Konstantin Ernst

Konstantin Lvovitch Ernst (Константин Львович Эрнст), né le à Moscou, est un gestionnaire de média, producteur et personnalité de la télévision soviétique et russe. Il est le directeur général de la Pervyï Kanal (en russe : Первый канал, ce qui signifie « première chaîne ») depuis 1999.

Konstantin Ernst
Image dans Infobox.
Konstantin Ernst en 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Faculté de biologie et pédologie de l'université d'État de Saint-Pétersbourg (d)
Université d'État de Russie en agriculture (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Lev Konstantinovitch Ernst
Mère
Svetlana Nilovna Golevinova
Conjoint
Sofya Zaika
Autres informations
Domaines
Distinctions

BiographieModifier

Jeunesse, éducationModifier

Son père, Lev Konstantinovitch Ernst, est un biologiste soviétique et le vice-président de l’Académie russe des sciences agricoles. Il a mené des recherches en génétique, biotechnologie, sélection des animaux agricoles et clonage. Sa mère, Svetlana Nilovna Golevinova, est employée du secteur financier.

Ernst a passé son enfance et sa jeunesse à Léningrad, où son père avait été nommé directeur d’un centre scientifique. Le jeune Kostia a terminé le lycée №35 situé sur l’île Vassiliévski, et, en 1985, il a eu son diplôme en biologie et sols de l’Université d’État de Léningrad.

Enfant, Kostia se passionnait pour la peinture, en particulier, l’œuvre du peintre avant-garde soviétique Alexandre Labas[1].

Vzgliad, de 1988 à 1989Modifier

Dans un entretien accordé au magazine Aficha dans le cadre d’un projet intitulé « ‘L’histoire des médias russes entre 1989 et 2011’ », Ernst a raconté qu’il avait fait connaissance avec Alexandre Lubimov en 1988 lors d’une rencontre d’amis et que celui-ci lui avait proposé de s’essayer dans une émission de télévision, Vzgliad (Un point de vue), produite par la rédaction principale pour enfants et adolescents de la Télévision centrale d’URSS. Dans cette émission, Ernst a travaillé pendant deux ans en tant qu’interviewer, scénariste et metteur en scène.

Son collègue Yevguéni Dodolev a raconté dans son livre ‘Vzgliad, les Beatles de la Perestroïka’ qu’Ernst avait trouvé la possibilité de s’essayer comme metteur en scène après avoir obtenu de Videofilm des régies de montage et des caméras vidéo Betacam SP pour ses voyages d’affaires (seul le personnel de Vrémia avait accès à ces appareils, les plus modernes de l’époque). Cela a convaincu la direction de Vzgliad de donner une chance au jeune employé et celui-ci a fait ses preuves[2].

Matador, de 1990 à 1998Modifier

En 1989, Anatoli Lyssenko, rédacteur adjoint de la rédaction jeunesse de la Télévision centrale et directeur de Vzgliad, a offert à Ernst de commencer à travailler sur sa propre émission. La première édition de Matador a été diffusée en janvier 1990. C’était une émission sur la culture, les événements importants et les gens créatifs.

Ernst jouait les rôles de scénariste, d’animateur, de metteur en scène et de producteur, expérimentait avec la présentation de l’information et se réincarnait parfois en protagonistes de son émission[3].

Producteur général d’ORT, de 1995 à 2001Modifier

Vladislav Listyev a été nommé premier directeur d’ORT le . Un peu plus d’un mois plus tard, dans la soirée du Listyev a été assassiné à l’entrée de son propre immeuble.

La candidature du nouveau directeur général a donné lieu à des controverses parmi les actionnaires, du fait que, conformément à la charte, il devait y avoir un consensus entre tous les actionnaires minoritaires (49 % de la chaîne était contrôlée par des particuliers et 51 % par l’État).

L’un des actionnaires minoritaires principaux, Boris Berezovsky, a offert ce post à Ernst, qui lui avait été présenté par Valentin Youmachev, mais le présentateur lui a refusé. Quelques mois plus tard, il a pourtant changé d’avis et a accepté d’occuper le poste de producteur général.

