K-329 Belgorod

sous-marin nucléaire russe de classe Oscar II, lancé en 2019

K-329 Belgorod
Image illustrative de l’article K-329 Belgorod
Belgorod avec comme attache sur le ventre le sous-marin Losharik
Type Sous-marin à propulsion nucléaire
Classe Oscar II
Fonction militaire à caractère stratégique (système d'arme nucléaire exclusivement sous-marin embarqué)
Histoire
Constructeur Sevmash
Chantier naval Severodvinsk
Quille posée juillet 1992
Lancement 23 avril 2019
Équipage
Équipage estimé à 110 sous-mariniers
Caractéristiques techniques
Longueur ~ 178 m à 184 m[1],[2]
Maître-bau ~ 15 m
Déplacement 14 700 t en surface

24 000 à 30 000 t en immersion

Propulsion 2 réacteurs OK-650M.02[3], puissance totale 190 MW[1]
Profondeur 500 à 520 m
Caractéristiques militaires
Armement 6 torpilles nucléaires Poséidon[1]
Rayon d'action supposé illimité, mais dépendant de l'autonomie alimentaire à bord (~120 jours)
Carrière
Pavillon Drapeau de la Russie Russie

Le K-329 Belgorod (Белгород) est un croiseur sous-marin nucléaire de premier rang russe.

Ce submersible à visées stratégiques[4] a été construit sur la base d'un bâtiment de la classe Oscar II (désignation OTAN) et fait partie des systèmes d'armes présentés par le président russe Vladimir Poutine au cours de son discours annuel du 1er mars 2018[5],[6].

Les capacités opérationnelles du K-329 Belgorod et sa destination aux missions spéciales font qu'il est confié aux spécialistes des plongées en eaux profondes du GUGI ( ГУГИ en russe, pour Direction principale de la recherche en haute mer du ministère de la Défense de la fédération de Russie (ru) )[7] de la 29ème Brigade autonome des sous-marins de la flotte du Nord, stationnée en baie d'Olenia dans la base navale de Gadjievo[8],[9],[10] dépendant directement du ministère de la Défense russe, et non de la flotte maritime militaire de Russie.

Le K-329 Belgorod est par ailleurs identifié pour devenir le premier vecteur des torpilles nucléaires Status-6 Poseidon en phase d'essai en avril 2021[11].

En décembre 2019, les essais de démarrage du sous-marin K-329 Belgorod sont en cours, et sa mise en service actif était prévue pour la fin de l’année 2020[12],[13]. Cependant, avec l'accident intervenu à bord du sous-marin Losharik en juillet 2019, il devient évident que cette mise en service actif se retrouve reportée en 2021[14].

Début avril 2021, un article de l'agence Tass indiquait un changement d'objectif de déploiement pour la mise en service du sous-marin K-329, avec une priorité finalement donnée à la zone Pacifique[15].

Ce passage au second plan des objectifs en Arctique[1] peut être mis en relation avec les répercussions de l'accident à bord du Losharik en juillet 2019[14], comme avec la montée des tensions en mers de Chine[16], ce dans le cadre du partenariat militaire régulier entre la Russie et la Chine dans cette zone maritime[17],[18],[19],[20],[21],[15].

Au 5 avril 2021, l'agence RIA Novosti annonçait qu'une source confirmait l'achèvement des essais en cours pour le mois de septembre 2021[22] . Des aléas rencontrés durant ces essais[23] en mer ont cependant entrainé de nouveaux retards de plusieurs mois; finalement, l'agence de presse Tass annonce le 26 janvier 2021 tenir d'une source non-officielle que le K-329 Belgorod sera mis en service pour l'été 2022, avec une cérémonie prévue pour le 31 juillet[24].

Le 8 juillet 2022, le K-329 Belgorod est livré officiellement à la marine russe par le chantier naval Sevmash. Au cours de la cérémonie, le Commandant en chef de la marine de guerre russe, Nikolay Yevmenov, a souhaité souligner l'apport important de ce sous-marin dans le cadre d'expéditions scientifiques[25],[26].

Il demeure bien sûr difficile à ce jour d'en savoir plus sur ces éléments, étant donné la grande confidentialité entretenue par une politique du secret liée à toute arme à caractère stratégique.

HistoriqueModifier

L'histoire du Belgorod, du démarrage du chantier en 1992 jusqu'à sa mise à flot, a suivi un parcours plus que chaotique tout au long de vingt-sept longues années, illustrant ainsi toutes les difficultés de remise sur pieds des forces militaires navales russes après l'effondrement du bloc soviétique[27].

ConstructionModifier

La construction de ce bâtiment a débuté en , dans les chantiers du constructeur naval Sevmash, dans la ville portuaire de Severodvinsk[28].

Le matricule de ce bâtiment est alors le K-139. Il le restera d'ailleurs de nombreuses années avant d'être modifié en matricule K-329. Son nom sera lui déterminé en 1993 : le « Belgorod » (« Белгород » en russe)[29].

En 1995, la formation des équipages débute au centre de formation d'Obninsk[29].

Mais en 1997, le chantier est mis en veille alors que le bâtiment arrive aux trois quarts de sa construction, cela principalement pour des raisons financières. Le , l'équipage est dissous[29].

En - soit un mois après l'événement tragique intervenu sur le croiseur sous-marin nucléaire russe Koursk - il est finalement décidé de reprendre la construction sous forme du projet amélioré 949AM[30],[29], mais la question du financement demeure fragile. En mars 2006, le bâtiment est annoncé à 75 % de son achèvement par un représentant de l'entreprise de Severodvinsk "Sevmash", tout en précisant que c'est l'entreprise elle-même qui a décidé de finaliser le chantier sur ses fonds propres[31].

Survient alors un nouveau retournement de situation en , alors que le bâtiment parvient à 85 % de son achèvement, le département militaire refuse de fournir les crédits nécessaires à la poursuite du chantier[32]. Le Département de la Défense envisage alors d'autres options pour l'achèvement de ce chantier naval ; l'une d'elles pouvant être de terminer et fournir le bâtiment à la marine indienne qui financerait la fin de réalisation du projet[29].

Alors qu'à la mi-février 2009, le commandant en chef de la marine russe, l'amiral Vladimir Vysotsky, commandant en chef de la marine russe affirme au média russe RIA Novosti que le sous-marin Belgorod est en cours de construction et qu'il sera destiné à une gamme de "tâches spéciales[33]. Puis, finalement, le gel définitif de la construction du bâtiment est annoncé officiellement le [29].

Une ultime volte-face se produit le par la décision de finalement relancer le chantier en vue de l'achèvement d'un sous-marin nucléaire polyvalent destiné à des opérations spéciales (en particulier en lien avec le projet 09852)[34],[35],[29] : en effet, l'une des options du K-329 Belgorod est de devenir le premier vecteur du nouveau drone sous-marin Status-6 Poseidon (Статус-6 Посейдон en russe, nommé Kanyon par la CIA) ; et parmi les autres options spéciales se trouveront des aménagements permettant l'emport de plusieurs petits sous-marins pour des interventions en eaux profondes (jusqu'à 1000 mètres) dans les perspectives de travaux exploratoires géologiques ou d'actions clandestines de toute nature sur les plateaux continentaux[35],[8].

Entre 2013 à 2018, la construction du K-329 Belgorod est achevée.

Le service de presse du ministère de la Défense de la fédération de Russie annonce le que l'équipage est formé et opérationnel[29].

Le K-329 Belgorod est officiellement mis à flot le , au cours d’une cérémonie organisée au chantier naval Sevmash, à Severodvinsk[36],[29],[37],[38].

CaractéristiquesModifier

Les caractéristiques opérationnelles précises du K-329 Belgorod sont classifiées et donc officiellement inconnues à ce jour[1].

Celles présentées ci-dessous sont donc provisoires et sujettes à rectifications.

 
Silhouettes des sous-marins Belgorod K-329 et Typhoon (échelle similaire).

En termes de taille, le K-329 Belgorod - construit sur une base très modifiée de sous-marin classique de la classe Oscar II - est plus long d'environ dix mètres que les sous-marins russes de classe Typhoon, mais moins large[2].

