Ouvrir le menu principal

Kimi ga yo

(Redirigé depuis Kimi Ga Yo)

君が代 (ja)
Kimi ga yo (ja)
Votre règne
Image illustrative de l’article Kimi ga yo
La partition de Kimi ga yo

Hymne national de Drapeau du Japon Japon
Paroles Auteur inconnu
Époque de Heian
Musique Hayashi Hiromori
1880
Adopté en de facto 1880, de jure
Fichiers audio
Kimi ga yo (instrumental)
Kimi ga yo (instrumental et chant) en 1930
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Kimi ga yo (君が代?, [cimi ga jo], Votre règne) est, depuis 1999, l'hymne officiel du Japon. Ce poème, adressé à l'empereur du Japon, est un waka, ancien style poétique japonais de l'époque de Heian.

ParolesModifier

Parmi tous les hymnes nationaux du monde, le texte de celui du Japon, Kimi ga yo, un poème de la forme tanka, est le plus ancien ; il est extrait d'une anthologie de poésie datant du IXe siècle[1],[2]. D'auteur inconnu[3],[4], il est aussi l'un des plus courts[6], avec les hymnes de la Jordanie et de Saint-Marin[7],[8]. À partir du XIe siècle, Kimi ga yo devient une proclamation solennelle, pouvant se traduire par une formule exprimant la révérence due au pouvoir impérial, telle que « longue vie à l'empereur ; gloire à son règne »[1].

Kanjis Hiraganas Rōmaji Traduction en français[9]

君が代は
千代に八千代に
細石の巌となりて
苔の生すまで

きみがよは
ちよにやちよに
さざれいしのいわおとなりて
こけのむすまで

Kimi ga yo wa
Chiyo ni yachiyo ni
Sazare ishi no iwao to narite
Koke no musu made

Que le règne de notre Seigneur
Dure une et huit mille générations
Jusqu'à ce que les pierres
Deviennent rochers
Et se couvrent de mousse.

HistoireModifier

Bien que joué depuis la restauration de Meiji en tant qu'hymne national, et récité depuis des temps très anciens lors d'événements importants, Kimi ga yo n'est devenu officiellement l'hymne national du Japon que le (promulgation de la « loi sur le drapeau national et l'hymne national »), en même temps que le Hinomaru devenait le drapeau officiel du Japon[10],[9].

Les paroles de ce waka sont apparues pour la première fois dans un recueil de poème, le Kokin wakashū, comme un poème anonyme. Vers 1869, au tout début de l'ère Meiji, John William Fenton, un chef d'orchestre militaire en visite dans le pays recommanda à Iwao Ōyama, un officier du clan Satsuma, de choisir un hymne national pour le Japon, car le pays en était alors dépourvu. Ōyama approuva l'idée et choisit le waka pour les paroles du futur hymne[9],[4]. Fenton composa ainsi une première mélodie pour l'hymne nippon mais celle-ci fut rapidement écartée car elle manquait de solennité. Une seconde version, définitive, fut composée par Hayashi Hiromori et jouée la première fois lors de l'anniversaire de l'empereur Meiji, le [9].

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, le camp des vaincus inclut le Japon. Sous le commandement du général Douglas MacArthur, les Alliés de la Seconde Guerre mondiale s'installent sur le sol nippon. Dans le cadre de sa politique de démocratisation du pays, l'administration du Commandement suprême des forces alliées s'applique à effacer des tables de la loi la mystique nationaliste centrée sur la nature supposée divine de l'empereur du Japon qui prévaut depuis l'ère Meiji (1868 - 1912)[11]. L'usage de l'hymne national est alors interdit dans tout l'archipel japonais. Cependant, dès la fin de l'occupation, en 1952, il est réactivé. À partie de 1958, notamment, le ministère de l'Éducation impose aux enseignants de faire chanter Kimi ga yo lors des cérémonies scolaires. Une mesure qu'il renforce en 1989, malgré les diverses oppositions émanant de la société civile[3].

Interprétation officielleModifier

À l'occasion de la reconnaissance officielle de l'hymne national en 1999, le Premier ministre Keizō Obuchi a précisé le sens à donner à cet hymne, car la vénération de l'empereur en vigueur au Japon dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale et durant le conflit (période durant laquelle le Kimi ga yo devint de facto l'hymne national nippon), est associée à la militarisation expansionniste de l'archipel à cette époque et n'est plus à l'ordre du jour dans le Japon de la fin du XXe siècle : « Le kimi auquel s'adresse le Kimi ga yo, dans le cadre de la constitution actuelle du Japon, désigne l'empereur, qui est le symbole de l'État et de l'unité du peuple, qui tient sa position de la volonté du peuple en qui réside le pouvoir souverain ; dans son ensemble, Kimi ga yo dépeint l'appartenance à notre pays, dont l'empereur – qui tient sa position de la volonté du peuple en qui réside la volonté souveraine – est le symbole, et l'unité du peuple ; il est correct d'interpréter les paroles de l'hymne comme une prière pour la prospérité et la paix durable de notre pays. »

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) Louis G. Perez (dir.) et Roger K. Thomas, Japan at War : An Encyclopedia [« Le Japon en guerre : une encyclopédie »], Santa Barbara, ABC-CLIO, , 615 p. (ISBN 9781598847413 et 1598847414, OCLC 780481193), p. 177-179.
  2. (en) Nicholas D. Kristof, « A Would-Be Anthem In Search of a Meaning », sur The New York Times, (consulté le 22 avril 2019).
  3. a et b (en) Mayumi Itō, « Japan's Neo-Nationalism : the Role of the Hinomaru and Kimigayo Legislation », document de travail no 79, sur www.jpri.org, (consulté le 22 avril 2019).
  4. a et b (ja) Asahi Shinbun, « 君が代 », sur Kotobank,‎ (consulté le 22 avril 2019).
  5. (en) Adam Sherwin, « An Olympian challenge: To record all 205 national anthems » [« Un défi olympique : enregistrer les 205 hymnes nationaux »], The Independent, (consulté le 23 avril 2019).
  6. Selon le quotidien britannique, The Independent, l'hymne de l'Ouganda, Oh Uganda, Land of Beauty, une composition musicale de huit mesures, est le plus court[5].
  7. (en) Norris McWhirter, Guinness Book of World Records, 1997 [« Livre Guinness des records 1997 »], New York, Bantam Books, , 704 p. (ISBN 9780553542844 et 0553542842), p. 263.
  8. (en) Jun Hongo, « Hinomaru, 'Kimigayo' express conflicts both past and future », document archivé sur Archive.is, The Japan Times, (consulté le 22 avril 2019).
  9. a b c et d Louis Frédéric, Le Japon : dictionnaire et civilisation, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1419 p. (ISBN 9782221067642 et 2221067649, OCLC 36327575), p. 603.
  10. Mamiko Ueno, « Japon », Annuaire international de justice constitutionnelle, nos 27-2011,‎ , p. 943 (DOI 10.3406/aijc.2012.2098, lire en ligne [PDF]).
  11. (en) Michael Ashkenazi, Handbook of Japanese Mythology [« Manuel de mythologie japonaise »], Santa Barbara, ABC-CLIO, coll. « Handbooks of world mythology », , 375 p. (ISBN 9781576074671 et 1576074676, OCLC 52086161), p. 206.