À la suite de la démission d’Igor Chabdourassoulov, qui se trouvait à la tête d'ORT depuis , Ernst a été nommé directeur général par intérim de cette chaîne de télévision par arrêté du , tout en gardant son poste de producteur général.

Sur la recommandation de Chabdourassoulov soutenue par Boris Eltsine, président de la Fédération de Russie, et par Boris Berezovsky, la réunion des actionnaires de la société de télévision a nommé Ernst nouveau directeur général d’ORT le . Il a continué à concilier ses responsabilités de directeur général avec celles de producteur général jusqu’en , où Alexandre Faïfman est devenu nouveau directeur général d’ORT[4],[5].

Directeur général d’ORT et de la Pervyï Kanal, 1999Modifier

Au moment de la nomination d’Ernst au poste de directeur général en automne 1999, Berezovsky contrôlait en pratique la politique d’information d’ORT à travers la direction des programmes d’informations, avec son amie Tatiana Kochkaryova à sa tête.

Après le début des tensions entre Berezovsky et le nouveau président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, l’homme d’affaires a vendu ses parts d’ORT à Roman Abramovitch.

Alexandre Volochine, ancien Chef de Cabinet du président russe, a affirmé, dans son témoignage à la Haute Cour de Justice à Londres lors des procès concernant les poursuites entamées par Berezovsky contre Abramovitch en 2011, que la pression sur Berezovsky en 2000 avait pour but la libération du directeur général de la chaîne de son influence informelle. À en croire Volochine, Ernst a remis les choses dans l’ordre après ces événements[6].

ORT change de nomModifier

À l’initiative d’Ernst, la réunion annuelle des actionnaires d’ORT a voté pour la restitution du nom historique de la chaîne, Pervyï Kanal, le . Ernst a motivé le changement de nom par l’incompatibilité entre le statut juridique de la chaîne et la notion de télévision publique. Pervyï Kanal, société anonyme, a conservé la propriété de l’appellation commerciale ORT. Ernst a envisagé la possibilité de s’en servir pour élaborer de nouveaux projets et pour participer à des concours de radiodiffusion à ondes décimétriques.

Tentative de passage à la programmation verticaleModifier

En 2010, Ernst a essayé de mettre en œuvre une grille de programmation verticale à la télévision russe. Cette approche répandue aux États-Unis et dans plusieurs pays européens fait en sorte que les nouvelles épisodes de feuilletons sont diffusées une fois par semaine, à une heure précise, ce qui n’est pas économiquement viable pour diverses raisons pour les chaînes de télévision et les producteurs de feuilletons.

Dans son interview accordé à TimeOut, Ernst a expliqué son expériment[pas clair] avec la programmation verticale par les tentatives de sa chaîne de mieux correspondre aux besoins des téléspectateurs et de retenir l’attention de ceux qui n’ont pas l’habitude de regarder la télévision.

Bien que de nouveaux feuilletons aient eu d’assez mauvaises audiences pour la Pervyï Kanal (environ 13 %), tous les épisodes déjà tournés ont été diffusés, après quoi la chaîne a repris la programmation horizontale[7].

Conflit avec ZemfiraModifier

Un remix de Tu veux ?, une chanson de la chanteuse russe Zemfira, a été interprété au stade Ficht le , lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi.

Juste après la fin de la cérémonie, tout le contenu du site officiel de Zemfira a été remplacé par une seule page avec le texte suivant sur le fond noir : “la première chaîne a violé tous les accords en se servant de mon track sans mon consentement. C’est une violation directe de mes droits d’auteur. c’est du n’importe quoi) belle découverte ! Kostia, toutes mes félicitations ! mais c’est quoi, ce manque de respect ? vous faites ce que vous voulez ?” (selon l’orthographe d’origine).

En réponse, Konstantin Ernst a déclaré le en direct sur Écho de Moscou, une station de radio russe, qu’il « connaissait Zemfira depuis le début, à l’époque où personne ne la connaissait » et qu’il « avait fait beaucoup pour Zemfira, pour sa carrière ». Il a ajouté que « Zemfira n’avait pas respecté le contrat avec REAL Records, la compagnie qu’il dirigeait à l’époque, sans qu’il porte plainte », mais que, dans les circonstances actuelles, il serait obligé de le faire si elle allait entamer des poursuites contre lui.

Ernst n’a pas donné de détails sur la violation présumée du contrat entre Zemfira et REAL Records, se bornant à dire que l’incident en question avait eu lieu cinq ou sept ans auparavant.

À la suite de cette intervention, le représentant officiel de Zemfira, Pavlo Chevtchouk, a déclaré dans une interview à Businesss FM que la chanteuse ne porterait pas plainte contre Ernst pour utilisation non autorisée de sa chanson Tu veux ? et que le message disparu du site officiel de Zemfira dans la matinée du n’était autre chose que l’expression de son mécontentement à ce sujet[8].

Ses 55 ansModifier

 
Konstantin Ernst en 2011 avec Vladimir Poutine.

Dans son article du consacré à l’anniversaire de 55 ans de Konstantin Ernst, la journaliste de Novaïa Gazeta Slava Tarochtchina a noté que ”Vladimir Poutine n’était pas arrivé en personne à Ostankino comme c’était le cas cinq ans auparavant” et que “Katia Andreeva n’avait pas lu d’une voix stérile les félicitations du président en raison de leur absence”. L’article se termine par les mots suivants : “à 50 ans, Ernst avait une dizaine de projets personnels de première classe, avec le tube intitulé Projecteurparishilton, alors qu’à l’âge de 55 ans, Ernst n’avait à sa disposition qu’Ourgant vacillant au bord de l’impossible”[9].

Perspectives développementales du contenu généré par les utilisateursModifier

 
Konstantin Ernst et Dmitri Medvedev, Fedor Bondarchuk.

Le , dans l’interview exclusif avec Gazeta.Ru, Konstantin Ernst a dit que “user generated content sur Internet, c’était surtout des blagues et des nouvelles, alors que seuls ceux qui étaient en mesure d’agréger des ressources créatives et financières pour mettre au point le produit pourraient s’occuper de tout ce qui tenait du système et qui était susceptible d’expliquer le temps. À titre personnel, c’était presque irréalisable. Oui, on peut tourner un film avec son iPhone, mais cela n’aura rien à voir avec la production systématique, de toute façon”[10].

Changements à la politique d’antenneModifier

Le , en direct de l’émission web ‘OK na svyazi!’, Konstantin Ernst a annoncé que la Pervyï Kanal n’allait pas projeter Viking, le film dirigé par Andreï Kravtchouk, en faisant valoir que ce film “n’était pas fait pour passer à la télé, ce qui serait une chose peu adéquate, mais bien pour être projeté au cinéma”. Pourtant, Viking a rapporté 1 250 000 000 $ de recettes, devenant le premier film russe classé parmi les dix meilleurs recettes au box-office mondial et le troisième des films les plus lucratifs de l’histoire du cinéma russe.

Le , Ernst a dit que les matchs du championnat de Russie de football ne trouveraient pas leur place dans la grille de programme de la Pervyï Kanal, vu que “la télévision fonctionnait différemment” et que “[notre] diffusion de tel ou tel match n’avait pas de sens”[11].

Vie personnelleModifier

Konstantin Ernst n’a jamais été marié.

Sa première compagne était Anna Silunas, critique dramatique et fille de Vidas Silunas, docteur ès sciences et titulaire de la chaire de théâtre étranger de l’École-studio du Théâtre d’Art académique de Moscou.

Le , Ernst a fait connaissance avec Larisa Sinelshchikova, viсe-président de TV-6, lors d’un concert donné par le compositeur et chef d’orchestre polonais Krzysztof Penderecki qu’il a dédié à la première de sa nouvelle œuvre musicale composée à l’occasion du 850e anniversaire de Moscou à la demande personnelle du président russe et d’Alexandre Ponomaryov, directeur général du diffuseur indépendant de Moscou.

Cette connaissance a évolué en une relation amoureuse en 1998 devenant plus tard le deuxième mariage civil d’Ernst.

Cette relation, qui n’avait jamais été régularisée officiellement, a continué jusqu’au printemps 2010. C’est Sinelshchikova qui y a mis fin après son déménagement de l’appartement rue Povarskaïa, où le couple résidait, dans son hôtel particulier dans l’oblast de Moscou.

Le , selon la version russe de Tatler, “Konstantin Ernst a définitivement mis sa jeune compagne dans le programme de ses sorties dans le monde” ; “Sofya Zaika, l’ancienne employée de la maison de haute couture Ulyana Sergeenko, a remplacé, avec un empressement tout à fait compréhensible, les soirées à Simatch et les séances photos audacieuses par des réceptions culturelles et des jugements timides et à peine audibles par-dessus l’épaule du titan de la télévision”[12].

Le milieu de la télévision russe a appris au milieu de l’année 2013 que Zaika et Ernst avaient des relations intimes. Avant sa connaissance avec Ernst, Sofya Zaika sortait avec Fyodor Boumer, mieux connu comme Kto DJ. Le photographe Timofey Kolesnikov était aussi au nombre de ses admirateurs dans le passé.

Le , nombre de médias russes ont dit que Konstantin Ernst avait épousé Sofya Zaika, mais aucun document ne confirme l’enregistrement officiel de ce mariage[13].

EnfantsModifier

Konstantin Ernst a trois filles. Sa fille aînée Alexandra, née en 1994 de son mariage avec Anna Silunas, réside à New York (États-Unis). Ernst a aussi deux filles de son mariage à Sofya Zaika, nées en 2016 et 2017, dont les noms sont gardés en secret par leurs parents.

Certains médias russes appellent à tort Ernst le père des enfants du partenaire Larisa Sinelshchikova, Anastasia Sinelshchikova (Rudskaya) (née en 1983)[14], et un fils Igor Sinelshchikov (Zheltonogov) (né en 1985)[15].

CritiquesModifier

  • Nombre de médias russes soutiennent que Konstantin Ernst « traite la chaîne comme si c’était sa petite patrie » et que, pourtant, « Ernst ne parle jamais d’argent ouvertement mais tous ceux qui viennent lui offrir leur projet comprennent sans tarder qu’il faudra ‘partager’ » et que « la première question qu’il pose en envisageant le lancement de tel ou tel projet est combien d’argent il lui apportera »[16].
  • En , le présentateur de Rossiya 1 Vladimir Solovyov a dit dans une interview que la mauvaise blague d’Ivan Ourgant faite en direct sur la Pervyï Kanal à propos de la ‘fiente de rossignol’ qui serait un bon titre pour une certaine émission sur Rossiya 1, n’avait pas été spontanée, mais préméditée et faite avec l’approbation de Konstantin Ernst, directeur général de la Pervyï Kanal. Solovyov a expliqué sa prise de position de la façon suivante: “Le coup monté est passé à la télévision! En même temps, je n’avais pas lancé d’accusations contre Moscou, alors que Vania a déferlé sur toutes les ‘orbites’. Il doit y avoir quelqu’un qui prend trop à cœur le passage de nombre de présentateurs de la Pervyï Kanal à Rossiya”, ajoutant que “de tels procédés ne sont pas pratiqués, d’habitude, à la télévision” et que “c’est une déclaration de guerre”[17].
  • Mikhail Goryachev, directeur du contenu de Tricolor TV, le premier opérateur de télévision numérique de Russie, a déclaré, en , que la distribution du contenu signifiait toujours le fait que Konstantin Ernst “bourrait les abonnés de ce qu’il considérait nécessaire” via les chaînes de télévision et a estimé qu’une telle distribution du contenu se ferait, dans l’avenir, directement plutôt que par un intermédiaire[18].

Le saviez-vous ?Modifier

  • Au moment où Sergeï Bodrov était nomme deuxième présentateur de Vzgliad sur la proposition d’Alexandre Lubimov, Ernst a qualifié Bodrov de “tête de nœud bizarre” et a clairement stipulé que Lubimov devait prendre Bodrov sous sa responsabilité[19].
  • À en croire Alexeï Venediktov, rédacteur en chef de Echo de Moscou, Konstantin Ernst collectionne les bandes dessinées en professionnel, est en compétition avec Venediktov et lui en veut en apprenant que Venediktov acquiert les derniers exemplaires plus vite que lui. “J’achète un exemplaire récent, dit-il, et puis je l’appelle pour l’agacer. Ernst me demande quand c’est sorti, je lui dis ‘Demain, mais je l’ai déjà achété, moi’. Il m’en veut pour ça. Et ensuite c’est lui qui en fait de même. Bref, on est quittes”[20].
  • Konstantin Ernst a dit dans un interview qu’il considérait l’histoire être l’un des genres littéraires[21].
  • D’après Ernst, le révolutionnaire du XXe siècle Leon Trotski est “une star internationale des cent dernières années”, “un vrai héros populaire” et “le producteur” du coup d’état en [22],[23].

Notes et référencesModifier

  1. « À Moscou, a dit au revoir à l'éminent biologiste Lev Ernst », Vesti.ru (consulté le 22 octobre 2017)
  2. Andrei Vasyanin, « Je ne transforme personne en ma foi », Le journal russe, (consulté le 22 octobre 2017)
  3. « La dernière version du programme "Matador" dans la collection de la première chaîne » (consulté le 22 octobre 2017)
  4. « Biographie de Konstantin Ernst sur le site du journal "Arguments and Facts" », Arguments et faits, (consulté le 22 octobre 2017)
  5. « Konstantin Ernst : «Je sais qui a tué Vladislav Listyev» », Le Courrier de Russie, (consulté le 23 octobre 2017)
  6. Pavel Bandakov, « Au procès, les oligarques se souviennent de la tragédie de "Koursk" », BBC, (consulté le 22 octobre 2017)
  7. « Vertical pour la télévision », Lenta.ru, (consulté le 23 octobre 2017)
  8. « Konstantin Ernst a menacé Zemfira d'une demande reconventionnelle », BBC, (consulté le 23 octobre 2017)
  9. Slava Taroshchyna, « Avec ce que Konstantin Ernst est venu à son 55ème anniversaire », Nouveau journal, (consulté le 23 octobre 2017)
  10. Yaroslav Zabaluev, « "Pendant mille ans, les gens n'ont pas changé. Ils ont juste commencé à mourir moins souvent jeunes" », Gazeta.ru, (consulté le 23 octobre 2017)
  11. « Konstantin Ernst: "La première chaîne ne prévoit pas se battre pour le championnat de Russie" », Sports.ru, (consulté le 23 octobre 2017)
  12. « Joué en duo : de nouveaux couples laïques », Tatler, (consulté le 23 octobre 2017)
  13. « Konstantin Ernst et Sofia Zaika se sont mariés », InStyle, (consulté le 23 octobre 2017)
  14. Брата Светланы Бондарчук фанаты приняли за новую пассию
  15. « "Et dans la photo lui et sa fille ?". Konstantin Ernst a épousé un mannequin de 29 ans qui a donné naissance à deux enfants. », Ura News, (consulté le 23 octobre 2017)
  16. « Ernst a donné l'ordre ? », UtroNews, (consulté le 23 octobre 2017)
  17. « "Guerres de canal": Soloviev contre-attaque », Gazeta.ru, (consulté le 23 octobre 2017)
  18. « Cinema Expo 2017 », Bulletin du distributeur de films, (consulté le 23 octobre 2017)
  19. « Par l'anniversaire de la tragédie: parents et amis à propos de Sergei Bodrov », Rambler's Top100, (consulté le 10 octobre 2017)
  20. « Dépassé le "Temps" avec la vitesse de l'écho », Nouvelles nouvelles, (consulté le 23 octobre 2017)
  21. « "Pendant mille ans, les gens n'ont pas changé. Ils ont juste commencé à mourir moins souvent jeunes " », Gazeta.ru, (consulté le 23 octobre 2017)
  22. « Trotski, "héros rock'n'roll" d'une série télévisée russe », RTS Culture (consulté le 23 octobre 2017)
  23. « Trotski, "héros rock" d'une série télévisée russe », TV5Monde (consulté le 23 octobre 2017)

Liens externesModifier