Déplacement : plus de 14 700 tonnes de surface (environ 17 000 tonnes), 24 000 tonnes immergées (environ 30 000 tonnes à pleine charge)[1].

Longueur : ~ 178 à 184 mètres[1],[2]

Largeur : ~ 15 mètres

Vitesse : < 32 nœuds

Rayon d'action : illimité

Autonomie : environ 4 mois

Immersion opérationnelle / maximale : estimée à 500-520 mètres (SSGN OSCAR-II)[1]

Propulsion : nucléaire (2 réacteurs à eau sous pression OK-650M.02[35] d'une puissance totale de 190 MW entraînant deux turbines à vapeur et deux hélices). Plus au moins deux propulseurs additionnels. Une grande attention a été apportée à la furtivité du sous-marin en s'assurant par des moyens techniques de dernière génération (hélices, revêtement de la coque) de sa très faible signature acoustique[35].

Équipage : estimé à 110 sous-mariniers.

Armement : 6 torpilles nucléaires Poséidon (Kanyon), 6 torpilles 533 mm (21")[1]

Parmi les modifications importantes apportées à ce bâtiment afin de le rendre opérationnel en tant que vaisseau mère, le compartiment des tubes dédiés au lancement de missiles de croisière a été supprimé afin de faire place à un réceptacle capable d'accueillir mini-sous-marins et drones sous-marins (UUV - Unmanned Underwater Vehicle) dédiés aux opérations spéciales tels que l'AS-12 Losharik (projet 10831) ou les AS-21, AS-23 et AS-35 Paltus (projet 1851)[39],[40]. Des appareils aptes à permettre la réalisation d'opérations de renseignement et d'intervention sur les fonds marins des plateaux continentaux[35].

Il est à noter un accident majeur survenu en à bord du sous-marin Losharik évoqué ci-dessus[14]. Un incendie s'étant déclaré à bord, le Losharik - dont la tâche première consiste à permettre des opérations en grandes profondeurs par les opérateurs du GUGI - [8],[9],[10] est en réparation depuis cet événement. Les derniers éléments connus sur ce point permettent de confirmer que les dégâts à bord du Losharik ont été majeurs, et prendront un temps considérable à réparer[41]. Le sous-marin Belgorod étant, entre autres, destiné à accueillir et épauler le Losharik lors de futurs missions, il est probable que le programme de ses essais en cours va se concentrer sur ses capacités de délivrance des torpilles nucléaires Status-6 Poseidon. De ce fait, la mise en service opérationnelle du Belgorod s'est vu reportée au mieux à l'année 2021, et son déploiement opérationnel visera finalement et prioritairement le Pacifique[15] en lieu et place de l'Arctique[1].

La polyvalence au service de visées stratégiques multiplesModifier

Les frappes nucléairesModifier

Le sous-marin K-329 Belgorod et le drone Status-6 Poseidon font conjointement partie des nouveaux systèmes d'armes conçus par la Russie pour répondre - entre autres - aux évolutions des capacités de défense nucléaire des États-Unis[42]; cela dans le cadre de la Nouvelle guerre froide démarrée en 2002 du fait de la décision prise au sein de l'OTAN du déploiement par les États-Unis de leur solution bouclier anti-missile en Europe de l'Est[43], suivie de la reprise des vols continus des bombardiers stratégiques russes en 2007[44] selon un modus operandi de la guerre froide, puis en 2013 par la guerre en Syrie, la crise ukrainienne et par la guerre du Donbass[45]. Enfin, un cap est franchi en août 2019 avec l'abandon du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire entre ces deux pays[46]. Cette montée des tensions depuis 2002 se réalise sur fond d'une approche politique de défense reposant toujours sur la dissuasion nucléaire[47] et sa doctrine du MAD ou destruction mutuelle assurée.

Les missions spéciales et opérations de renseignementModifier

Sa destination aux opérations spéciales fait que ses capacités ont été adaptées à de nombreux types de missions à visées stratégiques. Ce bâtiment est donc conçu pour l'adaptabilité, la capacité à employer différents types d'armes ou autres matériels adéquats avec l'objectif assigné (renseignement, actions d'installation, opérations clandestines délicates, utilisation d'armes tactiques et/ou stratégiques majeures)[1].

Parmi ces visées à caractère stratégique, les volontés d'implantations et d'exploitations du plateau arctique font partie des objectifs géostratégiques primordiaux de la Russie dans un court à moyen terme[48], ce pour des enjeux énergétiques, prospections diverses, ou encore de contrôle des flux maritimes appelés à se recomposer[49] avec la fonte des glaces arctiques. Le K-329 Belgorod, bâtiment sous-marin de tout premier plan, apparaît ainsi tout désigné pour servir le gouvernement russe dans l'affirmation de ses prétentions sur l'espace marin arctique par des actions de renseignement, voire d'actions discrètes et/ou destructrices en eaux profondes.

Une illustration peut en être établie au travers d'un nouveau projet de modernisation et de déploiement d'un réseau de stations d'écoute sonar, positionné sur le fond sous-marin arctique (nom de code Harmony : Гармония en russe)[50],[1]. Pour alimenter l'ensemble de ces infrastructure, il est prévu lors de leur déploiement sur les plateaux continentaux en eaux profondes, un réseau de centrales nucléaires miniaturisées de nouvelle génération[51].

Une autre illustration peut être relevée, au travers des différentes inquiétudes apparues au sein de membres haut gradés du Pentagone comme de l'état-major de l'Otan entre fin 2015 et fin 2017, concernant les visées russes vis-à-vis des câbles de télécommunication sous-marins[52],[53]. Effectivement, une guerre non conventionnelle (pouvant s'exprimer au travers de collectes de renseignements ou d'opérations discrètes de sabotage) pouvant être envisagée sur ces infrastructures très faiblement protégées[54],[55] dans un cadre de tensions exacerbées voire de conflit ouvert. Un vecteur tel que le sous-marin Belgorod K-329 ferait partie des moyens matériels primordiaux si de telles opérations non conventionnelles[56],[57] venaient à être validées au plus haut sommet de l'État russe[58],[59].

Analyse stratégique opérationnelleModifier

Il est notable que ce système d'arme nucléaire à doubles composantes vectorielles (alliance entre ce nouveau bâtiment lanceur K-329 Belgorod et le drone vecteur Status-6 Poseidon) permet d'amplifier considérablement les avantages de la mise en œuvre sous-marine de l'arme nucléaire.

Effectivement, la furtivité du vecteur initial (le sous-marin) est bien sûr conservée, mais elle est complétée par un second vecteur opéré à distance (le drone) permettant de compenser amplement les inconvénients inhérents aux vecteurs sous-marins rencontrés jusqu'ici ; à savoir, une programmation délicate des objectifs et un souci de puissance et portée limitées.

Actuellement, les rivaux potentiels de la Russie se trouveraient donc - au regard de l'état des connaissances officielles des systèmes d'armes opérationnels - en position défavorable dans l'espace maritime, étant donné qu'à ce jour il n'a pas été conçu de système de défense apte à contrer efficacement ce nouveau type de mise en œuvre exclusivement sous-marin de l'arme thermonucléaire[60].

À cette première composante du K-329 Belgorod en tant que vecteur d'armes[13], s'ajoute celle en tant que vecteur d'équipes spécialisées en eaux profondes[8]. Ce sous-marin, au même titre que le BS-64 Podmoskovye, pourra ainsi devenir l'une des composantes majeures dans le cadre d'actions menées à plus ou moins grandes échelles sur des systèmes telecom sous-marins[55], cela dans le cadre de l'action militaire sur des infrastructures marines indispensables au bon fonctionnement du cyber-espace[61],[62] qui constituent un enjeu majeur de puissance et de souveraineté pour les États[63],[64]. Une illustration de ces options d'action se réalise dans le cadre de la guerre en Ukraine, déclenchée par la Russie le 24 février 2022. L'ensemble des dirigeants européens et mondiaux se sont tout d'abord focalisés sur l'option d'une menace d'attaque nucléaire à la suite des déclarations du président russe Vladimir Poutine à propos de « conséquences que vous n’avez jamais vues ». Il faut attendre le 2 mars 2022, pour que certains articles apparaissent dans les médias, faisant état de cette autre possibilité, pour la Russie, de générer un black-out sur l'internet par une attaque directe sur les câbles sous-marins de télécommunication, avec la prise de conscience de l'ampleur catastrophique que pourrait prendre un tel type d'attaque[65],[66].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k et l (en) H I Sutton, « Spy Subs -Project 09852 Belgorod », sur www.hisutton.com, (consulté le )
  2. a b et c (ru) inconnu, « Caractéristiques techniques du sous-marin "Belgorod" », sur www.iz.ru, (consulté le )
  3. (en) Peter Lobner, « Russia Marine Nuclear Power 1939 to 2018 », sur www.lynceans.org, (consulté le )
  4. Michael Klare, « Qualifier les armes », sur www.monde-diplomatique.fr, (consulté le )
  5. « Vladimir Poutine dote la Russie de nouvelles armes nucléaires soi-disant "invincibles" », sur Sciences et Avenir (consulté le )
  6. TV5 Monde, « Vladimir Poutine vante ses nouvelles armes "invincibles" », sur https://www.youtube.com, (consulté le )
  7. Khan, « Les troupes des abysses », sur www.rusnavyintelligence.com, (consulté le )
  8. a b c et d (en) Michael Kofman, « Russia Military Analysis », sur https://russianmilitaryanalysis.wordpress.com, (consulté le )
  9. a et b Khan, « Les troupes des abysses », sur www.rusnavyintelligence.com, (consulté le )
  10. a et b (en) Peter Lobner, « You Need to Know About Russia’s Main Directorate of Deep-Sea Research (GUGI) », sur www.lynceans.org, (consulté le ).
  11. (en) Nick Paton Walsh, « Satellite images show huge Russian military buildup in the Arctic », sur www.edition.cnn.com, (consulté le ).
  12. « La marine russe recevra 5 sous-marins nucléaires l'année prochaine_French.news.cn », sur french.xinhuanet.com (consulté le )
  13. a et b « La Russie lance le sous-marin "Belgorod", capable de mettre en œuvre des drones à capacité nucléaire », sur Zone Militaire, (consulté le )
  14. a b et c (en) H I Sutton, « Losharik Spy Submarine Accident Is Still A Problem For Russian Navy », sur www.forbes.com, (consulté le ).
  15. a b et c (en) TASS russian news agency, « Belgorod nuclear submarine carrier with Poseidon nuke drones to serve in Pacific », sur www.tass.com/defense, (consulté le )
  16. Dominique Dewitte, « Un général australien met en garde contre une guerre imminente avec la Chine », sur www.fr.businessam.be, (consulté le )
  17. RFI, « Manœuvres militaires sino-russes en mer Jaune », sur www.rfi.fr, (consulté le )
  18. Muriel Pomponne, « Manœuvres militaires russo-chinoises au large de Vladivostok », sur www.rfi.fr, (consulté le )
  19. Le Point & AFP, « Tensions en mer de Chine: Pékin et Moscou vont mener des exercices navals », sur www.lepoint.fr, (consulté le )
  20. Boris Alexandre Spasov, « Vers une nouvelle stratégie et géopolitique du Pacifique », sur www.tahiti-pacifique.com, (consulté le )
  21. Jean-Michel Dasque, « Manœuvres conjointes entre les armées russe et chinoise en Sibérie et dans la province d’extrême orient », sur www.institut-du-pacifique.org, (consulté le )
  22. (ru) Agence RIA Novosti, « Источник рассказал, когда завершатся испытания носителя "Посейдонов" (La source a déclaré que les tests du porteur Poséidon seraient terminés) », sur http://www.ria.ru,‎ (consulté le )
  23. (en) H I Sutton, « The Submarine Which Came In From The Cold: Belgorod Under Cover », sur www.hisutton.com, (consulté le ).
  24. (en) Agence Tass, « Russian Navy to receive special-purpose sub with nuclear-armed drones in summer », sur www.tass.com, (consulté le )
  25. Inconnu, « La marine russe réceptionne le sous-marin nucléaire « Belgorod » », sur www.tass.com, (consulté le )
  26. (ru) Inconnu, « Shipbuilders deliver special-purpose sub with nuclear-powered drones to Russian Navy », sur www.tass.com/defense, (consulté le )
  27. Jacques Isnard, « La marine de guerre russe reste à quai, faute d'argent », sur www.lemonde.fr, (consulté le )
  28. (ru) Inconnu, « En 2018, la Marine recevra un sous-marin nucléaire spécial "Belgorod" », sur www.flotprom.ru, (consulté le )
  29. a b c d e f g h et i (ru) Nikolaev A.S., « К-329, "Белгород", проект 949А, 949АМ, 09852 (K-329, Belgorod, projet 949A, 949AM, 09852) », sur http://www.deepstorm.ru,‎ (consulté le )
  30. (en) Inconnu, « Russian Navy Upgrading its Project 949A Oscar II SSGN Submarines into 949AM Variant », sur www.navyrecognition.com, (consulté le )
  31. (ru) Inconnu, « La Russie achève la construction du sous-marin nucléaire "Belgorod" », sur www.lenta.ru, (consulté le )
  32. (ru) Inconnu, « La construction du dernier sous-marin de la classe Koursk est gelée », sur www.lenta.ru, (consulté le )
  33. (ru) Alexey Danichev, « La marine russe n'a pas besoin de d'armes intelligentes placées sur des vecteurs de la Seconde Guerre mondiale », sur http://www.ria.ru, (consulté le )
  34. André Ranson, « La dimension géopolitique des opérations spéciales », sur www.monde-diplomatique.fr, (consulté le )
  35. a b c d et e (en) Inconnu, « Russia launched a Project 09852 Belgorod submarine », sur www.navyrecognition.com, Site web d'information sur les forces navales dans le monde, (consulté le )
  36. Patrick DELEURY, « Lancement du Belgorod », sur AGASM-Sous-marins, (consulté le )
  37. (ru) Nikolaev A.S., « Le premier sous-marin vecteur du "Poséidon" a été lancé à Severodvinsk », sur www.tass.ru, (consulté le )
  38. (ru) TASS - A.S. Nikolaev, « Les essais en mer du sous-marin nucléaire porteur « Poséidon » « Belgorod » débuteront en avril 2020 », sur www.tass.ru, (consulté le )
  39. (ru) Dimmi, « Sous-marins et véhicules spéciaux russes- projet 1851 », sur www.militaryrussia.ru, (consulté le )
  40. (ru) inconnu, « Clavecin-2R-PM - Véhicule sous-marin autonome sans pilote », sur www.dfnc.ru, (consulté le )
  41. (en) TASS russian news agency, « Repair works of Russia’s AS-31 submersible may take up to four years », sur www.tass.com, (consulté le )
  42. (en) Matthieu Bodner, « Russia Leaks Dirty-Bomb Submarine Drone In State TV Broadcast », sur www.defensenews.com, (consulté le )
  43. Communiqué de presse OTAN, « Déclaration du Sommet de Prague », sur www.nato.int, (consulté le )
  44. « Reprise des vols permanents de bombardiers russes », sur www.lefigaro.fr, (consulté le )
  45. Jean-Christophe Romer, « La nouvelle relation de Moscou avec les États-Unis et les pays européens », sur www.franceculture.fr, (consulté le ).
  46. L'Obs avec AFP, « Le traité nucléaire entre la Russie et les États-Unis est mort », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. Jean-Philippe Baulon, « Surprise et stratégie nucléaire : aux sources de la dissuasion », sur http://www.institut-strategie.fr, Revue de l'Institut de Stratégie Comparée, (consulté le ).
