Kareyce Fotso

chanteuse camerounaise

Kareyce Fotso, née le à Bandjoun (Cameroun), est une musicienne, chanteuse et auteure-compositrice-interprète camerounaise[1],[2]. Issue d'une famille bamiléké de Yaoundé, ses premières langues sont l'ewondo, la langue du quartier, et le ghomalaʼ, langue de sa parenté. Éduquée au milieu d'un brassage culturel où se mélangent de multiples ethnies camerounaises et d'Afrique centrale, elle se définit comme culturellement métisse[3].

Kareyce Fotso
Description de cette image, également commentée ci-après
Kareyce Fotso en 2022
Informations générales
Surnom Kareyce
Nom de naissance Sidonie Thérèse Motio Fotso
Naissance (45 ans)
Bandjoun (Cameroun)
Activité principale auteur-compositrice-interprète-productrice
Genre musical folk, bikutsi, jazz, soul, blues
Instruments guitare, sanza
Années actives depuis 2004
Labels Contre Jour
Influences Annie Anzouer, André-Marie Tala, Koko Ateba, François Kokelaere, Richard Bona
Site officiel kareycefotso.org

Biographie

modifier

Kareyce Fotso née dans une famille de Bandjoun dans la région de l'Ouest du Cameroun en pays Bamiléké, grandit au quartier populaire et cosmopolite Beti de Mvog-Ada à Yaoundé. Sa mère vendeuse tenant une boutique Bayam-sellam, la confie aux grands mères bétis. Dès son enfance, elle est remarquée pour ses prestations dans les concerts scolaires.

Éducation

modifier

Elle obtient le baccalauréat en 1996, puis sort diplômée en biochimie de l'université de Yaoundé I conformément aux souhaits parentaux. Kareyce attirée par la création artistique s'oriente vers le cinéma et obtient un BTS en audiovisuel et photographie à l'Institut Siantou Supérieur.

Parallèlement à ses études, elle chante dans les cabarets de Yaoundé, elle est engagée comme choriste du Korongo Jam avec Erik Aliana et aussi pour Sally Nyolo.

Au théâtre, elle révèle ses talents de comédienne, dans Le monologue de la réfugiée, mis en scène par Annie Tchawack pour lequel elle reçoit le Prix des Scènes du théâtre francophone en avril 2009. Elle s'engage dans une tournée théâtrale en Afrique avec Thierry Ntamack et la Compagnie Anoora de Yaya Mbilé.

Carrière

modifier

En 2009, elle obtient le « Visa pour la création » de Culturesfrance (Institut français). En septembre, elle représente le Cameroun aux Jeux de la Francophonie et à la première commémoration de la fin l’esclavage aux Nations unies. En novembre, elle dévoile son premier album Mulato qui sera finaliste du Prix découvertes RFI. En solo, elle participa au Festival Sukiyaki au Japon.

En 2010, Kareyce travaille avec l’agence Contre-Jour et entame une carrière de tournées internationales. Elle se produit au festival Musique métisse à Angoulême, au Rudolfstatd Festival... En 2011, elle participe à des concerts avec le griot malien Habib Koité & Guests, notamment au club de jazz Moods de Zurich. Elle se produit sur plusieurs scènes avec comme choriste la chanteuse Taty Eyong.

En 2012-2013, elle joue, dans le cadre d'Acoustic Africa – Women Voices, avec Dobet Gnahoré & Manou Gallo, puis pour le festival Only French en mai 2013 à Dakar[4], et en novembre à Paris à La Boule noire.

Le , jour de la fête nationale de l'unité du Cameroun, elle lance officiellement l'album Mokte (du ghomala : Croire), constitué de 12 titres chantés en huit langues camerounaises, dont Kowadi (du fulfuldé : pourquoi), Ndolo (du douala : mon amour)[5]. Elle se produit en cette période en duo accompagnée par le guitariste Fabien Degryse. Elle forme un duo avec Annie Anzouer pour chanter un hommage à la famille et au rôle de la mère : Pie kung'ho (du ghomala' : nous t'aimons)[6].

Depuis 2017, elle est ambassadrice des Jeux de la Francophonie.

En juin 2018, elle participe au Kenako Afrika Festival à Berlin, elle sort une chanson titrée On va jurer, en collaboration avec l'artiste haïtien Jean Jean Roosevelt. En 2019, elle participe à la conférence internationale organisée par l’Organisation internationale de la Francophonie et ses partenaires, les 18 et à N'Djamena, sur l’éducation des filles et la formation des femmes dans l’espace francophone : défis, bonnes pratiques et pistes d’actions.

Le , après 5 ans de travail sur le concept, elle lance un pont entre tradition et modernité avec le single intitulé Poyou, ce qui traduit du ghomala en français signifie Écoutez ou À votre attention[7].

En octobre 2023, elle initie le projet "heroes of freedom"[8]; un projet qui vise à rendre hommage aux hommes et femmes qui ont lutté pour la libération du Cameroun. Le projet a été lancé via la chanson "heroes of freedom" en duo avec l'artiste Salatiel[9]. Par la suite, une série de documentaires sur les figures marquantes de l'Histoire du Cameroun a été diffusée ( Um Nyobé, Ernest Ouandié etc.)

Style musical

modifier

Sur scène, Kareyce Fotso joue de son allure naturelle, authentique, posée et respectable pour entonner des mélodies accompagnées par sa guitare. Sa voix[10], au rythme plus soutenu, bascule dans une Afrique traditionnelle. Elle danse ou s’accompagne d’un tambour de bois.

Discographie

modifier

Collaborations

modifier

Prix et récompenses

modifier

Distinctions

modifier

Notes et références

modifier
  1. Les inrocks
  2. Rfi Musique
  3. Groovesound, Dossier de presse: Kareyce Fotso, Contre Jour, 2010
  4. Edition 19, Dakar, mai 2013
  5. Jeanne Ngo Nlend, Culture ébène, Mokte » de Kareyce Fotso, un appel à l’unité nationale, 18 mai 2014
  6. Dartnaud, Auletch, Annie Anzouer et Kareyce Fotso dans « pie kung’ho » : un bel hommage à la famille, 15 juillet 2014
  7. KPJ Events, Kareyce Fotso présente son nouveau single intitulé Poyou, 9 décembre 2020
  8. « Heroes of freedom, de quoi s’agit-il ? », sur lesrencarts.com, (consulté le )
  9. « Couleurs tropicales - Kareyce Fotso rend hommage aux héros qui ont lutté pour la cause noire », sur RFI, (consulté le )
  10. Thierry Coljon, Le Soir du 18 août 2010
  11. Alain Tchakounte, Le Camerounais Info, Scènes du théâtre francophone - Le verdict, 21 avril 2009
  12. Amazingworld237, Ambassadrice de bonne volonté des jeux de la francophonie 2017, 11 janvier 2017

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :