Ouvrir le menu principal

Kesennuma-shi
気仙沼市
Kesennuma
Gare de Saichi à Kesennuma.
Drapeau de Kesennuma-shi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Tōhoku
Préfecture Miyagi
Maire Noboru Suzuki
Code postal 〒988-8501
Démographie
Population 73 936 hab. (mars 2010)
Densité 222 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 54′ 30″ nord, 141° 34′ 12″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 711,9 m
Superficie 33 337 ha = 333,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Miyagi

Voir sur la carte administrative de Préfecture de Miyagi
City locator 13.svg
Kesennuma-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 13.svg
Kesennuma-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 13.svg
Kesennuma-shi
Liens
Site web https://www.kesennuma.miyagi.jp/

Kesennuma (気仙沼市, Kesennuma-shi?) est une ville située dans la préfecture de Miyagi, au Japon.

GéographieModifier

SituationModifier

Kesennuma est située dans le Nord-Est de la préfecture de Miyagi, au Japon. Elle entoure la baie de Kesennuma et inclut l'île d'Ōshima.

DémographieModifier

En 2011, la population de Kesennuma était de 73 936 habitants, répartis sur une superficie de 333,37 km2.

HistoireModifier

Le , la ville est fondée par la fusion du bourg de Kesennuma et des villages de Shishiori et Matsuiwa. Le , les villages de Niitsuki, Hashikami et Ōshima sont intégrés à Kesennuma. Le , Kesennuma absorbe le bourg de Karakuwa (district de Motoyoshi), puis, le , le bourg de Motoyoshi.

Le , la ville est ravagée par le tsunami consécutif au séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku.

ÉconomieModifier

Kesennuma développe activité de pêche : thon, sanma, katsuo ou requin (pêche aux ailerons). 90 % des prises de requin au Japon se feraient ici (14 000 tonnes en 2009)[1].

JumelagesModifier

Kesennuma est jumelée avec les villes de Puntarenas, Costa Rica et Zhoushan, Chine.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Justin McCurry, « Shark fishing in Japan – a messy, blood-spattered business », The Guardian, le .

Voir aussiModifier