Kanesatake

établissement amérindien mohawk au Québec (Canada)

Kanesatake
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Laurentides
Subdivision régionale Deux-Montagnes
Chef Victor Bonspille[1]
Code postal J0N 1E0
Démographie
Population 1 783 hab. (2020[2])
Densité 150 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ nord, 74° 07′ ouest
Superficie 1 188 ha = 11,88 km2
Divers
Code géographique 2472802
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal
Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Kanesatake
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Kanesatake
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Kanesatake

Kanesatake (en mohawk : Kanehsatà:ke) est un établissement indien mohawk, enclavé dans la municipalité canadienne d'Oka, au Québec. Il est situé dans la région des Laurentides, à la confluence de la rivière des Outaouais et du lac des Deux Montagnes, sur la Rive-Nord de Montréal[3]. Il est habité par les Mohawks de Kanesatake.

SituationModifier

Kanesatake fait partie du territoire de la municipalité régionale de comté de Deux-Montagnes, dans la région administrative des Laurentides[4].

Il couvre un territoire de 11,88 km2[5]. On y compte 327 maisons. Il est accessible par la route 344.

« Une partie du territoire de Kanesatake est imbriquée dans le village d'Oka même, où près de 55 parcelles de terrain appartenant à des Mohawks sont séparées les unes des autres par des terrains privés non amérindiens »[6].

Selon l'ancien chef Otsi Simon, « il faut augmenter la superficie de Kanesatake pour parvenir à avoir à la base un certain territoire qui n'est pas composé que de morceaux de terre éparpillés »[6].

HistoireModifier

En 1717, sous le régime français, le gouverneur Vaudreuil et l'intendant Bégon concèdent la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes, sur laquelle est aujourd'hui situé Kanesatake, aux sulpiciens de Montréal afin d'y établir une mission amérindienne[7]. Les Mohawks, une nation iroquoise, sont les premiers à s'y installer et nomment l'endroit Kanesatake[8]. Ils sont rapidement rejoints par des Algonquins et des Népissingues, nations de langues algonquiennes, qui appellent quant à eux la mission Oka[8]. En 1839, la mission du Lac-des-Deux-Montagnes compte 1 050 habitants, répartis entre Algonquins, Népissingues et Mohawks[7]. En 1851, cependant, les Algonquins commencent à quitter Kanesatake-Oka pour s'installer dans la région de Maniwaki[7], de sorte que la communauté finit par devenir exclusivement mohawk[8].

TensionsModifier

Kanesatake a connu des tensions politiques au cours de son histoire récente.

Du au , la crise d'Oka est un évènement politique marquant qui oppose la nation mohawk aux États québécois et canadien. La crise demande l'intervention de l'armée canadienne après l'échec d'une intervention de la Sûreté du Québec.

Vingt ans plus tard, les tensions sont encore vives entre les gens de la communauté et les Blancs, selon Ghislain Picard[9]. D'autres, comme André Valiquette, rejettent le racisme comme explication des difficultés et mettent en évidence d'autres causes[10].

GouvernanceModifier

En 1991, les citoyens de Kanesatake ont tenu leurs premières élections pour les chefs et les membres du conseil. Jerry Peltier a été élu grand chef[11]. Avant cela, les chefs étaient héréditaires à travers le système de parenté matrilinéaire et nommés par les mères de clan.

En , la petite communauté a fait face à une autre crise qui fit la manchette autant dans la province du Québec que dans le reste du Canada, en raison de conflits politiques entre les partisans de l'ex-chef de la communauté, James Gabriel, et ceux du chef en poste, Steven Bonspille[12]. Les chefs Pearl Bonspille, Steven Bonspille et John Harding s'étaient opposés à Gabriel dans une suite d'incidents qui ont mis fin au mandat de Gabriel comme grand chef. John Harding et les autres chefs du conseil, Steven Bonspille et Pearl Bonspille, se sont opposés à la tentative de prise de contrôle de la police par Gabriel par l'embauche d'agents privés dans le cadre d'une descente contre des trafiquants de drogue en . Ils ont considéré l'action de Gabriel comme une tentative illégale d'usurpation du pouvoir de la Commission de police. Les 67 constables spéciaux ont été contraints de se réfugier dans la station de police locale pour se protéger après que 200 membres de la communauté aient encerclé le poste de police[13]. La demeure de Gabriel fut incendiée et ce dernier quitta la communauté, d'abord pour Montréal, ensuite pour l'Ontario[11],[14]. 13 personnes seront plus tard reconnues coupables de méfaits et de participation à une émeute[15].

Des élections ont eu lieu à la fin du printemps 2005. Le , Steven Bonspille a défait James Gabriel lors de l’élection du grand chef. Harding Bonspille et Pearl Bonspille ont en outre été réintégrés dans leurs fonctions comme chefs sur le conseil[11].

L'engagement dans la vie politique est resté élevé : en 2008, il y avait 25 candidats en lice pour sept sièges au conseil. À l'époque, il y avait plus de 2 300 électeurs inscrits : 1 685 sur le territoire et 664 à l'extérieur.

Commerce du tabacModifier

Le tabac est une plante traditionnelle indigène à l'Amérique du Nord et du Sud. Des sources archéologiques ont montré que son utilisation fait partie des traditions religieuses et politiques rituelles dans les cultures autochtones des Amériques depuis au moins deux mille ans[16][source insuffisante]. Sous les lois actuelles du Canada et des États-Unis, les autorités fédérales et provinciales/étatiques tentent de contrôler le commerce de produit contenant du tabac à travers le prix et les taxes, en partie à cause de l'impact sur la santé du tabagisme.

Malgré les problèmes politiques et légaux qui y sont liés, Kanesatake a bénéficié de retombées économiques des ventes hors taxes de tabac (dans les cigarettes) à des non-Autochtones. Commençant autour de 2003, avec seulement deux cabanes de pêche mises en place à chaque extrémité du territoire, la communauté a développé par la suite ses ventes de tabac. En 2014, il y avait environ 25 magasins qui vendaient du tabac. Les réserves mohawks d'Akwesasne et de Kahnawake ont toutes deux développé des usines pour fournir Kanesatake avec leurs cigarettes depuis que l'expansion du commerce a pris de l’ampleur[17].

ÉducationModifier

Le centre de services scolaire francophone du territoire est le Centre de services scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSSMI)[18] :

La commission scolaire anglophone du territoire est la Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. En 2014, 55 étudiants de Kanesatake choisissaient de fréquenter l'école secondaire Lake of Two Mountains (en) à Deux-Montagnes[19]. Kanesatake est situé dans la limite de présence de l'École secondaire Lake of Two Mountains[20] L'école primaire Mountainview à Deux-Montagnes et l'école primaire Saint-Jude à Deux-Montagnes desservent également cette communauté[21],[22].

DémographieModifier

 
Une partie du village d'Oka, le village iroquois, 1872, par O. Dieker
Population[23]
  • dans la communauté : 1 350
  • en dehors de la communauté : 1 050
  • Total : 2 400

PersonnalitésModifier

CinémaModifier

RéférencesModifier

  1. Virginie Ann, « Victor Bonspille défait Serge Otsi Simon et devient grand chef de Kanesatake », sur LeDevoir.com, Le Devoir (consulté le )
  2. Institut de la statistique du Québec, « Population et structure par âge et sexe – Municipalités », sur Institut de la Statistique du Québec (consulté le )
  3. Affaires indiennes et du Nord Canada : Première Nation de Kanesatake
  4. MRC de Deux-Montagne
  5. Statistique Canada : Kanesatake
  6. a et b Terres autochtones en vues - Le casse-tête de Kanesatake
  7. a b et c Ressources naturelles Canada, « Kanesatake », sur rncan.gc.ca (consulté le )
  8. a b et c Commission de toponymie du Québec, « Kanesatake », sur toponymie.gouv.qc.ca, (consulté le )
  9. Les plaies sont encore vives 20 ans après la crise d'Oka, selon Picard
  10. « Le drame autochtone ».
  11. a b et c Jeff Heinrich, « Wide-open race in Kanesatake », The Gazette, 27 juin 2008, La Nation Autochtone du Québec.
  12. Radio-Canada : Crise à Kanesatake - Ottawa a agi unilatéralement
  13. « Quebec asked for FBI help during 2004 Kanesatake crisis: U.S. diplomatic cables », APTN, 3 mai 2011.
  14. « James Gabriel lance Les dessous de Kanesatake », Le Journal de Montréal, 14 janvier 2008, La Nation Autochtone du Québec.
  15. « Thirteen guilty in Mohawk trial », The Gazette, 30 octobre 2005.
  16. « Tobacco Road », Mohawk Nation News, 7 août 2015.
  17. « Canada's boom in smuggled cigarettes », The Center for Public Integrity, 27 mars 2009.
  18. "Répertoire des aires de desserte par ville 2017 - 2018 (Généré le 20/9/2017) Kanesatake." Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles. Consulté le 20 septembre 2017.
  19. "Overview." École secondaire Lake of Two Mountains (en). Consulté le 8 décembre 2014.
  20. "LAKE OF TWO MOUNTAINS HS ZONE." Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier. Consulté le 4 septembre 2017.
  21. "Mountainview Elementary Zone." Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier. Consulté le 8 décembre 2014.
  22. "Saint Jude Elementary School Zone Map," Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier. Consulté le 8 décembre 2014.
  23. Registre des Indiens, AINC, Décembre 2009

Lien externeModifier

Municipalités limitrophesModifier

Kanesatake est enclavé dans la municipalité d'Oka

  Oka  
Oka N Oka
O    Kanesatake    E
S
Oka