le mémorial de Chartres, L'Harmattan, 2013, 110 P. (isbn 978-2-343-00558-4)
Liens externes