Kinau
Illustration.
Portrait de Kinau.
Titre
Régente d'Hawaï

(8 ans, 7 mois et 19 jours)
Monarque Kamehameha III
Biographie
Titre complet Princesse royale hawaïenne
Dynastie Maison de Kamehameha
Nom de naissance Kalani Ahumanu i Kaliko o Iwi Kauhipua o Kīnaʻu
Date de naissance
Lieu de naissance Waikiki, Hawaï
Date de décès (à 34 ans)
Lieu de décès Honolulu, Hawaï
Sépulture Mausolée royal d'Hawaï
Père Kamehameha Ier
Mère Kalākua Kaheiheimālie
Conjoint Mataio Kekūanāoa
Enfants Ruth Keelikolani
David Kamehameha
Moses Kekuaiwa
Kamehameha V Red crown.png
Bernice Pauahi
Kamehameha IV Red crown.png
Victoria Kamāmalu
Religion Protestantisme

Kinau
Monarques d'Hawaï

Elisabeta Kinau dit Kinau, née en 1805 à Waikiki (Hawaï) et morte le à Honolulu (Hawaï), est une princesse royale hawaïenne, fille du roi Kamehameha Ier et régente du royaume au nom de son frère, le roi Kamehameha III, de 1824 à 1833. Très puissante, elle contribue à renforcer les pouvoirs de la monarchie et la prédominance du protestantisme à Hawaï. Autoritaire, elle continue de jouer un rôle politique jusqu'à sa mort, devenant la principale et l'unique conseillère de son frère. Sa mort en 1839 marque aussi la fin de l'absolutisme hawaïen avec les réformes constitutionnelles mises en place par son frère.

Elle est également la mère des rois Kamehameha IV et Kamehameha V.

Un naturaliste d'un savoir peu commun, Jules Achille Remy, l'a personnellement connue.

BiographieModifier

Famille et caractèreModifier

Kinau est la deuxième fille du roi Kamehameha Ier et de son épouse Kalākua Kaheiheimālie[1], et donc la sœur de Kamāmalu et la demi-sœur de Kamehameha II, Kamehameha III, Nahienaena et de Kekāuluohi.

Kinau était une femme d'une obésité prodigieuse, mais qui ne manquait pas d'une certaine grâce[2]. Elle avait hérité de la fermeté de son père le roi Kamehameha Ier, ce qui l'aida plus-tard en politique et dans la gestion du royaume. C'était une femme, par l'énergie de son caractère, capable de continuer les grandes choses commencées sous l'influence de son père.

RégenteModifier

 
Portrait du jeune roi Kamehameha III.

Lors d'un voyage à Londres, le roi Kamehameha II et son épouse la reine Kamāmalu meurent en juillet 1824 des suites de la rougeole[3]. Le 6 mai 1825, les corps du roi et de la reine arrivèrent à Hawaï et furent inhumés dans le Mausolée royal. Le roi défunt n'ayant pas d'enfant, c'est son frère le prince Kauikeaouli qui est alors proclamé roi sous le nom de Kamehameha III. Mais ce dernier, âgé de seulement onze ans, est placer sous une régence. Kinau, qui était la demi-sœur de Kamehameha III, obtient la régence pour son jeune frère. Elle partagea donc le pouvoir avec ce dernier dès 1824. Par la suite, elle prit un ascendant complet sur le roi compte tenu de son faible caractère.

La régente Kinau n'était pas absolument illettrée. Elle avait renoncé entièrement, comme la reine Pomare IV de Tahiti, au culte des idoles ; mais, soumise à l'emprise des méthodistes, elle fut l'instigatrice des persécutions exercées contre les missionnaires catholiques français.

Conseillée par M. Bingham, le chef de la mission protestante, elle fit enlever un jour M. Bachelot, missionnaire français, et le fit déporter sur les côtes de la Californie. Cet acte odieux avait lieu, heureusement, à l'époque où l'amiral Abel Aubert Du Petit-Thouars accomplissait son voyage de circumnavigation. Il prit M. Bachelot à son bord, le transporta à Honolulu, et grâce à sa fermeté, il parvint à contraindre le roi Kamehameha III au rétablissement de la mission française.

À l'occasion de ce fait politique et religieux, M. l'amiral Du Petit-Thouars conclut un traité avec le roi et Kinau, traité dont on trouvera la teneur dans son voyage autour du monde[4].

Lorsque M. l'amiral Du Petit-Thouars quitta Honolulu, la frégate La Vénus n'eut pas plus tôt quitté Hawaï que la régente Kinau fit transporter sur le rocher de l'Ascension le missionnaire ; il y mourut en 1839, abandonné dans cette solitude, où l'on ignorait qu'il eût été exilé.

Mariage et enfantsModifier

En novembre 1825, Kinau épouse Mataio Kekūanāoa, gouverneur d'Oahu[5] et ami intime du roi Kamehameha II. De cette union naquit sept enfants[6] :

Le mariage de Kinau et Kekūanāoa perdure jusqu'à la mort de Kinau en 1839. Après 6 ans de veuvage, il se remarie en 1845 avec Kaloloahilani.

BibliographieModifier

Cette biographie est inspirée d'un article de Ferdinand Denis dans l'ouvrage intitulé : Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours avec les renseignements bibliographiques et l'indication des sources à consulter, publié par MM. Firmin Didot frères sous la direction de M. le docteur Hoefer, Paris, 1858.

RéférencesModifier

  1. Katharine Luomala, University of Hawaii, Pacific Studies, Brigham Young University Hawaii Campus, , 1–45 p. (lire en ligne [archive du ]), « Reality and Fantasy: The Foster Child in Hawaiian Myths and Customs »
  2. cf. Ferdinand Denis
  3. Theophilus Harris Davies, « The last hours of Liholiho and Kamamalu: a letter sent to H.R.H. Princess Liliuokalani presented to the Hawaiian Historical Society », Annual report of the Hawaiian Historical Society 1897,‎ , p. 30–32 (hdl 10524/75)
  4. Du Petit-Thouars, Voyage autour du Monde, sur la frégate La Vénus, pendant les années 1836, 37,38, 39, Paris, 1841, 9 vol. gr. ln-8".
  5. « Kīnaʻu », sur Centennial Exhibit, State of Hawaiʻi Department of Accounting and General Services (consulté le )
  6. Rosalin Uphus Comeau, Kamehameha V: Lot Kapuāiwa, Kamehameha Schools Press, (ISBN 0-87336-039-7, lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :