Musée d'Histoire de l'art de Vienne

musée d'art à Vienne, Autriche

Le musée d'Histoire de l'art de Vienne (en allemand : Kunsthistorisches Museum) de Vienne, en Autriche est un musée d'art considéré comme l'un des premiers musées d'art ancien du monde.

Musée d'Histoire de l'art de Vienne
KHM Logo neu.svg
Maria-Theresien-Platz in Wien.jpg
Le Kunsthistorisches Museum - façade de style néo-Renaissance sur la Maria Theresien Platz
Informations générales
Type
Ouverture
Visiteurs par an
559 150 (2010)[1]
Site web
Bâtiment
Construction
Depuis , depuis et -Voir et modifier les données sur Wikidata
Architectes
Protection
Denkmalgeschütztes Objekt (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Adresse
5 Burgring (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

HistoriqueModifier

Le musée d'Histoire de l'art a ouvert ses portes le sous le règne de l'Empereur François-Joseph pour abriter les collections constituées au fil des siècles par la Maison des Habsbourg. Contrairement à de nombreux autres musées nationaux (musée du Louvre, musée de l'Ermitage, etc.) qui sont d'anciens palais, la fonction du bâtiment qui l'accueille a été fixée dès la construction.

Le bâtimentModifier

Le musée d'Histoire de l'art est situé sur le boulevard circulaire, le Ring, dans un bâtiment imitant le style de la Renaissance italienne entrepris en 1871 et achevé en 1891. Le Kunsthistorisches Museum, avec son bâtiment jumeau, le musée d'histoire naturelle en face, est l'un des grands bâtiments historicistes les plus importants de l'époque de la Ringstrasse. L'impressionnant escalier du musée abrite des œuvres de Gustav Klimt, Ernst Klimt, Franz Matsch, Hans Makart et Mihály Munkácsy. Chaque année, plus de 600 000 personnes (dont 75 % d'étrangers) le visitent[2].

CollectionsModifier

Les collections du musée d'Histoire de l'art, issues notamment des anciennes collections impériales autrichiennes de la dynastie des Habsbourg, rassemblent des œuvres allant de l'Antiquité égyptienne et grecque jusqu'au XVIIIe siècle, dans le domaine des arts décoratifs, et de la peinture.

Au rez de chaussée et à l'entresol, on trouve les collections égyptiennes et proches-orientales, ainsi que les antiquités grecques, étrusques et romaines. A l'entresol sont réunies les sculptures et les arts décoratifs.

Tout le premier étage est consacré à la peinture : l'aile gauche est réservée aux écoles flamande, hollandaise et allemande ; l'aile droite, aux écoles italienne, espagnole et française.

Au deuxième étage, les salles de la galerie annexe (Sekundärgalerie) rassemblent des centaines d'œuvres flamandes, allemandes et italiennes des XVIe et XVIIe siècles.

Dépendent également du musée les collections d'instruments de musique anciens, le musée d'Ephèse et la collection d'armes et d'armures, tous trois situés dans le Neue Burg.

Collections antiquesModifier

Collection égyptienneModifier

Les collections égyptiennes et proche orientales comportent 17 000 œuvres au total, dont 4 000 seulement sont exposées. Constituée par les Habsbourg au début du XIXème siècle, la collection égyptienne notamment abrite 12 000 œuvres, comprenant des sarcophages, sculptures et objets du quotidien. Parmi les œuvres notables :

Antiquités grecques et romainesModifier

Les objets de la Collection d'antiquités grecques et romaines couvrent une période de plus de trois millénaires et vont des céramiques de l'âge du bronze de Chypre datant du IIIe millénaire avant J.C. aux découvertes médiévales anciennes. Quelque 2500 objets sont exposés en permanence. Trois domaines principaux en particulier font de cette collection l'une des meilleures du genre: les camées antiques uniques et spectaculaires (presque 3000 au total), dont la célèbre Gemma Augustea, les trésors datant de la période des grandes migrations et du début du Moyen Âge, comme le doré trésor de Nagyszentmiklós, et la collection de vases avec des chefs-d'œuvre tels que la Coupe Brygos.

Kunstkammer (Cabinet d'Art)Modifier

La Kunskammer a été rouverte en 2013, dans une aile du rez de chaussée, après de longues années de travaux. Elle est constituée de 2162 objets précieux collectionnés au fil des siècles par les Habsbourg : statuettes, trésors du Saint Empire Romain, bijoux, ivoires, émaux, horloges, instruments scientifiques, curiosités, bustes, sculptures, arts décoratifs européens... Ce cabinet d'Art est l'un des plus importants du monde dans son genre. Il conserve dans 20 salles et 2 700 m2 des objets allant du Moyen Age, de la Renaissance et du Baroque, jusqu'à l'éclectisme du XIXe siècle. L'œuvre la plus célèbre est sûrement la salière de Cellini, créée au XVIe siècle pour le roi de France François Ier.

Quelques oeuvres :

Le Cabinet des monnaiesModifier

Le Cabinet numismatique remonte aux Habsbourg, qui ont commencé à amasser des monnaies (notamment antiques) dès le début du XVIe siècle. Aux immenses collections des Habsbourg se sont ajoutés par la suite des donations, achats... En 1875, le fonds comptait déjà 130 000 pièces environ (monnaies ou médailles). Aujourd'hui riche de 700 000 pièces de toutes les époques, cette collection numismatique est l'une des cinq plus importantes du monde. La collection contient non seulement des pièces de monnaie, mais aussi du papier-monnaie, des médaillons, des commandes, etc. Quelque 2 000 objets sont visibles dans les trois salles abritant l'exposition permanente, qui ne représente qu'une petite partie du patrimoine.

PeinturesModifier

La galerie de peintures du Kunsthistorisches Museum est issue des collections d'art de la Maison des Habsbourg et est aujourd'hui l'une des plus grandes et des plus importantes de ce genre au monde. Une grande partie des œuvres provient de la galerie du Stallburg, collection constituée par l'archiduc Léopold Wilhelm lorsqu'il vivait à Bruxelles.

La Renaissance dans les pays d'Europe du NordModifier

Flandres et Pays BasModifier

AllemagneModifier

FranceModifier

La Renaissance en ItalieModifier

  Antonello da Messina, (vers 1430-1479), Fragment droite du retable de San Cassiano à Venise (1475-1476) - Détails.

Le XVIIè siècleModifier

Pays BasModifier

ItalieModifier

Le XVIIe siècle baroque en Flandres et Pays-Bas

EspagneModifier

FranceModifier

  • Poussin :
    • Destruction du Temple de Jérusalem par Titus

Le XVIIIe siècleModifier

FranceModifier

  • Nattier :
    • La Princesse Marie Isabelle de Parme
  • Vigée Lebrun :
    • L'Archiduchesse Marie-Antoinette, reine de France

ItalieModifier

  • Canaletto :
    • Vue de Vienne : l'université et l'église des Jésuites
    • Vienne vue du Belvédère
    • L'Eglise des Dominicains à Vienne
    • Le Palais impérial de Schönbrunn côté cour
    • Le Palais impérial de Schönbrunn côté jardin
    • La Place de l'Université à Vienne
    • Le Freyung à Vienne
    • La Douane à Venise
  • Guardi :
    • Port de l'Arsenal à Venise
  • Tiepolo :
    • Étéocle et Polynice
    • Hannibal devant la tête d'Hasdrubal
    • La Mort de Brutus
Le XVIIIe siècle en Italie

Grande-BretagneModifier

Notes et référencesModifier

  1. The Art Newspaper. World museum attendance figures for 2010. Access 22 Oct 2011.
  2. Le Kunsthistorisches Museum de Vienne, Prestel, p. 9.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Le Kunsthistorisches Museum de Vienne, collection « Les Guides Prestel », Vienne : Prestel, 2007, 239 p. (ISBN 978-3-7913-3929-0)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier