Kinosaki

établissement humain au Japon

Kinosaki
城崎町
Kinosaki
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kansai
Préfecture Hyōgo
Démographie
Population 3 519 hab. (2015)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 37′ 26″ nord, 134° 48′ 48″ est
Superficie 3 119 ha = 31,19 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte administrative du Japon2
City locator 14.svg
Kinosaki
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte topographique du Japon2
City locator 14.svg
Kinosaki

Kinosaki (城崎町, Kinosaki-chō?) est un ancien bourg japonais situé dans la préfecture de Hyōgo (Sud de Honshū).

HistoireModifier

Il est dit que les sources thermales de Kinosaki auraient été découvertes entre 629 et 641, alors qu’une cigogne aurait été vue en train de soigner ses blessures dans les eaux chaudes de Kō no yu[1]. L’autre légende raconte que ces onsen furent découvertes par un prêtre bouddhiste du nom de Dôchi Shônin. Il aurait reçu la vision d’un Dieu et après avoir prié sans relâche pendant 1 000 jours, une source aurait jailli du sol[2]. Autrefois, les visiteurs souffrant de problèmes de santé se rendaient aux onsen de Kinosaki pour les soigner. Mais ils devaient d’abord se rendre au temple Onsenji et prier pour Dôshi Shônin. Ensuite, ils recevaient un yushaku (louche permettant la purification qui représentait les mains sacrées de Dôchi Sônin) et apprenaient les règles de la baignade, avant de pouvoir se rendre dans les sources thermales.

Officiellement, on sait que l’histoire de ses onsen remonte à plus de 1 300 ans. Au fil des siècles, la ville fut appréciée par de nombreux poètes et écrivains. Parmi eux, l'écrivain Naoya Shiga écrivit un roman sur son séjour à Kinosaki en 1913.

Kinosaki a intégré la ville de Toyooka en 2005, avec les autres municipalités de Takeno, Izushi, Hidaka, Toyooka et Tantō.

TransportModifier

Deux gares sont comprises dans le périmètre de l'ancien bourg de Kinosaki, celle de Kinosaki Onsen et celle de Genbudō, toutes deux situées sur la ligne San.in de la compagnie JR West. Kinosaki est relié par des trains de type Limited Express à Kyoto et Osaka.

Patrimoine culturelModifier

Stations thermalesModifier

Kinosaki est surtout connue pour ses nombreux onsen. Il existe sept bains publics :

  • Sato no yu, le plus proche de la gare ;
  • Jizō yu, la forme du bâtiment rappelant une lanterne japonaise ;
  • Yanagi yu, un bain intérieur avec bois de cyprès[3] ;
  • Ichi no yu, sa façade ressemblant à un théâtre de kabuki[4] ;
  • Gosho no yu, avec une grande baie vitrée et cascades extérieures ;
  • Mandara yu, lié à la légende de Dōchi Shōnin ;
  • Kō no yu, un bain extérieur, lié à la légende des cigognes orientales[5].

La ville de Kinosaki accueille les voyageurs, fidèle à son principe que « la ville entière est une auberge dont la gare est l’entrée, les ryokan les chambres, les onsen les bains et les rues les couloirs[1] ».

GastronomieModifier

Le matsuba gani (ou « crabe des neiges ») est un mets hivernal, typique de Kinosaki.

Le tajima gyû (bœuf de Tajima) est une viande de bœuf produite à Kinosaki. Le bœuf de Kobe est en fait originaire de la région de Tajima, où se situe la ville de Kinosaki. Il est donc possible de manger du bœuf de Tajima à Kinosaki, grillé, en sauce, dans un bol de riz, en steak dans un hamburger, ou même en nikuman.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Claire Mione, « Kinosaki Onsen, la perle cachée du Japon », Madame Figaro, (consulté le 12 juillet 2019).
  2. https://visitkinosaki.com/places-to-go/kinosaki-onsen/about-kinosaki-onsen/
  3. https://visitkinosaki.com/things-to-do/yanagi-yu/
  4. (en) Davey Young, « Unveiling Kinosaki Onsen's Heian Period treasure » [« La station thermale de Kinosaki, un trésor de la période de Heian »], The Japan Times, (consulté le 12 juillet 2019).
  5. https://visitkinosaki.com/things-to-do/kouno-yu/

Voir aussiModifier

Liens externesModifier