Ouvrir le menu principal

Vannier Kinoptik

(ex Kinoptik)

Création 1932
Fondateurs Georges Grosset et Georges Perthuis
Siège social Antony (Hauts-de-Seine) et Massy (Essonne)
Drapeau de France France
Activité fabrication d’instruments d’optique et de matériel photographique
Produits objectifs (cinéma, photographie, microfilms) et endoscopie industrielle

Kinoptik était une société française spécialisée dans la conception et la fabrication de systèmes optiques. Elle tire son nom de son activité première, toujours actuelle, qui est l’optique de précision pour le cinéma. Elle a été séparée en deux entités indépendantes, Kinoptik-Systèmes, tournée vers l'intégration de systèmes optiques, et Kinoptik-Endoscopy, spécialisée dans l’endoscopie et la vision en milieu hostile.

Sommaire

Repères historiquesModifier

  • 1932 : Fondation à Paris de la société Kinoptik par Georges Grosset et Georges Perthuis. La production de la société comprend des objectifs, des condenseurs, des viseurs, des lecteurs de son et des optiques spéciales.
  • 1939 : Réalisation d’un premier objectif spécialement conçu pour les prises de vue aériennes.
  • 1943 : Réalisation d'un appareil pour prise de vue infrarouge.
  • 1944 : Recentrage de l’activité sur la production d’objectifs et de viseurs pour caméras de 35 mm.
  • À partir de 1953 : Diversification vers des systèmes optiques pour microfilms, radiologie médicale et contrôle de fours industriels (périscopes) ainsi que des produits spécifiques pour la Défense. Rachat de l'Optique instrumentale Decarris.
  • À partir de 1960 : Suppression des barrières douanières protégeant l’industrie optique et photographique française. Kinoptik, fortement ancrée sur le matériel de cinéma professionnel et l’optique de pointe, supporte relativement mieux la concurrence japonaise que nombre de ses homologues tributaires du marché des appareils photographiques.
  • 1981 : Cession par Roger Grosset (fils du fondateur) de Kinoptik au groupe S.F.I.M. (Société de fabrication d’instruments de mesure).
  • 1985 : Rachat par Kinoptik de la société CLAVE (9, rue Olivier Métra, Paris 20e), fabricant de matériels d’endoscopie haute température et d’astronomie amateur. La société devient leader sur le marché de l'endoscopie haute température.
  • 1988 : Rapprochement des sociétés Kinoptik et M.T.O. (5, passage de Melun, Paris 19e), entreprise spécialisée dans les dépôts de couches minces sur composants optiques, la métallisation et la réalisation de filtres spéciaux. La nouvelle entité maîtrise désormais toute la chaîne de production des composants optiques.
  • 1993 : Rachat par Kinoptik de la société d'endoscopie industrielle Bodson (14, rue Denis-Papin, Puteaux).
  • 1995 : Intégration à Kinoptik de la division vidéo de la S.F.I.M., elle-même issue de la fusion des activités vidéo de SOFRETEC et d'INSPECTRONIC. Cette branche principalement tournée vers l’industrie nucléaire renforce la spécialité vision en milieu hostile de la société.
  • 1999 : Absorption du groupe S.F.I.M. par la Sagem puis rachat de la division Kinoptik par Jean-Claude Bertrand associé à Hervé Obadia et Philippe Decrette.
  • 2003 : Fermeture de Kinoptik S.A. puis reprise de l'activité intégration opto-mécanique par Michel Prudhomme et Pierre Ambelides en partenariat avec la société Vannier-Photélec sous le nom de Vannier Kinoptik et de l’activité vision industrielle et endoscopie haute température par la société Cesyco[1]
  • 2012 : la société Vannier Kinoptik est placée en redressement judiciaire
  • 2013 : la société Vannier KInoptik signe un plan de continuation
  • 2018 : la société Vannier KInoptik est placée en liquidation judiciaire[2].

Voir aussiModifier

Kinoptik a conçu et fabriqué des objectifs pour les marques suivantes (certains de ces objectifs figurant toujours au catalogue) :

Appareils photographiques

Caméras

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier