Kappa Draconis

étoile
Kappa Draconis
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 12h 33m 28,94325s[1]
Déclinaison 69° 47′ 17,6490″[1]
Constellation Dragon
Magnitude apparente 3,82[2]

Localisation dans la constellation : Dragon

(Voir situation dans la constellation : Dragon)
Draco IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral B6 IIIe[3]
Indice U-B –0,61[2]
Indice B-V –0,11[2]
Astrométrie
Vitesse radiale −11,4[4] km/s
Mouvement propre μα = −58,79[1] mas/a
μδ = +10,68[1] mas/a
Parallaxe 6,65 ± 0,34 mas[1]
Distance 490 ± 30 al
(150 ± 8 pc)
Caractéristiques physiques
Rayon 5,6 R[5]
Luminosité 1 400 L[3]
Température 13 800 K[3]
Rotation 250 km/s[3]

Autres désignations

κ Dra, 5 Dra (Flamsteed), BD+70 703, FK5 472, HD 109387, HIP 61281, HR 4787, SAO 7593[6]

Kappa Draconis (κ Draconis, κ Dra) est une étoile géante bleue située dans la constellation circumpolaire boréale du Dragon. Avec une magnitude apparente de 3,88, elle est difficilement visible à l'œil nu quand l'éclairage artificiel des villes est présent. Néanmoins, c'est une étoile puissante, environ cinq fois plus massive que le Soleil. Elle est à environ 490 années-lumière et est 1400 fois plus lumineuse que le Soleil.

Kappa Draconis est considérée comme ayant tout juste quitté la séquence principale, après avoir consommé le contenu en hydrogène de son cœur. Durant le prochain demi-million d'années, elle gonflera, devenant plus brillante mais avec une température de surface nettement plus froide. Elle apparaîtra beaucoup plus lumineuse, brillant probablement avec une couleur rougeâtre et deviendra ainsi une géante rouge[7].

L'étoile est actuellement située à la déclinaison 69° 47' 18" nord (AD 12 h 33 min 29 s), mais à cause de l'effet de la précession des équinoxes, Kappa Draconis était l'étoile visible à l'œil nu la plus proche du pôle nord céleste entre 1793 av. J.-C. jusqu'à environ 1000 av. J.-C.. Cependant, comme elle est beaucoup plus faible que sa voisine Kochab, Kochab était considérée comme l'étoile polaire à cette époque[réf. nécessaire].

Nom traditionnel chinoisModifier

En chinois, 紫微右垣 (Zǐ Wēi Yòu Yuán), signifiant Mur droit du palais pourpre interdit, fait référence à un astérisme constitué de κ Draconis, α Draconis, λ Draconis, 24 Ursae Majoris, 43 Camelopardalis (en), α Camelopardalis et BK Camelopardalis (en)[8]. Par conséquent, κ Draconis elle-même est appelée 紫微右垣二 (Zǐ Wēi Yòu Yuán èr, la deuxième [étoile] du mur droit du palais pourpre interdit)[9], représentant 少尉 (Shǎowèi), signifiant Deuxième garde impérial[10].

RéférencesModifier

  1. a b c d et e F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy and Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. a b et c D. L. Crawford, J. V. Barnes et J. C. Golson, « Four-color, H-beta, and UBV photometry for bright B-type stars in the northern hemisphere », The Astronomical Journal, vol. 76,‎ , p. 1058 (DOI 10.1086/111220, Bibcode 1971AJ.....76.1058C)
  3. a b c et d L. A. Balona et W. A. Dziembowski, « Excitation and visibility of high-degree modes in stars », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 309, no 1,‎ , p. 221–232 (DOI 10.1046/j.1365-8711.1999.02821.x, Bibcode 1999MNRAS.309..221B)
  4. R. E. Wilson, General Catalogue of Stellar Radial Velocities, Carnegie Institute of Washington D.C., (Bibcode 1953GCRV..C......0W)
  5. A. B. Underhill, L. Divan, M.-L. Prevot-Burnichon et V. Doazan, « Effective temperatures, angular diameters, distances and linear radii for 160 O and B stars », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 189,‎ , p. 601–605 (Bibcode 1979MNRAS.189..601U)
  6. (en) kap Dra -- Be Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  7. (en) James B. Kaler, « Kappa Draconis », sur Stars
  8. (zh) 中國星座神話, written by 陳久金. Published by 台灣書房出版有限公司, 2005, (ISBN 978-986-7332-25-7).
  9. (zh) AEEA (Activities of Exhibition and Education in Astronomy) 天文教育資訊網 2006 年 6 月 11 日
  10. English-Chinese Glossary of Chinese Star Regions, Asterisms and Star Name, Hong Kong Space Museum. Accessed on line November 23, 2010.

Liens externesModifier