Kazimierz Dziekoński

Kazimierz Dziekoński de Korab, né le et mort le , est un général de brigade de l'armée polonaise de l'insurrection polonaise conduite par Tadeusz Kościuszko en 1794 et de l'Insurrection de novembre 1830. Fils d'Antoni Dziekoński, défenseur en 1792, de Stanislas II de Pologne, dernier roi indépendant de la République des Deux Nations, il est l'un des organisateurs du Sejm de Grodno.

Kazimierz Dziekoński
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Hieronimowo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Famille
Dziekoński-Korab (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Antoni Dziekoński (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinctions

BiographieModifier

Kazimierz Dziekoński possède une propriété dans le village Hieronimowo, du district de Gmina Michałowo (voïvodie de Podlachie). Lors de l'insurrection polonaise conduite par Tadeusz Kościuszko en 1794 contre la Russie impériale, Kazimierz Dziekoński est lieutenant dans le régiment du général Michał Wielhorski, au grand duché de Varsovie, garde du Prince Józef Poniatowski.

Campagne napoléonienneModifier

Kazimierz Dziekoński participe avec le 14e régiment de cuirassiers, à six batailles : bataille de Friedland, bataille de Pittersbach, bataille de Krakau, bataille de Strohweide, bataille de Weida, et à la bataille de Leipzig[1].

En 1808, il est au 1er régiment des Uhlans (ulanow) polonais, et prendra part à la bataille de Raszyn (1809), conflit entre les armées de l'Empire d'Autriche et celles du grand-duché de Varsovie le . En 1810 il est nommé lieutenant-colonel du 14e régiment de cuirassiers, et en 1813, il est promu colonel du régiment.

Campagne polonaiseModifier

Après la défaite de Leipzig, il est en 1815 commandant du 3e régiment de cuirassiers du Royaume du Congrès, puis nommé général de brigade en 1828.

A l'insurrection de novembre 1830, il est en poste à Radom. En mars 1831 il participe à la plupart des batailles russo-polonaises. En , il est nommé commandant de la forteresse de Praga, de la ville de Varsovie.

Après la défaite, il est prisonnier à Vologda (Russie)... toute trace de son passé d'exilé reste inconnue à ce jour.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier