Kate Austin

journaliste américaine

Kate Cooper Austin (Comté de LaSalle, [1]Kingman, ) est une journaliste américaine, libertaire et féministe, membre de l'American Press Writers' Association.

Kate Austin
Kate Austin.jpg
Kate Austin
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Kate fut élevée au sein d'une famille universaliste unitarienne et spiritualiste de Hook's Point dans l'Iowa où elle vint s'installer à l'âge de six ans. Ayant perdu sa mère à l'âge de onze ans, elle dut s'occuper de ses jeunes frères et sœurs. Elle se maria à Hook's Point en .

C'est à cette époque que son père découvrit le journal libertaire et féministe Lucifer, The Light-Bearer publié par Moses Harman. Toute la famille Austin fut vivement impressionnée par les écrits de Harman, mais ce furent les émeutes sanglantes de Haymarket Square à Chicago en 1886 et la répression sévère qui suivit (entraînant la mort de huit policiers et d'un nombre inconnu de civils ainsi que la condamnation à mort et l'exécution de quatre grévistes, un autre se suicidant en prison) qui amena définitivement Kate à l'anarchisme militant.

En tant que membre de l'APWA, elle collabora aux journaux anarchistes Lucifer, The Light-Bearer, The Firebrand, Free Society, Discontent, et le Demonstrator.

Socialiste libertaire, elle s'opposa au courant individualiste. Libre-penseuse et féministe, elle lutta également pour l'émancipation sexuelle de la femme.

À sa mort, elle laissa neuf enfants âgés de 10 à 19 ans.

ÉcritsModifier

  • Is woman doomed by natural law to be the mental inferior of man ?, 1901, notice.
  • La Question des Sexes in Rapport du Congrès antiparlementaire international de Paris, 1900, cité.

BibliographieModifier

  • Aurélien Roulland, Kate Austin, Paysanne Anarchiste et Féministe, Editions du Monde Libertaire, 2019, (ISBN 9782915514872)

SourcesModifier

Articles connexesModifier

AudiovisuelModifier

  • Joel Sucher, Steven Fischler, Anarchism in America, The National Endowment for the Humanities, Pacific Street Film Projects, 1981, voir en ligne.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier