Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaboom.
Ne doit pas être confondu avec Kaboum, la série télévisée québécoise.
Kaboom
Description de l'image Kaboom.svg.

Réalisation Gregg Araki
Scénario Gregg Araki
Acteurs principaux
Sociétés de production Why Not Productions
Desperate Pictures
Wild Bunch
Super Crispy Entertainment
The Next World
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Fantastique
Science-fiction
Durée 86 minutes
Sortie 2010

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Kaboom est une comédie dramatique fantastique et de science-fiction américano-française écrite et réalisée par Gregg Araki et sortie en 2010.

SynopsisModifier

Smith mène une vie agréable au campus : il passe du temps avec sa copine lesbienne Stella, couche avec la jolie London, tout en étant attiré par le beau Thor, son colocataire surfeur. Une horrible nuit va alors faire basculer sa vie. Lors d'une fête, Smith est convaincu d'avoir vu le meurtre d'une fille rousse dont il ne sait quasiment rien mais dont il avait déjà vu le visage dans un rêve récurrent. En cherchant la vérité, il se rend compte que le mystère qui entoure cette histoire est de plus en plus bizarre et qu'il pourrait bien avoir des conséquences définitives sur sa vie mais aussi sur le reste du monde...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Source et légende : Version française (V. F.) sur le site d’AlterEgo (la société de doublage[1])

Bande originale ou chansons du filmModifier

  1. Catastrophe and the Cure (Explosions in the Sky)
  2. Crystal Visions (The Big Pink)
  3. Stars (The XX)
  4. Weekend (Ladytron)
  5. To Fix the Gash in Your Head (A Place to Bury Strangers)
  6. Paris (chanson) (Friendly Fires)
  7. Caught Up (Metro Area)
  8. Mirror's Image (The Horrors)
  9. Soft Shock (Yeah Yeah Yeahs)
  10. This Love Is Fucking Right! (The Pains of Being Pure at Heart)
  11. Dream About Me (The Depreciation Guild)
  12. Cascade (Deluka)
  13. Clean Coloured Wire (Engineers)
  14. Song Seven (Interpol)
  15. The Bitter End (Placebo)
  16. Shallow in Youth (Auburn Lull)
  17. First Punk Wars (Iron Curtain)
  18. Our Secrets (Helen Stellar)
  19. In Your Room (Airiel)
  20. Sugar Crystals (Airiel avec Ulrich Schnauss)
  21. Saturdays (Cut Copy)
  22. Mind the Wires (Tears Run Rings)
  23. Cut the World (Moscow Olympics)

Autour du filmModifier

Box-officeModifier

Selon Box Office Mojo, Kaboom a rapporté environ 537 000 dollars (116 000 aux États-Unis, 421 000 à l'international)[2].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis/  Canada 29 121 498 $ 11

Réception critiqueModifier

Kaboom reçoit en majorité des critiques moyennes. L'agrégateur Rotten Tomatoes rapporte que 58 % des 84 critiques ont donné un avis positif sur le film, avec une moyenne de 5,8/10 seulement[3]. Metacritic donne une note de 64 sur 100 indiquant des « critiques positives »[4]. La presse française est plus favorable, avec une moyenne de 8,2/10 selon AlloCiné[5].

DistinctionsModifier

  • Festival de Cannes 2010 : Queer Palm
  • Artios Award 2011 (prix de la Casting Society of America) : nomination de Johanna Ray et Jenny Jue dans la catégorie du meilleur casting pour un film à faible budget

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. « Fiche de doublage V. F. du film » sur Alterego75.fr, consulté et mis en ligne le 15 juin 2013
  2. (en) « Kaboom (2010) », sur boxofficemojo.com, Box Office Mojo (consulté le 25 juillet 2011)
  3. (en) « Kaboom (2010) », sur rottentomatoes.com, Rotten Tomatoes (consulté le 1er août 2011)
  4. (en) « Kaboom », sur metacritic.com, Metacritic (consulté le 1er août 2011)
  5. (fr) « Critiques Presse pour le film Kaboom », sur allocine.fr, AlloCiné (consulté le 1er août 2011)