  48. Marlène Laruelle, « La politique arctique de la Russie », sur www.ifri.org, (consulté le )
  49. Inconnu, « Le détroit de Béring, porte orientale de l'Arctique », sur www.cesm.marine.defense.gouv.fr, (consulté le )
  50. (ru) Алексей Рамм, « La Russie déploie un système mondial de suivi maritime », sur http://www.iz.ru,‎ (consulté le )
  51. (ru) A.A.Vinogradov, M.N.Burov, P.N.Morozov, A.O.Sidorov, M.K.Sedov, A.V.Shishov, « Centrale nucléaire sous-marine - "Mini-NPP sous-marine" », sur www.proatom.ru, (consulté le )
  52. Patrick Bèle, « Les câbles sous-marins, objets de toute l'attention de l'armée russe », sur https://www.lefigaro.fr, (consulté le )
  53. Elsa Delmas et Cécile Marin, « Toile de câbles et hubs sensibles - Cartographie animée », sur www.monde-diplomatique.fr, Manière de voir, (consulté le )
  54. Laurent Lagneau, « La vulnérabilité des câbles sous-marins de communication est un enjeu de sécurité majeur », sur http://www.opex360.com, (consulté le )
  55. a et b Aurore Lartigue, « Un océan de câbles, Menaces sous les mers, panique dans le cyberespace », sur http://webdoc.rfi.fr, (consulté le )
  56. (en) H I Sutton, « How Russian Spy Submarines Can Interfere With Undersea Internet Cables », sur www.forbes.com, (consulté le )
  57. (en) Dominic Nicholls, « Defence review to prioritise protecting undersea cables from Russian spy submarines », sur www.telegraph.co.uk, (consulté le )
  58. (en) Eric Holdeman, « Cyber War: Mutually Assured Disruption (MAD) », sur www.govtech.com, (consulté le )
  59. (en) Ricardo Arroyo, « Mutually Assured Destruction, in Cyberspace? », sur www.secplicity.org, (consulté le )
  60. (ru) Inconnu, « Les "Poséidons" russes donneront l'avantage sur l'Occident », sur www.riafan.ru, (consulté le )
  61. Pierre Manière, « Les câbles sous-marins, autoroutes vitales de l'Internet mondial », sur www.latribune.fr, (consulté le )
  62. Camille Morel, « Stratégie maritime – Le réseau mondial de câbles sous-marins : une toile dans la Toile », sur www.defnat.com/sommaires/sommaire.php?cidrevue=784, (consulté le )
  63. Philippe Pelé-Clamour et Jean-Marc De Leersnyder, « Les câbles sous-marins: l'épine dorsale du cyberespace », sur www.researchgate.net, (consulté le )
  64. Charles Perragin et Guillaume Renouard, « Les câbles sous-marins, une affaire d’États », sur www.monde-diplomatique.fr, (consulté le )
  65. Matthias Bertrand, « Câbles sous-marins: l'Europe sous la menace d'un "blackout" d'Internet par la Russie? », sur www.bfmtv.com/, (consulté le )
  66. Matthias Bertrand, « Après le gaz, la Russie pourrait-elle nous couper de l’accès à internet ? L’Irlande prend la menace très au sérieux et remet en question sa neutralité », (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Mikhaïl Galaktionov, Aspects récents de l'acoustique sous-marine russe, Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer, , 235 p. (ISBN 978-2-9054-3453-1)
  • (en) H. Sutton , Covert Shores: The Story of Naval Special Forces Missions and Minisubs, Caroline du Sud, CreateSpace Independent Publishing Platform, 5 mai 2016, 276 p. (ISBN 978-1533114877)
  • David Ross et Patrick Brunet (Traduction), Sous-Marins Militaires, ETAI, , 224 p. (ISBN 979-1-0283-0454-6)
  • Numéro coordonné par Pierre Rimbert , La mer, histoire, enjeux, menaces, France, « Manière de voir », 1 août 2021, 100 p. numéro 178.
    • Tout part de cette masse d’eau qui recouvre 70 % de la surface de la Terre : la vie, l’aventure, les échanges, la nourriture, l’imaginaire des poètes. Les civilisations s’y développent. Les puissances s’y affrontent. Les déchets s’y déversent. Découpé, exploité, asphyxié, le vieil océan se meurt.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier