Koerich

commune luxembourgeoise

Koerich
(lb) Käerch
Koerich
L’église Saint-Remi.
Blason de Koerich
Blason
Drapeau de Koerich
Logo
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Canton Capellen
Bourgmestre
(Buergermeeschter)
Mandat
Jean Wirion
2017-2023
Codes postaux (liste détaillée)
Code UAL 2 LU0000106
Indicatif téléphonique (+352)
Démographie
Population 2 616 hab.[1] ()
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 00″ nord, 5° 57′ 00″ est
Altitude Min. 262 m
Max. 368 m
Superficie 18,88 km2 [2]
Élections
Communales
(mode de scrutin)
Majorité relative
Législatives Circonscription Sud
Européennes Circonscription Luxembourg
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canton de Capellen
Voir sur la carte topographique du Canton de Capellen
City locator 14.svg
Koerich
Géolocalisation sur la carte : Luxembourg
Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Koerich
Géolocalisation sur la carte : Luxembourg
Voir sur la carte topographique du Luxembourg
City locator 14.svg
Koerich
Liens
Site web www.koerich.lu

Koerich (en luxembourgeois : Käerch Écouter) est une localité luxembourgeoise et le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans le canton de Capellen.

GéographieModifier

Koerich est située dans l'Ouest du Grand-Duché de Luxembourg.

Au nord, vers la vallée de l'Eisch, on retrouve le grès de Luxembourg, la partie centrale étant située sur des marnes et calcaires tandis que le sud étant exclusivement sur des sols marneux.

La commune est traversée d'est en ouest par le ruisseau de Goeblange (Giewelerbaach) qui est un affluent en rive droite de l'Eisch.

L’altitude varie entre 262 m (au lieu-dit Lauterbour) et 368 m (au lieu-dit Scheierheck).

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Koerich
Habscht
Steinfort   Kehlen
Garnich Mamer

Sections de la communeModifier

Voies de communication et transportsModifier

La commune est reliée au réseau routier national par la route nationale N6.

La commune est desservie par le Régime général des transports routiers (RGTR). En outre, elle opère conjointement avec Garnich et Steinfort un service « City-Bus » sur réservation, le « Proxibus ».

ToponymieModifier

Le nom de Koerich viendrait de l'antique Coriacum.[réf. nécessaire]

HistoireModifier

 
Le village de Koerich sur la carte de Ferraris (vers 1775). L'extrait montre les emplacements des deux châteaux de deux seigneuries distinctes : à l'est se trouve le Gréiweschlass et à l'ouest le Fockeschlass en ruine.

Premières tracesModifier

Bien que la première mention connue de Koerich remonte à un document de 979, la région était bien peuplée avant. On y a retrouvé des tombes celtes et une importante villa romaine près de Goeblange.

Le passé féodalModifier

Deux châteaux, le Fockeschlass (complètement détruit) et le Grevenschlass (au centre du village), témoignent du passé féodal du village de Koerich.

Le Grevenschlass, situé dans la vallée du ruisseau de Goeblange, est un château de plaine des plus typiques construit à la fin du XIIe siècle (par Wirich Ier).

Il est ensuite remanié en style gothique vers 1300 puis Renaissance entre 1580 et 1585. Enfin, l’aile méridionale est transformée en style baroque en 1728.

Laissé à l’abandon, il devient inhabitable dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Il faudra attendre 1950 pour voir les premiers travaux de consolidation.

Politique et administrationModifier

Liste des bourgmestresModifier

Titulaires de la fonction de bourgmestre de Koerich 
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Pia Flammang-Risch (d)[3]6 ans et 11 jours
Jean Wirion (d)[4]En cours3 ans et 27 jours

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans le pays depuis 1821. Les recensements décennaux de la population permettent de caler les chiffres sur la composition de la population par sexe, âge, nationalité et commune de résidence. Entre deux recensements, la population au 1er janvier de l’année   est évaluée en ajoutant à la population au 1er janvier de l’année   les soldes naturel (naissances   décès) et migratoire (arrivées   départs) de l'année. La même méthode est appliquée pour la répartition par âge au 1er janvier et les effectifs totaux par nationalité. Depuis le , le Luxembourg dénombre 102 communes.

Au , la commune comptait 2 616 habitants.

           Évolution démographique de . [ modifier ]
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930
9641 5211 5041 4841 3591 3431 3231 3231 313
1935 1947 1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984
1 2311 1401 2501 2381 3681 3851 3921 4701 470
1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993
1 4601 4601 5001 5121 5231 5641 5171 5081 538
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
1 5761 6381 6891 7601 7761 8161 8371 8021 829
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
1 8061 8401 8591 9001 9662 0492 0752 1012 283
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
2 2872 2942 3652 4402 5202 5282 5792 5912 616
Jusqu'en 1970 et pour les années 1981, 1991, 2001 et 2011 : date du recensement général de la population ; pour les autres années : situation au 1er janvier.
(Sources : STATEC depuis 1821 et CTIE à partir de 2017[1].)
           Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

L'église Saint-Remi de Koerich, de style baroque et construite en 1748, est un des plus beaux témoignages de ce style au Luxembourg.

Les sculptures, boiseries et meubles sont l'œuvre de deux sculpteurs luxembourgeois, à savoir André Doyé et Frédéric Biewer, ce dernier ayant été un citoyen de Koerich. Les peintures sont l'œuvre d'un peintre tyrolien.

L'église est classée monument national depuis le .

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason
De gueules à une bande d'argent chargé de deux cotices de sable, accompagnée de deux lions d'argent ; au chef d'argent fretté de sable.
Détails
Dans le blason sont repris des éléments des blasons des deux seigneuries : celle du Grevenschlass et celle du Fockeschlass.
Les armoiries furent adoptées par le conseil communal en date du 14 mai 1980 et agréées par arrêté ministériel du 27 juillet 1981.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Population par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu/, STATEC, (consulté le 1er avril 2020).
  2. « Superficie par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  3. « Assermentation des collèges des bourgmestre et échevins », (consulté le 13 mai 2020)
  4. « Assermentation des collèges des bourgmestre et échevins - première séance », (consulté le 18 décembre 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :