Ouvrir le menu principal

Kohlberg Kravis Roberts & Co.

fonds d'investissement
(Redirigé depuis KKR)

KKR & Co. L.P.
logo de Kohlberg Kravis Roberts & Co.

Création 1976
Fondateurs Jerome Kohlberg, Jr, Henry Kravis et George R. Roberts.
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Action New York Stock ExchangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Henry Kravis et George R. Roberts
Activité Fonds d'investissement
Filiales KKR Financial (NYSE : KFN), KKR Private Equity Investors (Euronext : KPE)
Site web http://www.kkr.com/

Capitalisation 12,656 milliards d'euros (avril 2019)
Chiffre d'affaires 3,863 milliards d'euros (2018)

KKR & Co. L.P. (précédemment Kohlberg Kravis Roberts & Co.) (NYSE : KKR) est un fonds d'investissement américain et l'un des plus anciens et des plus importants au monde. Depuis sa fondation en 1976, il a réalisé certaines des plus importantes opérations de leveraged buyout, technique financière d'acquisition dont il a été le pionnier, comme celles sur Beatrice Foods en 1985, sur RJR Nabisco en 1989 et sur TXU en 2007.

Basé à New York, KKR doit son nom à ses trois fondateurs : Jerome Kohlberg, Jr. (en), Henry Kravis (en) et George R. Roberts (en).

HistoireModifier

Henry Kravis, né en 1944 fait des études au Claremont Men's College puis à la Colombia Business School. Son cousin germain, George Roberts, né la même année, commence son cursus à la Culver Military Academy puis rejoint Claremont Men's College.

Roberts obtient son premier emploi chez Bear Stearns où il aide son cousin Henry à y entrer. Roberts et Kravis travaillent au département du financement par la dette de rachat d'entreprises (LBO) sous la direction de Jerome Kohlberg. Celui-ci démissionne de Bear Stearns en 1976, suivi par Roberts et Kravis pour créer KKR, avec un capital de 120,000 dollars[1]. L'entreprise se spécialise dans la constitution d'un montant de liquidités confié par des investisseurs pour financer des rachats hostiles d'entreprises. Les dettes ainsi contractées pour acquérir les sociétés cibles sont remboursées par la vente de branches non rentables (démantèlement de la cible) et par une réduction des coûts (délocalisation, sous-traitance, licenciements). KKR, spécialisé dans la technique du LBO, se constitue un trésor de guerre en facturant 20 % des profits de la restructuration, 1,5 % du montant de la transaction et une participation capitalistique dans chaque société rachetée.

Profitant d'une hospitalisation, Roberts et Kravis, avec le conseil d'administration, évincent Kohlberg de KKR en 1987[1].

En 1988, KKR effectue une OPA hostile de 31 milliards de dollars américains en rachetant RJR Nabisco. KKR devient le second conglomérat industriel des États-Unis[2]. Le fonds dispose alors de liquidités dépassant les 50 milliards de dollars avec un chiffre d'affaires équivalent alors à IBM.

Parmi d'autres opérations de rachat, on peut citer :

En septembre 2013, Panasonic annonce la vente de 80 % de sa division médicale à KKR pour 165 milliards de yens soit 1,67 milliard de dollars[5] et fin 2014 le fonds d'investissement s'associe à Andrea Bonomi lors de sa tentative d'OPA hostile sur le Club Méditerranée[6].

Aujourd'hui, KKR est investi dans plus de 65 % des 500 plus grosses sociétés mondiales et depuis sa création en 1976, le fonds obtient en moyenne un taux annuel de rentabilité de 27%[7].

En avril 2018, KKR décide d'abandonner la structure juridique du partnership pour devenir une entreprise classique[8].

ActionnairesModifier

Au 23 avril 2019[9].

Nom Actions %
ValueAct Capital Management. 49 700 000 9,27%
The Vanguard Group, 37 581 370 7,01%
Vulcan Value Partners. 25 434 592 4,74%
Jackson Square Partners. 22 946 175 4,28%
Fidelity Management & Research. 22 725 701 4,24%
Principal Global Investors. 16 396 377 3,06%
T. Rowe Price Associates. 13 256 556 2,47%
Henry Kravis 11 338 582 2,11%
Akre Capital Management. 10 000 000 1,86%
Egerton Capital. 9 764 618 1,82%

Sociétés contrôléesModifier

Courantes (en 2008, liste partielle)
Revendues (liste partielle)

Notes et référencesModifier

  1. a et b Marie Beaudette, « KKR Founder Jerome Kohlberg Dies at 90 », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 17 juin 2016)
  2. "Buyout kings", Fortune, 4 juillet 1988
  3. Personnel de rédaction, « KKR et l’échec de Masonite », Québec Inc.,‎ (lire en ligne)
  4. Article du site l'Usine Nouvelle, publié le 8 novembre 2006
  5. KKR to buy Panasonic's healthcare unit in $1.67 billion deal, Reuters, 27 septembre 2013
  6. lefigaro.fr, « Club Med: « Les équipes sont profondément choquées par les méthodes de M. Bonomi » », sur Le Figaro, (consulté le 7 décembre 2014)
  7. KKR, 27 % de rentabilité par an Le Journal du Net, 11 octobre 2013
  8. « Le fonds KKR renonce à son statut historique de « partnership » - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 3 mai 2018)
  9. Zone Bourse, « Bourse : Cours de bourse en temps réel sur Actions, Indices, Forex, Matieres Premieres - Zonebourse.com », sur www.zonebourse.com (consulté le 23 avril 2019)
  10. KKR reprend en main l'industriel français Winoa Les Échos, 21 novembre 2013
  11. www.toysrus.fr
  12. Belvédère : KKR contrôle 8,58 % du capital, Boursier.Com, 2 avril 2014
  13. « Historique de Yellow Pages Group »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Lien externeModifier