Kamino

planète dans la fiction Star Wars

Kamino
Planète imaginaire apparaissant dans
Star Wars.

Vue d'artiste d'une planète-océan.
Vue d'artiste d'une planète-océan.

Localisation Dédale de Rishi (Galaxie satellite)[1]
Genre Planète-océan
Étoile 1[2]
Satellites 3[2]
Révolution 463 jours locaux[2]
Rotation 27 heures standard[2]
Dimensions 19 270 km[2]
Gravité Standard

Atmosphère Respirable
Climat Humide et orageux
Paysages Océans
Surface immergée 100 %
Sites remarquables Centre de clonage
Espèces intelligentes Kaminoen
Espèces animales Aiwha
Capitale Tipoca City
Langue Kaminoen
Basic
Population 1 000 000 000[2]
Affiliation République galactique

Films L'Attaque des clones
Séries The Clone Wars
The Bad Batch
Première apparition L'Attaque des clones (2002)
Dernière apparition The Bad Batch (2021)
Site officiel Fiche de la planète

Kamino est une planète-océan de l’univers de fiction Star Wars. Située en dehors de la Galaxie, cette planète orbite autour de l'étoile homonyme. Il s'agit du monde d'origine des soldats clones.

Bien qu'elle soit entièrement recouverte d'eau, Kamino est la planète d'origine d'une espèce intelligente, les kaminoens. Ils sont réputés pour la qualité des clones qu'ils produisent et fournissent à la République galactique.

Apparue principalement dans le film L'Attaque des clones, la planète est générée en grande partie par images de synthèse.

En plus du film, Kamino est représentée dans les séries télévisées The Clone Wars, The Bad Batch, dans les mises en roman du film dans lequel elle apparaît, ainsi que dans plusieurs romans, jeux vidéo et bandes dessinées.

ContexteModifier

L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui est le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages personnels et pour dominer la galaxie[3].

GéographieModifier

Situation spatiale et topographieModifier

Kamino se situe au-delà de la Bordure extérieure, et même de la Galaxie. En effet, cette planète possède la particularité de se trouver dans le Dédale de Rishi (à son sud plus précisément), une des deux galaxies satellites de celle de la saga[2],[1].

Durant les événements des films, la planète est intégralement couverte d'un océan. Toutefois, elle connaît auparavant un climat glaciaire extrême. Les glaciers fondent brutalement et, après fusion de l'eau, un océan se forme, modifiant à tout jamais le paysage[2].

Formes de vieModifier

 
Représentation 3D d'une kaminoene.

Des formes de vie intelligentes et animales vivent sur Kamino. La seule espèce intelligente de la planète est le kaminoen. Les kaminoens ont une silhouette élancée, avec un cou très long (quoique composé, comme celui des humains, de sept vertèbres), ce qui leur donne une hauteur de plus de 2 mètres. Ils sont nyctalopes et voient dans l'ultraviolet. Les mâles ont une petite crête[4],[5].

Parmi les animaux de la planète, les aiwhas sont utilisés par les kaminoens pour se déplacer au sein de la planète. En effet, les ailes spongieuses des aiwhas leurs permettent de se déplacer aussi bien sous l'eau que dans les airs. Ils se nourrissent de plancton marin, mais aussi de plancton aérien[4].

InstallationsModifier

La capitale de Kamino est Tipoca City. Contrairement à l'extérieur constamment pluvieux de la planète, les couloirs de Tipoca City sont d'un blanc étincelant. Ce blanc pour l'œil humain est vu en couleurs ultraviolettes par les kaminoens. Cette capitale politique devient aussi une installation de clonage, et même une base militaire[6].

Univers officielModifier

Avant la guerre des clonesModifier

Kamino s'impose progressivement dans la Galaxie comme un monde exportateur de clones sur commande. Les kaminoens en fournissent notamment à la planète minière de Subterrel. Toutefois, leurs divers accords restent mineurs, leur renommée n'atteint pas les mondes du Noyau[7].

En 32 av. BY, le Jedi Sifo-Dyas commande une armée clone sur Kamino pour servir la République et l'ordre Jedi. Sous les ordres de son maître Dark Sidious, le comte Dooku, un Sith, tue Sifo Dyas et prend en charge le projet. Il sélectionne le chasseur de primes Jango Fett comme modèle aux dizaines de milliers de clones à créer. Les coordonnées de Kamino sont effacées des archives Jedi, afin d'en assurer le secret. Ainsi, les Jedi n'ont pas connaissance de la planète et du projet d'armée pendant plusieurs années[7],[8],[9].

En plus de l'armée clone, les kaminoens produisent sur Kamino deux clones de Jango Fett particuliers : Alpha, plus connu sous le nom de « Boba Fett » et Omega. Ces clones ne sont pas destinés à servir l'armée de la République galactique, et ne vieillissent pas aussi vite que les autres clones, mais normalement. Ils restent alors sur Kamino un certain temps[10],[11].

Dix ans plus tard, le Jedi Obi-Wan Kenobi découvre Kamino et par conséquent l'armée clone, alors qu'il poursuit Jango Fett, qui semble avoir tenté d'assassiner la sénatrice républicaine Padmé Amidala. Un ami d'Obi-Wan, Dexter Jettster lui a alors plus tôt expliqué que l'arme du chasseur de primes provenait de ce monde inconnu[12]. Il se rend chez les Fett, et Boba l'accueille avant que Jango ne vienne à sa rencontre. Sachant qu'il est découvert, Jango fuit Obi-Wan après une confrontation entre les deux, mais celui-ci réussit à installer sur le vaisseau Slave I de Fett une balise[13],[14],[15],[16]. La guerre des clones débute peu après par la bataille de Géonosis durant laquelle Jango décède[7].

Guerre des clonesModifier

Pendant la guerre des clones, Kamino continue d'être le lieu de création et d'entraînement des soldats clones. Par conséquent, la Confédération des systèmes indépendants, ennemie de la République galactique à laquelle sert l'armée, lance un assaut contre Tipoca City. Des vaisseaux Trident attaquent alors la ville-laboratoire en sortant de la mer. Durant cette bataille, des clones non adaptés au combat donc affectés sur Kamino sont tués[17],[18].

Toutefois, l'échantillon d'ADN de Jango Fett utilisé pour la production de l'armée se détériore. Or, Jango Fett, mort, Kamino risque de ne plus pouvoir produire de soldat clone pour la République. Les kaminoens, détenteurs d'un précieux secret, doivent alors prouver que les installations de la planète sont encore utiles[19].

Après la guerre des clonesModifier

La République galactique devient l'Empire galactique à la fin de la guerre des clones. Kamino, qui produisait jusque là l'armée clone, est considérée comme moins utile, le guerre finie. L'amiral Tarkin se déplace alors sur Kamino pour expliquer au Premier Ministre kaminoen Lama Su que les accords commerciaux entre la République et Kamino ne sont plus valables avec la proclamation de l'Empire, qui souhaite produire son armée à moindre coût[20],[21].

Dans le même temps, une unité de clones déviants, le Bad Batch, quitte son monde natal, Kamino, après s'y être rendue après que l'ordre d’exécution des Jedi a été ordonné. L'un d'eux, Crosshair, reste sur Kamino et s'allie à l'Empire. Progressivement, clones et kaminoens sont supprimés par le nouveau gouvernement, et les clones du Bad Batch doivent se cacher et fuir l'Empire[20],[22],[23]. Ils reviennent toutefois peu après sur Kamino pour récupérer Omega, une autre clone déviante, et la sauver de l'Empire en l'emmenant avec eux à Saleucami, chez un autre clone déserteur, Cut[24],[25]. Le chasseur de primes Cad Bane est alors engagé par les kaminoens pour ramener sur Kamino Omega[26].

Le premier ministre, Lama Su, est alors apparemment tué par les impériaux. Le Bad Batch est attiré sur Kamino, mais refuse de s'allier à l'Empire. Sous ordre de l'amiral Rampart, les installations kaminoenes et notamment la capitale Tipoca City sont bombardées par trois croiseurs interstellaires de l'Empire. Cela permet alors de conserver les compétences kaminoenes dans la génétique secrètes, détenues uniquement par l'Empire, et d'éliminer des alliés qui pourraient devenir de dangereux ennemis. Parmi les personnes présentes dans Tipoca City lors de sa destruction, seuls les clones du Bad Batch réchappent. Le membre du Bad Batch Crosshair, qui a choisi le camp impérial, reste sur Kamino seul tandis qu'il demande aux autres de quitter les leiux. Un seul kaminoen est gardé par l'Empire après ce génocide, c'est l'experte en clonage Nala Se[27],[28],[29],[30],[31],[32].

Univers LégendesModifier

À la suite du rachat de la société Lucasfilm par The Walt Disney Company, tous les éléments racontés dans les produits dérivés datant d'avant le ont été déclarés comme étant en dehors du canon et ont alors été regroupés sous l’appellation « Star Wars Légendes »[33].

Avant l'EmpireModifier

L'existence de Kamino et des cloneurs kaminoens est enlevée des bases de données galactiques avant 32 av. BY. Ainsi, dix ans plus tard, peu de personnes connaissent Kamino[34]. Le Jedi Sifo Dyas demande la production d'une armée clone d'échelle galactique, ce qui représente leur accord commercial le plus important en termes de bénéfices. Un certain Tyrannus fournit le modèle, Jango Fett, aux kaminoens et donne des instructions. En dix ans, les kaminoens créent l'armée commandée. Au début, 200 000 clones sont prêts à l'utilisation, mais les kaminoens en préparent un million en parallèle[15]. La guerre des clones peut alors commencer[4].

Pendant la guerre des clones, les kaminoens ne peuvent plus rester à l'écart de la politique galactique, comme le premier ministre Lama Su tente de le faire. Kamino produit encore des clones pour l'armée républicaine, mais l'usage qui en est fait n'intéresse pas les kaminoens[35]. La planète est, du fait de son activité, visée par plusieurs attaques séparatistes. L'une d'elle mène à une bataille spatiale entre le peuple des Mon Calamaris et la République galactique aidée des Jedi. Les Mon Calamaris sont en effet convaincus que la destruction des installations de clonage accélèrerait la fin de la guerre des clones. La bataille s'achève après le décès du commandant mon calamari, Merai[36].

Alors que son importance est cruciale, la kaminoene Ko Sai, qui se charge de la conception des clones, quitte Kamino, ce qui amène plusieurs personnes à la rechercher[37].

Sous l'EmpireModifier

Après la défaite de la Confédération des systèmes indépendants face à la République et le remplacement de celle-ci par un Empire galactique, Kamino continue de produire des clones, et même encore plus intensivement. Comme sur d'autres planètes, une résistance se forme sur Kamino ; un groupe de kaminoens crée des clones particuliers. Ceux-ci n'obéissent pas à l'Empire, mais à leurs créateurs. Environ dix ans plus tard, l'Empire découvre le complot et envoie la 501e légion guidée par le clone Boba Fett vaincre cette résistance à Tipoca City. La victoire impériale ne laisse aucun survivant. L'Empire commence à engager des humains au lieu de se limiter aux clones à la suite de cette bataille[38],[39].

De son côté, le Sith Dark Vador se rend sur Kamino six mois après la mort de son ancien apprenti Starkiller. Il tente de le cloner. Le clone de Starkiller qu'il conçoit se retourne contre lui et quitte Kamino. Il revient plus tard sur la planète, où il doit faire face à son maître accompagné d'une armée de clones de Starkiller comme lui. Il les vainc tout mais décide d'épargner Dark Vador[40].

Concept et créationModifier

Le choix de faire des couloirs de la capitale de la planète, Tipoca City, un lieu blanc immaculé trouve notamment deux explications. D'abord, le contraste avec les autres mondes de la saga, la monotonie de cette nouvelle planète, permet de renforcer la démarcation entre les planètes de la Galaxie montrées dans les films et le monde reculé, hors Galaxie, qu'est Kamino. Ensuite, le blanc permet aussi d'ajouter un indice à la transition vers l'Empire galactique, avec ses stormtroopers blanc brillant[6].

Dans la scène de visite des laboratoires de Kamino du film L'Attaque des clones, Ewan McGregor, l'interprète d'Obi-Wan Kenobi, est filmé seul sur fond bleu. L'environnement et les kaminoens sont ajoutés numériquement en postproduction[41].

AdaptationsModifier

Jeux vidéoModifier

Kamino apparaît dans les jeux Star Wars: Battlefront et Star Wars: Battlefront II sortis respectivement en 2004 et 2005[42]. Dans ce dernier, le joueur incarne un soldat de la 501e légion qui vient mâter une poche de résistance sur Kamino[43].

Aussi sorti en 2005, le jeu Star Wars: Republic Commando commence sur Kamino. En effet, le joueur incarne un commando clone de l'armée de la République, qui commence son entraînement sur sa planète natale dans un premier temps[44]. Dans Star Wars : Le Pouvoir de la Force II de 2010, le jeu commence aussi sur Kamino. En outre, il se termine sur la même planète[45].

Dans Star Wars: Battlefront II, Kamino est, le , après Géonosis et Kashyyyk, la troisième planète ajoutée au mode Suprématie Capitale, un mode de jeu qui met en scène une bataille entre deux équipes de 32 combattants, dont 20 joueurs par équipe[46],[47].

FigurinesModifier

Lego a produit des figurines sphériques séparables en deux hémisphères pour quelques planètes de Star Wars. Celle de Kamino est sortie en 2013 sous le numéro 75006 « Jedi Starfighter & Planet Kamino »[Note 1], elle est vendue avec une figurine d'un intercepteur Jedi et une du droïde R4-P17[48].

RéceptionModifier

Kamino, avec son apparition dans The Bad Batch, voit un intérêt pour cette planète resurgir. En effet, alors que le retour de Palpatine sur Exegol est montré dans L'Ascension de Skywalker, il est pour certains sites Internet possible que l'explication de son retour dans un corps de clone provienne des laboratoires de génétique de Kamino, ce qui formerait un lien entre The Bad Batch, The Mandalorian et L'Ascension de Skywalker[49],[50],[51].

Kamino représente aussi la prélogie. Sa place importante dans cette trilogie, celle de foyer de l'armée clone qui joue un rôle central dans L'Attaque des clones, The Clone Wars et La Revanche des Sith, explique que la planète et sa trilogie soient intimement liées. Ainsi, la destruction des installations kaminoenes dans The Bad Batch est vue comme la vraie conclusion de la prélogie par certains sites[32],[52].

AnalyseModifier

Analyse littéraireModifier

Kamino rappelle certes principalement le Déluge, mais elle peut également être interprétée comme une référence à l'Olympe grecque. En effet, sa position, située au-delà de la Bordure extérieure, c'est-à-dire du monde connu, la représente presque comme un domaine divin inaccessible. Ainsi, à l'instar de Prométhée qui se rend à l'Olympe à la découverte d'un secret des dieux dans la mythologie grecque, Obi-Wan Kenobi se rend sur Kamino et y trouve les kaminoens, par ailleurs semblables à des êtres mythiques du fait de leur apparence. Cette planète est alors assimilable à un lieu quasiment divin, où l'on est capable de créer même la vie[53].

Analyse scientifiqueModifier

L'existence de Kamino est selon des scientifiques possible. En effet, il faudrait simplement ajouter l'eau d'un autre océan sur Terre pour cela[54]. En revanche, une planète océanique aurait en réalité plus de chances d'exister s'il s'agissait d'une géante gazeuse[Note 2]de la taille de Neptune proche d'une étoile. Son atmosphère gazeuse s'échapperait alors, et il ne resterait que la partie liquide en surface[55],[56]. Il existe par ailleurs d'autres possibilités. Une planète assez éloignée de son étoile pour qu'il fasse assez froid pour que l'eau passe de gazeuse à liquide deviendrait océanique. Le contraire fonctionnerait aussi : chauffer l'intérieur d'une planète pour faire remonter l'eau stockée et en faire de l'eau liquide[57].

Des exoplanètes de l'Univers réelles sont parfois dans une situation comparable à celle de Kamino, sans que la présence d'eau liquide ne puisse être attestée. Ainsi, selon la NASA, Kepler-22b a des chances d'être recouverte d'un océan, si ce n'est pas une géante gazeuse[58],[59]. Une autre exoplanète serait aussi probablement océanique. Il s'agit de Gliese 1214 b[60],[61].

La vie sur Kamino est aussi étudiée avec une approche scientifique. Cette faune semble intégralement aquatique, même pour les ancêtres des kaminoens. En effet, la crête des kaminoens mâles peut être interprétée comme un vestige d'aileron. Leur long cou rappelle par ailleurs celui des plésiosaures. Toutefois, ils semblent posséder des poumons, ou peut-être un système de respiration amphibie. La monture des kaminoens, les aiwhas, est un cétacé. Leurs ailes ressemblent d'ailleurs à celles des raies, à la différence près que celles des aiwhas permettent un envol de plusieurs minutes de durée[62],[63].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. (fr) « Intercepteur Jedi & Planète Kamino »
  2. Kamino ne peut toutefois être dans cette situation, puisque selon l'univers étendu elle a subi une sorte de déluge alors qu'il s'agit d'une planète tellurique.

RéférencesModifier

  1. a et b Wallace et Fry 2016, p. 34.
  2. a b c d e f g et h Wallace et Fry 2016, p. 71.
  3. Lucasfilm Magazine, vol. hors-série no 1 : Le Guide officiel du film La Menace fantôme, Paris, Courleciel, .
  4. a b et c Reynolds 2002
  5. AlloCine, « Star Wars : les créatures les plus étranges de la galaxie », sur AlloCiné (consulté le )
  6. a et b (en-US) « The Bad Batch: Why Kamino Was So Bright », sur ScreenRant, (consulté le )
  7. a b et c Windham et al. 2015, p. 174
  8. (en-US) « Star Wars: Why Kamino Wasn't in the Jedi Archives », sur ScreenRant, (consulté le )
  9. « Star Wars The Bad Batch : un trailer intense pour la série d'animation qui fait suite à Clone Wars », sur CinéSéries, (consulté le )
  10. (en) Dais Johnston, « ‘Book of Boba Fett’ could introduce a fan-favorite clone to live action », sur Inverse (consulté le )
  11. « Star Wars The Bad Batch : l'origine et l'identité d'Omega expliquées », sur JAPANFM, (consulté le )
  12. Wallace et Fry 2016, p. 148
  13. Cathy Lafon, « Cinéma : la saga « Star Wars » en 10 vidéos cultes », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  14. AlloCine, « Star Wars L'Attaque des clones sur TMC : qui incarne le Mandalorien Boba Fett ? », sur AlloCiné (consulté le )
  15. a et b Windham 2012, p. 49
  16. « Star Wars The Bad Batch: ce que vous devez regarder avant de commencer le spectacle », sur JAPANFM, (consulté le )
  17. Walker 2018, p. 83
  18. (en-US) « Star Wars: The 10 Best Clones in the Franchise (Ranked) », sur ScreenRant, (consulté le )
  19. (en-US) « Star Wars Hints At Palpatine’s Clone Plan 49 Years Before Star Wars Sequels », sur ScreenRant, (consulté le )
  20. a et b Clément Cusseau, « The Bad Batch sur Disney+ : 10 détails cachés dans l'épisode 1 », sur Allociné (consulté le )
  21. (en-US) « Tarkin's Reason For Replacing Clone Troopers Doesn't Fit With The Empire », sur ScreenRant, (consulté le )
  22. « Star Wars : The Bad Batch saison 2 : Que sait-on de la suite de la série animée sur Disney+ ? », sur Betanews.fr (consulté le )
  23. (en-US) « The Bad Batch Didn't Solve Its Biggest Mystery - and It Likely Never Will », sur CBR, (consulté le )
  24. (en) « Will Omega Appear in The Book of Book of Boba Fett? », sur epicstream.com (consulté le )
  25. « Star Wars: The Bad Batch Episode 2 Les œufs de Pâques expliqués », sur JAPANFM, (consulté le )
  26. « Star Wars : The Bad Batch révèle le destin d'un personnage de l'attaque des clones », sur JAPANFM, (consulté le )
  27. « Star Wars : The Bad Batch, le sort du programme de clonage de Kamino révélé », sur Adoxa.info (consulté le )
  28. Julien Ferreira, « Star Wars - The Bad Batch : Review 1.16 Kamino Lost », sur Unification France (consulté le )
  29. (en-US) « Star Wars: The 10 Biggest Takeaways From The Bad Batch Season 1 », sur CBR, (consulté le )
  30. « Pourquoi Crosshair reste sur Kamino et toujours du côté de l’Empire »
  31. (en-US) « What happens to the planet Kamino in Star Wars: The Bad Batch? », sur Dork Side of the Force, (consulté le )
  32. a et b « The Bad Batch : voici comment la série dévoile la fin de la prélogie Star Wars », sur hitek.fr, (consulté le )
  33. (en) « The legendary Star Wars Expanded Universe turns a new page », sur StarWars.com, (consulté le ).
  34. Windham 2012, p. 60
  35. Beecroft 2012, p. 103
  36. Windham 2012, p. 56
  37. Beecroft 2012, p. 102
  38. « Star Info #61 | KAMINO ET LES USINES DE CLONE APRES L'EPISODE 3 !! | UL » (consulté le )
  39. « Le Bad Batch rend une histoire de Star Wars Legends difficile maintenant », sur Sird, (consulté le )
  40. Windham 2012, p. 105.
  41. Windham 2002, p. 157
  42. « Star Wars : Battlefront (2004) », sur Planète Star Wars, (consulté le )
  43. (en) Tomas Franzese, « Bad Batch solves a Star Wars mystery one game already explained way better », sur Inverse, (consulté le )
  44. Par admin, « Critique du commutateur Star Wars: Republic Commando », sur Sird, (consulté le )
  45. « Test du jeu Star Wars : Le Pouvoir de la Force II sur PC », sur Jeuxvideo.com (consulté le )
  46. « Star Wars : Battlefront II - le mode Suprématie Capitale s'installe sur Kamino », sur Jeuxvideo.com (consulté le )
  47. Elrizzt, « Battlefront II - Kamino s'ajoute au mode Suprématie Capitale », sur WarLegend.net, (consulté le )
  48. (en) « 75006: Jedi Starfighter & Planet Kamino », sur Brickset (consulté le ).
  49. (en-US) « Star Wars Hints At Palpatine’s Clone Plan 49 Years Before Star Wars Sequels », sur ScreenRant, (consulté le )
  50. « Star Wars The Bad Batch : Kamino, genèse des clones de Palpatine ? », sur Toms Guide : actualités high-tech et logiciels, (consulté le )
  51. « Star Wars : les origines des plans de clonage de Palpatine enfin dévoilées (spoilers) », sur hitek.fr, (consulté le )
  52. (en-US) « Star Wars: The Bad Batch Episode 16 Review: Kamino Lost », sur Den of Geek, (consulté le )
  53. Vervisch 2015, p. 182
  54. (en) John Wenz, « Could the Planets in Star Wars Actually Support Life ? », sur Wired, (consulté le )
  55. Roland Lehoucq, « Faire des sciences avec Star Wars »
  56. Roland Lehoucq, « La planète-océan Kamino, un monde aquatique possible ? », sur Futura (consulté le )
  57. (en) « How realistic are Star Wars planets? », sur BBC Sky at Night Magazine (consulté le )
  58. (en) Pat Brennan, « Meanwhile, in a galaxy not so far, far away... », sur Jet Propulsion Laboratory, (consulté le )
  59. Ulyces.co, « La NASA compare de véritables planètes à celles de l'univers de Star Wars », sur Ulyces (consulté le )
  60. (en) Tom Chao, « 10 Real Alien Worlds That Resemble 'Star Wars' Planets », sur Space.com, (consulté le )
  61. Arnaud Devillard, « Star Wars : les planètes de la saga existent-elles vraiment ? », sur Sciences et Avenir, 2014-28-11 (consulté le )
  62. « Histoire naturelle aquatique de Star Wars – Sea(e)scape » (consulté le )
  63. Nouet 2019, p. 58

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 978-2-36480-397-8)  
  • Ryder Windham, Tricia Barr, Adam Bray et Daniel Wallace, Ultimate Star Wars, Paris, Hachette, (ISBN 978-2-0122-0631-1)  
  • Ryder Windham, Star Wars, l’encyclopédie absolue - Nouvelle édition, Paris, (ISBN 2-0925-4065-3)  
  • David West Reynolds, Star Wars : Tout sur l'Attaque des clones, personnages, créatures, droïdes, (ISBN 9782092404713)  
  • Simon Beecroft, Star Wars : Les héros de la saga, Paris, (ISBN 978-2-0925-3865-4)  
  • Landry Walker, Star Wars, L'encyclopédie des vaisseaux et autres véhicules, Hachette jeunesse, (ISBN 978-2-01-627535-1)  
  • Raphaêl Nouet et al., « Star Wars, l'encyclopédie », cinéSAGA, no 26,‎  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier