Kim Darby

actrice américaine

Kim Darby, née Deborah Zerby, est une actrice américaine, née le à Los Angeles, Californie (États-Unis).

Kim Darby
Kim Darby 1974.JPG
Kim Darby en 1974
Biographie
Naissance
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Deborah Zerby
Nationalité
Activités
Père
Jon Darby (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Inga (?) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant
Heather Stacy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Elle est principalement connue pour son rôle de Mattie Ross en 1969 dans Cent dollars pour un shérif de Henry Hathaway, où elle donne la réplique à John Wayne.

BiographieModifier

Milieu familialModifier

 
Les Wiere Brothers et Charla Regis, 1962

Née à Los Angeles, Darby s'appelle à sa naissance Deborah Zerby, en hommage à l'actrice Deborah Kerr[1]. Elle est la fille des danseurs professionnels Inga (née Ingeborg Wiere), née en 1923 à Linz Oberösterreich en Autriche[2], mariée à 16 ans, alors qu'elle était danseuse de ballet, avec Jon C. Zerby, né sur la route à Thurber au Texas en 1914[1],[3],[4]. Le couple se nomme les « Dancing Zerbys » ou « Dancing Zerbies »[5].

Enfant de la balle, Jon est l'arrière-petit-fils d'un clown de cirque et le fils d'un danseur et comédien de vaudeville se produisant en famille sur scène[3]. Les frères de Inga (Sylvester, Herbert et Harry Wiere) sont des comédiens de vaudeville sur scène puis à la télévision, et constituaient la troupe des (en) Wiere Brothers entre les années 1920 et 1960.

JeunesseModifier

Après dix années en équipe, le couple Zerby divorce quand Deborah a deux ans mais poursuit quelque temps ensemble sa carrière[3]. Alors que sa mère la réclame, la petite fille est confiée à son père qui danse partout dans le monde et la fait élever par les grands-parents Zerby, Clyde et Mabel. Clyde, le grand-père Zerby, initialement dentiste puis organisateur de carnavals et cirques, s'emploie ensuite dans l'immobilier[1]. Elle quittera leur maison à 18 ans[1].

Le père de Deborah la surnomme Derby : « Je pensais que Derby Zerby serait un grand nom de scène », dit-il, mais la jeune fille ne l'entendra pas de cette même oreille[6].

De 8 à 16 ans, son père lui fait suivre des cours de ballet qu'elle déteste. Elle va au lycée puis à l'université de Van Nuys dans le Nord d'Hollywood[1].

CarrièreModifier

Elle s'est donc produite en tant que chanteuse et danseuse sous le nom de Derby Zerby puis, estimant qu'elle ne pouvait pas « espérer de rôles importants et sérieux dans des films avec un nom comme Derby Zerby », à 16 ans, elle se rebaptisée « Kim », du nom d'une fille populaire qu'elle admirait dans son lycée et « Darby », comme une variation de Derby[1].

Darby commence à jouer à l'âge de quinze ans. Sa première apparition est celle d'une danseuse dans le film Bye Bye Birdie (1963). Son travail télévisé comprend notamment Gunsmoke (1967) dans les épisodes « The Lure » et « Vengeance », Bonanza (1967) dans l'épisode « The Sure Thing » et en tant que jeune fille atteignant l'âge adulte sur une planète dans l'épisode obsédant intitulé« Miri » de la série originale de Star Trek (1966). Sa carrière télévisuelle se poursuit. Elle est également apparue dans l'épisode « Sein und Zeit » de The X-Files (1999).

Parmi ses nombreux films, il y a True Grit (Cent dollars pour un shérif, 1969) dans lequel elle remplace Mia Farrow qui s'était désistée craignant le caractère du réalisateur Henry Hathaway, et y joue une adolescente de quatorze ans alors qu'elle avait vingt et un ans et donne la réplique à John Wayne ; The Strawberry Statement (Des Fraises et du sang, 1970) ; Norwood (1970); The One and Only (1978) ; Better Off Dead (1985) ; Halloween: la malédiction de Michael Myers (1995).

De manière générale, Darby joue des personnages sobres, retenus et introvertis ; très rarement, est-elle employée pour jouer une femme liante ou joyeuse[1].

Darby a admis que sa carrière avait décliné après les années 1970, en partie parce qu'elle était devenue dépendante aux amphétamines[7].

Comme son père Jon après sa longue carrière de danseur itinérant, a donné de nombreux cours danse à Van Nuys[3], en 1990, Kim Darby commence à enseigner le théâtre dans la région de Los Angeles et est instructrice dans le programme d'extension de l'Université de Californie à Los Angeles depuis 1992.

En 2014, elle incarne Stacia Clairborne, témoin partiellement aveugle d'un crime, dans l'épisode « Prologue » de la série Perception.

Darby continue de faire des apparitions à la télévision et de faire des films occasionnellement.

Vie privéeModifier

Kim Darby a été mariée deux fois. En 1968, elle épouse l'acteur James Stacy , avec qui elle a eu une fille, Heather Elias, née en 1968. Leur mariage se termine par un divorce en 1969[8]. En 1970, elle épouse James Westmoreland et le mariage se termine également par un divorce après moins de deux mois[9].

Sa mère s'étant remariée à Berverly Hills, Darby a de son côté un demi-frère et une demi-soeur[1].

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h « Un nouveau nom ... une nouvelle vie (Kim Darby) », par Edwin Miller, 1969. Lire en ligne
  2. « Wiere - Ancestry », sur www.ancestry.fr (consulté le 14 juin 2020)
  3. a b c et d (en-US) Los Angeles Times, « Dancer, 76, Still Making It Look Easy : Teacher: Jon Zerby, who has performed around the world, remains in step with his students and his art. », sur Los Angeles Times, (consulté le 13 juin 2020)
  4. (en) Sonny Watson Streetswing, « Alpha Letter Z Dancers History Index », sur www.streetswing.com (consulté le 14 juin 2020)
  5. (nl) « The Zest of Jon Zerby », sur nl.newsbank.com, (consulté le 13 juin 2020)
  6. Susan Sackett, Hollywood sings! : an inside look at sixty years of Academy award-nominated songs, New York : Billboard Books, (lire en ligne)
  7. (en) Sam Tweedle, « trad. La vérité et le grain : une conversation avec Kim Darby », sur popcultureaddict.com, (consulté le 14 juin 2020)
  8. (en) Roger Ebert, « Kim Darby: The One and Only | Interviews | Roger Ebert », sur https://www.rogerebert.com/, (consulté le 14 juin 2020)
  9. (en) « Conversation avec Kim Darby », sur ww1.popcultureaddict.com, (consulté le 13 juin 2020)