Clé articulaire

technique de combat
(Redirigé depuis Kansetsu-waza)

Clé articulaire
Démonstration d'une clé de bras en hyperextension par des militaires américains.
Démonstration d'une clé de bras en hyperextension par des militaires américains.
Japonais
Kanji 絞技
Hepburn Kansetsu-waza
Anglais
Joint lock

La clé articulaire est une technique de combat consistant à amener l'articulation d'un adversaire au maximum de son amplitude afin de le forcer à l'abandon ou le neutraliser. On peut distinguer les clés par la direction de la force exercée sur l'articulation :

  • flexion ;
  • extension ou hyperextension ;
  • torsion.

Ces techniques sont pratiquées dans de nombreux arts martiaux, sports de combat, méthodes de défense personnelle et systèmes de combat militaire. Elles peuvent être par exemple utilisées par les forces de sécurité pour maîtriser une personne, tout en réduisant le risque de blessure. La manipulation de l'articulation entraîne une douleur progressive en fonction de la force appliquée, mais si elle est réalisée trop violemment, peut entraîner diverses lésions sur les muscles, les tendons, les ligaments et entraîner une entorse, une luxation voire une fracture[1].

Les clés peuvent être utilisées pour soumettre l'adversaire, mais aussi pour projeter l'adversaire au sol. Dans ce cas, l'attaquant utilise la douleur provoquée par la clé pour forcer l'adversaire à se jeter au sol.

Les clés peuvent être classées en fonction de la partie du corps qui est visée :

Types de clésModifier

Clé de bras en hyperextensionModifier

La clé de bras en hyperextension, souvent simplement nommée clé de bras, armbar ou straight armbar en anglais, juji-gatame (十字固?) voire ude-hishigi-juji-gatame (腕挫十字固?) en japonais, est une technique plaçant l'articulation du coude en limite d'étirement. Elle est typiquement exécutée en se positionnant perpendiculairement à son adversaire, les deux combattants dos au sol. Le bras de celui qui subit la prise est alors situé entre les jambes de l'attaquant, le coude devant le bassin utilisé comme premier point de levier. Le second point du levier est réalisé en appuyant la main de l'adversaire vers le bas.

La prise peut aussi être exécutée depuis une position de garde[2], ou même en clé de bras à la volée depuis la position debout ou flying armbar. Elle peut aussi être utilisée en combinaison avec un étranglement en triangle sur le bras emprisonné. La prise est alors désignée comme sankaku-gatame (三角固?) voire ude-hishigi-sankaku-gatame (腕挫三角固?) au judo.

Clé d'épaule en torsionModifier

La clé d'épaule en torsion, appelée kimura, americana, omoplata, est une clé ou l'assaillant applique un moment de rotation sur l'épaule adverse pour le forcer à l'abandon. Cette clé peut être réalisée par l'assaillant à l'aide des deux bras, dans un sens anti horaire (kimura) ou horaire (americana). Elle peut aussi être réalisée avec les jambes (omoplata).

Clé de genou en hyperextensionModifier

La clé de genou en hyperextension (kneebar) repose sur le même principe que la clé de bras mais s'exerce sur le genou. Cette clé, comme beaucoup de clés de genou, est assez redoutée des combattants car elle serait rapidement dangereuse. Pourtant rien n'a jamais prouvé cette dangerosité particulière, qui est sûrement imaginaire, ou due à des rumeurs[réf. nécessaire].

Clé de genou en rotationModifier

La clé de genou en rotation, appelée aussi clé de talon ou heel hook, est une clé où l'assaillant, bloquant la pointe du pied adverse sous son aisselle donne un mouvement de rotation au talon, faisant tourner le tibia. Contrairement à la clé de genou en hyperextension, cette clé est véritablement dangereuse et délicate à effectuer. En effet, le stade ou l'adversaire ressent la douleur est soudain et très proche du stade ou la blessure à lieu (contrairement à une clé en hyperextension ou la douleur est graduelle et prévisible). Cette clé est ainsi interdite dans nombre de compétitions de judo ne waza et en ju jitsu brésilien (règlement IBJJF), en raison de sa dangerosité lorsque réalisée par des personnes trop peu expérimentées. Toutefois, lors de compétitions de haut niveau (adcc, polaris, metamoris[Quoi ?]...) cette clé reste autorisée et n'entraine pas plus de blessures qu'une autre clé, sans doute grâce au niveau de maitrise des pratiquants.[interprétation personnelle].

Clé de cheville dans l'axeModifier

La clé de cheville dans l'axe (straight ankle lock), est une clé où l'assaillant, qui enserre sous son aisselle le pied de l'adversaire, va pencher son buste en arrière pour exercer une force sur la cheville. Cette clé est autorisée en ju jitsu brésilien à tout niveau, mais c'est en grappling que cette clé est la plus efficace puisque celui qui subit ne peut pas attraper le kimono adverse pour l'empêcher de partir en arrière.

Clé de cheville en torsionModifier

La clé de cheville en torsion (toe hold) est une clé ou l'assaillant attrape la cheville adverse en contrôle kimura pour lui donner une rotation. Cette clé a beau être efficace, les combattants l'effectuent souvent quand la clé de genou en hyperextension a échoué car cette dernière est plus compliquée à contrer.

Notes et référencesModifier

  1. THIAGO BERNARDO CARVALHO DE ALMEIDA, EIFFEL TSUYOSHI DOBASHI, ALEXANDRE YUKIO NISHIMI et EDUARDO BERNARDO DE ALMEIDA, « ANALYSIS OF THE PATTERN AND MECHANISM OF ELBOW INJURIES RELATED TO ARMBAR-TYPE ARMLOCKS IN JIU-JITSU FIGHTERS », Acta Ortopedica Brasileira, vol. 25, no 5,‎ , p. 209–211 (ISSN 1413-7852, PMID 29081707, PMCID 5608741, DOI 10.1590/1413-785220172505171198, lire en ligne, consulté le 16 octobre 2020)
  2. « Technique de JJB fondamentale: clé de bras en garde fermée », sur EspritJJB (consulté le 13 novembre 2015).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier