K. Aslihan Yener

K. Aslıhan Yener (souvent translittéré K. Aslihan Yener) est une archéologue turco-américaine spécialisée en métallurgie ancienne, connue pour ses travaux sur les mines d'étain de l'âge du bronze en Anatolie.

K. Aslihan Yener
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Formation et carrièreModifier

K. A. Yener est née en 1946 à Istanbul de parents turcs ; sa famille a émigré aux États-Unis, à New Rochelle (New York) alors que Yener était âgée de six ans[1]. En 1964, elle commence des études de chimie à l'Université Adelphi de Garden City à New York. Elle change cependant d'orientation après avoir visité son pays natal, entreprenant dès 1966 au Robert College d'Istanbul des études de sciences humaines. Après avoir obtenu son diplôme du Robert College en 1969, elle se spécialise en archéologie. En 1980, elle soutient une thèse de doctorat à l'Université Columbia à New York.

Elle est professeur d'histoire à l'Université du Bosphore de 1980 à 1988. Aslıhan Yener devient professeur d'archéologie anatolienne au département d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Université Koç et dès 1993 professeur dans le département des langues et civilisations du Proche-Orient à l'Université de Chicago, Oriental Institute[1].

Sujets de rechercheModifier

La formation initiale de Yener en chimie a stimulé son intérêt pour la métallurgie ancienne. K.A. Yener a ainsi étudié l'exploitation de l'étain à l'âge du bronze, notamment dans les Monts Taurus.

Mine de KestelModifier

En collaboration avec la direction turque de recherches et d'études géologiques, Yener a découvert en 1986 dans le sud-est de la Turquie la mine de Kestel (en), comprenant quelque trois kilomètres d'anciens tunnels miniers, si étroits que l'on suppose que des enfants y ont été envoyés pour récupérer le métal[1]. Des tombes de petits enfants ont été découvertes sur le site, confirmant cette hypothèse[1]. La mine est datée de 2800 à 2000 avant J.-C. ; Yener y a dirigé des fouilles et ses études sur ce site ont permis d'en avoir une connaissance approfondie[2].

GöltepeModifier

 
Reconstitution d'un atelier de Göltepe (Musée archéologique de Niğde)

En 1989, à une distance de 2 km de Kestel (en), a été découvert le site métallurgique de Göltepe, du début de l'âge du Bronze ; Yener et ses collaborateurs, qui ont fouillé les deux sites, ont permis d'établir entre eux d'étroites corrélations : les deux sites sont contemporains, et les deux étaient dévolus à l'exploitation de l'étain ; les outils en pierre mis au jour dans les deux sites sont semblables, de même que la composition des morceaux d'hématite et des poudres de minerai trouvés dans l'un et l'autre sites archéologiques[2]. Göltepe était un village d'ouvriers de 8 à 10 hectares entouré d'un mur d'enceinte ; daté d'environ 3290 av. à 1840 av. J.-C.[3], il abritait jusqu'à un millier de personnes. La production métallurgique a donné lieu à des échanges commerciaux qui se sont étendus jusqu'en Mésopotamie[3].

Direction de campagnes de fouilles[4]Modifier

K. A. Yener a dirigé de nombreuses fouilles en Turquie :

  • Bolkardağ Survey (1981-1986)
  • les fouilles de Göltepe et Kestel dans la région de Niğde (1987-1996),
  • les fouilles de Tell Kurdu à Antakya (1996-1999),
  • Projets régionaux de la plaine d'Antioche, également appelée vallée de l'Amuq (dès 1995), notamment sur le site d'Alalakh, aujourd'hui appelé Tell Atchana, ancien (dès 2000).

PublicationsModifier

  • Tell Atchana, Ancient Alalakh. Volume 1: The 2003-2004 Excavation Seasons. Istanbul: Ege publications, 2009;
  • The Amuq Valley Regional Projects.  Volume One.  Surveys in the Plain of Antioch and Orontes Delta from the Years 1995-2002. Chicago:  Oriental Institute Press, 2005;
  • New Perspectives in Hittite Archaeology, Papers in Memory of Hans G. Guterbock. Edited by K.A. Yener and H. Hoffner. Winona Lake:  Eisenbrauns, 2002;
  • The Domestication of Metals:  The Rise of Complex Metal Industries in Anatolia (c. 4500-2000 B.C.).  Leiden:  E.J. Brill, 2000 [5].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d « Yener, K. Aslihan 1946- | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  2. a et b Denise Barthomeuf, « La place de l’Anatolie dans les débuts de la métallurgie du cuivre et du bronze (du VIIe au IIIe millénaire av. J.-C.) », MOM Éditions, vol. 39, no 1,‎ , p. 149–186 (lire en ligne, consulté le )
  3. a et b (en) « Göltepe », sur umanitoba.ca,
  4. « who's who : aslihan yener », sur www.turkishculture.org (consulté le )
  5. Comptes rendus de The domestication of metals: the rise of complex metal industries in Anatolia:
    • (de) Dominik Bonatz, « Review », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, vol. 151, no 1,‎ , p. 209–211 (JSTOR 43380264) ;
    • Jan Gerrit Dercksen, « Review », Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 46, no 4,‎ , p. 540–543 (JSTOR 3632833)
    • James D. Muhly, « Review », American Journal of Archaeology, vol. 105, no 4,‎ , p. 729–730 (DOI 10.2307/507426, JSTOR 507426)
    • Jak Yakar, « Review », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, vol. 324,‎ , p. 114–117 (DOI 10.2307/1357636, JSTOR 1357636)

Liens externesModifier

Sur K. Aslihan Yener :

Sur les sites :