Ouvrir le menu principal
Krismenn
Description de cette image, également commentée ci-après
Krismenn en 2015 lors du festival des Vieilles Charrues à Carhaix.
Informations générales
Nom de naissance Christophe Le Menn
Naissance (38 ans)
Landerneau
Activité principale rappeur,auteur-compositeur-interprète, musicien
Genre musical Hip-hop alternatif
Chanson bretonne
Folktronica, Post-dubstep
Instruments Voix, beatbox, ordinateur, guitare slide, ukulélé, contrebasse
Années actives Depuis les années 2000
Labels WorldVillage (Harmonia Mundi), PIAS
Site officiel www.krismenn.com

Krismenn, né Christophe Le Menn le 14 mars 1981 à Landerneau, est un Rappeur, auteur-compositeur-interprète et musicien français de culture bretonne. Il est le représentant du rap en breton et du chant breton mêlé au flow du hip-hop aux sonorités post-folk et à la musique électronique. Il est l'inventeur du « kan ha beatbox », associant le chant à danser appelé kan ha diskan au human beatbox.

BiographieModifier

ApprentissagesModifier

 
Krismenn et Jean-Pierre Quéré animant un fest-noz à Poullaouen.

Christophe Le Menn a grandi à Plougastel-Daoulas près de Brest[1]. Ses parents ne sont pas bretonnants mais c'est la langue maternelle de ses grands-parents. Il fait ses premières gammes de musique bretonne à l’âge de dix ans, jouant de la caisse-claire pendant près de dix ans au sein du bagad Plougastell. En parallèle, il apprend la guitare. Son coup de foudre pour le kan ha diskan (« chant et contre-chant ») se produit à l'écoute des frères Quéré ainsi que de Louise Ebrel[2]. Vers 16 ans, il part à la rencontre des gens qui pratiquent la danse bretonne dans les festoù-noz (fêtes de nuit) et font vivre la culture. Tous les week-ends, ou presque, il prend la direction du Kreiz Breizh, pour chanter, danser et parler un « breton populaire ». Il apprend auprès des anciens[3] et après un bac L[4], obtient une licence de breton-celtique à Brest[5]. À 18 ans, il s'installe en Centre Bretagne, à Saint-Servais[6] ; cela lui permet d'acquérir le répertoire traditionnel auprès de bretons nés au début du XXe siècle, tout en écoutant les archives de l’association Dastum, qui collecte le patrimoine oral breton[7] (dont Madame Bertrand pour ses mélodies)[8]. Formé à Rennes pour être ingénieur du son, il collabore avec Radio Kreiz Breizh[9].

Adolescent, il écoute beaucoup de hip-hop[10]. Au début des années 2000, il part vivre au Québec et y découvre le bluegrass ainsi qu'un grand nombre de rappeurs québécois qui rappent avec leur accent[11]. Il en revient au bout de deux ans avec son surnom, inspiré de l'expression « Criss, man ! » (« Putain, mec ! »), mais aussi avec la certitude que le hip-hop est compatible avec la langue bretonne autant qu'il l'est avec le français québécois[12],[7].

À son retour, il commence à côtoyer son mentor, le chanteur Erik Marchand. En 2002, il obtient le premier prix du concours Kan ar Bobl (chant du peuple, en breton)[13]. Entre 2004 et 2007, il évolue au sein de la première formule de la Kreiz Breizh Akademi, l'école des musiques modales d'Erik Marchand. Cette expérience lui permet de suivre l'enseignement de différents artistes de musiques du monde, en Bretagne, en Albanie ainsi qu'en Inde où il s'essaye aux tablas et vocalises auprès des maîtres du genre[14]. L'orchestre enregistre un album, Norkst, et construit un spectacle, joué dans les principaux festivals bretons (Yaouank, Tombées de la nuit, Cornouaille, Bout du Monde), puis sur les scènes nationales[15], ainsi qu'à l'étranger (Espagne et Portugal). Il participe à d'autres projets de groupe au chant, comme la formation Darhaou, ou en tant que musicien (contrebasse dans un groupe de bluegrass et de musique québécoise)[16].

Chanteur solo (2010-2015)Modifier

 
Krismenn à la contrebasse au Cornouaille Kemper 2014.

Sous le nom de Krismenn, il s'oriente vers le hip-hop (électro-acoustiquedubstep, trap) et le rap en breton. Il mêle ainsi l'énergie du chant breton à danser (kan ha diskan a cappella) aux rythmes modernes des musiques actuelles[17]. Krismenn chante également la gwerz, le chant profond de Bretagne, complainte monodique sombre et poétique, qu'il enrichie avec des compositions aux influences blues. Sur scène, il utilise le looper Logelloop[18] pour enregistrer ses instruments en temps réel (contrebasse, guitare dobro slide, ukulélé, voix)[19]. Krismenn se passionne également pour le human beatbox[20]. En 2010, il réalise les prémices du « kan ha beatbox » en accompagnant les chanteurs majeurs du kan ha diskan, le trio Kemener/Marchand/Menneteau, lors du fest-noz Yaouank à Rennes[21].

En solo, il sort un EP et se produit dans les grands festivals bretons (Vieilles Charrues, grande scène du Festival interceltique de Lorient, Cornouaille, Art Rock)[22], ainsi que dans les grandes salles (« Nuit de la Bretagne » à Brest Arena et au Parc Expo de Rennes)[23]. En 2013, il représente la Bretagne au Salon international des musiques du monde (WOMEX) au pays de Galles[24]. Il remporte deux prix (ADAMI et Mondomix) au Babel Med Music à Marseille en mars 2014[25]. Il réalise des collaborations, avec des DJ ou VJ pour la vidéo, et continue de se produire avec ses comparses de la scène fest-noz (Jean-Pierre Quéré, Erik Marchand, Louise Ebrel, Yann-Fañch Kemener, Jean-Yves Le Roux, Éric Menneteau)[26].

Krismenn & AleM « kan ha beatbox » (depuis 2012)Modifier

 
Battle de beatbox entre Krismenn & AleM à Brest 2016.

C'est sur Internet que Krismenn noue ses premiers contacts avec un beatboxer de Lyon, Maël Gayaud, connu sous son pseudonyme d’AleM, qu'il remarque sur Youtube. Les deux camarades se rencontrent pour la première fois en 2012, à l'invitation de Krismenn qui le programme à sa fête du chant, le Fest ar c’han de Poullaouen, berceau du fest-noz[27]. Ils finissent par faire ensemble une gavotte, le beatboxer remplaçant le diskaner[28]. Les jours qui suivent ce premier essai, ils tentent de rapprocher leurs univers respectifs, entièrement vocaux et très rythmés[29]. Alem s'approprie la technique du chant à répondre, en suivant notamment un stage avec Erik Marchand et réussi à intégrer l'accentuation spécifique à la gavotte dans son beatbox[27]. Krismenn apprend à son compère des bribes de vers bretons, pour lui répondre sur scène, à la manière d'un couple de kan ha diskan. En novembre 2012, ils participent au plus grand fest-noz de Bretagne, Yaouank à Rennes[30]. Plébiscité en fest-noz, le duo est adoubé par le monde du beatbox, notamment lorsqu'il se produit à l'occasion du 7e Human Beatbox Festival[31] et lorsqu'il rend visite à la « famille » de beatboxers américains à Brooklyn[32].

Vice-champion du monde de human beatbox 2012, Alem devient champion du monde à 24 ans en 2015[33]. Entre-temps, ils se produisent sur diverses scènes (Vieilles Charrues, festival Chants de Vielles Montréal[34], Les Suds Arles, FMM Sines, Festival d'Art Huy, Eurofonik Nantes, Dock des Suds à Marseille)[35] et enregistrent un EP autoproduit grâce au crowdfunding[36]. Engagé en 2015 sous le label des Vieilles Charrues, le duo tourne en Bretagne avant de se faire remarquer lors du festival l'été[37], le samedi soir sur la grande scène après The Prodigy et en ouverture du show de JoeyStarr devant 55 000 festivaliers[38], puis le lendemain après-midi[39]. En 2016, le duo réalise une tournée dans les grands festivals européens et à l'international : Printemps de Bourges[40] après avoir remporté le tremplin les Inouïs[41], les Vieilles Charrues à New York[42] (4 000 festivaliers à Central Park)[43], Paléo festival en Suisse[44], Belgique, Angleterre[45]Québec (dont les Francofolies de Montréal)[46], Fest' In Breizh au Viêt Nam[47].

Le duo s'entoure ponctuellement d'autres musiciens. En 2014, Krismenn et Alem mettent en place une création en vue de se produire en clôture du festival Yaouank, au Parc Expo de Rennes. Ils convient deux jeunes artistes indiens vivant en Bretagne, Parveen et Ilyas Khan, qui transformeront pour l'occasion le binôme en quatuor ; la sœur, Parveen, est spécialisée dans le chant classique indien et Ilyas, le frère, pratique le beatbox[48]. Après avoir fait danser 7 000 « fest-nozeurs » à Yaouank[49], le quatuor se retrouve sur scène l'été suivant devant les 20 000 festivaliers du Bout du monde, festival qui a pour univers les musiques du monde[50].

En 2014, ils se produisent en commun avec le groupe de fest-noz Fleuves à l'occasion de la fête de la langue bretonne[51]. En 2016, le duo est rejoint par un joueur de didgeridoo au festival interceltique de Lorient qui a pour pays d’honneur l'Australie, et les deux beatboxers invitent l'accordéoniste français Lionel Suarez sur plusieurs dates, notamment dans les fêtes traditionnelles bretonnes (festival Fisel, le Grand Soufflet)[52].

'N om gustumiñ deus an deñvalijenn - S'habituer à l'obscurité (depuis 2017)Modifier

 
Krismenn en trio au Novomax pour le festival de Cornouaille 2017.

Pendant trois ans, dans son home studio, Krismenn travaille la production musicale de son album en mêlant musique électronique, instruments acoustiques et des sons de son environnement en utilisant la technique du field recording (en) créant ainsi des atmosphères étranges, intimistes, oniriques[53]. Après avoir fait appel au beatmaker Nicolas Pougnand (X Makeena), au guitariste Étienne Grass (Electric Bazar), au compositeur-bandonéoniste Philippe Ollivier[54] et au violoncelliste Alexis Bocher pour finaliser ses onze chansons, il sort en avril 2017 l'album ’N om gustumiñ deus an deñvalijenn[55]. Le titre, qui signifie « s'habituer à l’obscurité », fait référence à l'univers sombre des photos noir et blanc prises par le chanteur dans sa campagne et au fait de ne pas rester sur une première impression mais de « prendre le temps que les repères se fassent »[7],[56].

Avec ce premier album, il obtient la reconnaissance des professionnels et critiques musicaux français : l'album est nominé au Prix des Indés[57], Libération[58] et Tsugi soutiennent le projet[59],[60], Le Monde classe l'album dans sa sélection des meilleurs disques de l'année[61], pour Les Inrockuptibles et Télérama le résultat des mélanges est une réussite[62],[63], France Inter invite Krismenn durant trois semaines en tant qu'artiste résident de l'émission musicale « Foule sentimentale »[64], Laurent Garnier inclut un titre de l'album à une playlist pour Radio Meuh[65]... L'album remporte le Grand Prix du Disque du Télégramme par le vote du jury[66] ainsi que le prix de l'album chanté en breton aux Prizioù de France 3 Bretagne[67].

Pour la scène, Krismenn forme un trio, entouré de deux musiciens : Antoine Lahay (Denez, Karma, Nirmâan) à la guitare et Romain Jovion à la batterie et aux pads[55]. Les arrangements évoluent entre post-folk et electro-hip hop, parfois proche du trip hop[68]. Krismenn est programmé aux Trans Musicales de Rennes en décembre 2017, un festival des musiques actuelles[69]. Le dernier à y avoir chanté en breton était Denez Prigent en 1998[70]. Il passe également par des scènes de musiques actuelles (Le Novomax à Quimper, La Carène à Brest), le festival Mythos[71]...

DiscographieModifier

Albums studioModifier

En soloModifier

En groupeModifier

EPModifier

  • 2011 : Krismenn (Innacor)
  • 2015 : Kan ha Beatbox (Krismenn & Alem)

ParticipationsModifier

VidéographieModifier

 
Krismenn sur scène en 2017.

ClipsModifier

Année Titre Réalisation Vidéo
2013 An dorioù morailhet Simon Guyomard Lien
2017 Hunvreoù merglet / Des rêves rouillés Krismenn, Powskii, Tangui Le Cras Lien

CaptationsModifier

DocumentairesModifier

  • Kan ha beat, documentaire de Philippe Guilloux, 2012, Carrément à l'Ouest, diffusé sur Tébéo, TébéSud, TVR, [voir en ligne]
  • Beatbox Family, reportage d'Hervé Portanguen, 2016, KuB, [voir en ligne]
  • Denez, le chant magnétique (apparition), par Laurent Jézéquel et Gilbert Carsouxt, 2018, Mille et Une Films / France Télévisions [voir en ligne]

ParticipationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Krismenn : de la musique traditionnelle au rap en breton, jusqu'aux Trans Musicales », France 3,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  2. [vidéo] « Krismenn, quand le rap rencontre le breton », France 3 / Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  3. « Krismenn, rappeur en langue bretonne », jactiv.ouest-france.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  4. « Ces garçons qui ont choisi le bac littéraire ... », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  5. « Krismenn. Élevé au bon son breton », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  6. « Saint-Servais. Le rap breton de Krismenn primé », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  7. a b et c « Krismenn, la recherche du breton perdu », RFI Musique,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  8. Caroline Le Marquer 2012, p. 16
  9. « Une exposition pour les 30 ans de Radio Kreiz-Breizh », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  10. Benoît Tréhorel (photo Sylvie Le Parc), Krismenn – Kan ha beat, Bikini Mag, 12 juillet 2011
  11. AFP, « Krismenn, rappeur en langue bretonne, sous les projecteurs des Trans », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  12. « Krismenn : Hip hop breton et électronique », sur Muzikomag, .
  13. « Krismenn : « Relever le défi de la gwerz électro » », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2018)
  14. « Rap en breton. Krismenn défie Eminem », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  15. « Norkst : une musique d'ici parfumée d'ailleurs », Ouest-France,‎
  16. Krismenn-Locos rock : le Breton s'allie au slam, Ouest-France, 1er novembre 2012
  17. Yann Rivallain (photog. Xavier Dubois), « Krismenn, le hip-hop mod all », ArMen, no 188, mai-juin 2012, p. 64-66
  18. « Krismenn & Logelloop », sur youtube.com, (consulté le 19 janvier 2018)
  19. Patrick Labesse, « Eurofonik : la gwerz de Krismenn croisée au beatbox d'Alem », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  20. [vidéo] (br) Loeiza Beauvir, « Arvest Kafe : Krismenn », sur tebeo.bzh, Tébéo, (consulté le 19 janvier 2018).
  21. [vidéo] KBBZH, « Kan ha diskan & Human beat box », sur youtube.com, (consulté le 8 janvier 2018)
  22. Krismenn. Le rappeur trad' est dans la place, Le Télégramme, 3 août 2012
  23. « Une Nuit de la Bretagne de haute volée », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  24. « Krismenn, chanteur-rappeur breton », sur magazine.bretagne.bzh (consulté le 8 janvier 2018)
  25. La gwerz de Krismenn croisée au beatbox d'Alem, au festival Eurofonik, Le Monde, 9 avril 2014
  26. Benoît Tréhorel, « Portraits : le trad' les inspire. Krismenn fait du breton un langage électro », Cultures bretonnes, hors-série Ouest-France, 2012, p. 26
  27. a et b Stéphanie Stoll, « Le souffle du «kan ha beatbox» », Côtes d'Armor Magazine,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  28. « Krismenn et Alem la rencontre du rap et du khan diskan », jactiv.ouest-france.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  29. « Beat-box et chants bretons dans le même micro », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  30. (br) François-Xavier Gomez, « En breton et français. Krismenn hag Alem war leurenn an Erer Kozh », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  31. François-Xavier Gomez, « Krismenn et Alem, Breizh beatbox », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  32. [vidéo] « Beatbox Family un film de Hervé Portanguen », sur kubweb.media, KuB, (consulté le 16 janvier 2018).
  33. « Le beatbox est la cinquième discipline du hip-hop… et tout le monde s'en fout », Télérama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  34. « Érik Marchand et Krismenn : la Bretagne sous influences à Chants de Vielles », sur chantsdevielles.com,
  35. Annabelle Kempff, « Krismenn beatbox breton », La Provence,‎
  36. « Krismenn. Élevé au bon son breton », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  37. Samuel Degasne, « KrisMenn & AleM : la voix est libre », Longueur d'Ondes,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  38. « Vieilles Charrues. « C'était le moment improbable du festival ! » », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  39. [vidéo] « Nous avons retrouvé Krismenn & Alem, juste après le concert », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  40. « À Bourges, les intrus du plateau rap », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  41. « Les Inouïs 2016, cru remarquable », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  42. « Pour une soirée, New York a pris l’accent breton », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  43. « Fest-noz à Central Park », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  44. « Musique. La Bretagne à l’affiche du festival suisse Paléo », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  45. Toma Dagorn, « Le breton au rythme du kan ha beat box », Paysan Breton (journal),‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  46. Édith Van Cutsem, « Pop, rock, rap et jazz en caves », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  47. « Beat-box et chants bretons dans le même micro », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  48. Dimitri L'hours, « Krismenn & Alem.Fest-noise sauce indienne », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2018)
  49. « Yaouank: c'est parti pour le fest-noz géant de Rennes », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  50. « Crozon. C'est bon, bon... », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2018)
  51. [vidéo] Bod Kelenn, « Vidéo Krismenn et Alemn avec Fleuves », sur youtube.com, (consulté le 15 janvier 2018).
  52. Agnès Le Morvan, « L'accordéon flirte avec toutes les musiques », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  53. Patrick Labesse, « Sélection albums : Rachmaninov, Charlie Watts, The New Pornographers... », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  54. « Site officiel de Philippe Ollivier », sur philippeollivier.com.
  55. a et b « Krismenn. Son rap-électro breton sort de l'obscurité », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  56. « Krismenn. N’om Gustumiñ deus an Deñvalijenn *** », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  57. « Le Prix des Indés dévoile ses nominations », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  58. « L'agenda 14-20 octobre », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  59. « Krismenn, breizh power ! », TSUGI,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018)
  60. « Musique, Playlist Krismenn : Liv Mut », Libération,‎ , p. 42
  61. « Rock, jazz, classique, hip-hop… notre sélection d’albums de l’année 2017 », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  62. Jérôme Provençal, « Du hip-hop post-folk en breton ? Avec Krismenn, c'est possible », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  63. (br) « Krismenn. Kustumet ouzh an deñvalijenn », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  64. « Nuit de la Gavotte. Camille viendra-t-elle danser à Poullaouën ? », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  65. « IT IS WHAT IT IS Saison 07 – Episode 08 » Radiomeuh », sur www.radiomeuh.com (consulté le 29 mai 2018)
  66. Frédéric Jambon, « Grand Prix du Disque. Deux albums longuement mûris », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  67. « Prizioù 2018. Krismenn lauréat du disque chanté en breton », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2018)
  68. « Musique. Krismenn, dynamiteur du breton », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  69. « Krismenn, rappeur en langue bretonne, sous les projecteurs des Trans », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  70. Solenn Durox, « Révélation musicale : Krismenn, celui qui rappe en breton », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)
  71. « Mythos, le festival de toutes les paroles à Rennes », sur France 3 Bretagne, (consulté le 26 mars 2019)
  72. Sylvie Béchet, « Fin ar Bed, un thriller en breton, est diffusé sur France 3 Bretagne à partir du samedi 30 septembre », Le Courrier - Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2018)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pierre-Henri Allain, Les Bretons, Ateliers Henry Dougier, coll. « Lignes de vie d'un peuple », , 144 p. (ISBN 979-1-03-120218-1, lire en ligne), « Krismenn, des racines et des loops »
  • Caroline Le Marquer, « Krismenn. Rappeur, chanteur et homme-orchestre ! », Musique bretonne, no 231,‎ , p. 14-16 (lire en ligne)

Liens externesModifier