Ouvrir le menu principal
Kelp
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
l'appellation « Kelp » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Taxons concernés

Kelp est un mot anglais servant à désigner plusieurs espèces de grandes macroalgues brunes appartenant à différents ordres[1].

En français, on tend à réserver le mot kelp pour désigner les algues géantes des côtes nord-américaines du Pacifique, néo-zélandaises ou sub-antarctiques qui forment de véritables forêts sous-marines, depuis le fond de la mer jusqu'à la surface, généralement dominées par les espèces Macrocystis pyrifera ou Nereocystis luetkeana[réf. souhaitée]. Le mot « kelp » peut alors désigner en français, soit l'algue elle-même, soit le milieu naturel particulier formé par les peuplements d'algues géantes. Certaines espèces peuvent mesurer jusqu'à 30 mètres de longueur[2]. Accrochées sur le fond rocheux, elles portent des pneumatocystes, sortes de flotteurs remplis de gaz leur permettant de se maintenir dans la colonne d'eau. Les habitants des îles Malouines sont surnommés les Kelpers à cause de la présence d’une grande quantité de kelp sur ces îles.

Sous forme de comprimés, le kelp est utilisé comme complément alimentaire pour sa grande concentration en iode.

Exemples d'espèces[1]Modifier

Ordre Genre Espèce Nom commun anglophone
Fucales Fucus vesiculosus kelp, kelpware
Durvillaea bull-kelp, southern bull-kelp
Sargassum mangarevense common kelp
Laminariales Nereocystis luetkeana bull-kelp, edible kelp, giant kelp
Macrocystis pyrifera giant kelp, giant bladder kelp, giant Pacific kelp
Desmarestiales Desmarestia viridis green acid kelp, stringy acid kelp

CultureModifier

La Chine est leader mondiale de production de kelp, avec 7 millions de tonnes produites en 2015[3]

UtilisationsModifier

Certaines espèces de kelp sont incluses dans la cuisine de pays comme le Chili (e.g. Durvillaea antarctica, appelé localement « cochayuyo »), d'autres sont utilisées dans les produits cosmétiques et dans la nourriture pour animaux en raison de leurs propriété gélifiantes[3].

La kelp pourrait servir à un vaste programme de déacidification des océans et de lutte contre le réchauffement climatique en raison de sa capacité à absorder le CO2, l'azote et le phosphore[3].

PhotographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) C.I. Fraser, « Is bull-kelp kelp? The role of common names in science », New Zealand Journal of Marine and Freshwater Research, vol. 2, no 46,‎ , p. 279-284 (DOI 10.1080/00288330.2011.621130, résumé)
  2. Michèle Aulagnon-Ponsonnet et Nicolas Ancellin, « 5 océans pour une planète », Géo, no 367,‎ , p. 41
  3. a b et c Catherine Zuckerman, « Des algues dans votre assiette », National Geographic, France,‎

Voir aussiModifier