Ouvrir le menu principal

Kōzaburō Yoshimura

réalisateur japonais
Kōzaburō Yoshimura
Description de cette image, également commentée ci-après
Kōzaburō Yoshimura en 1967
Naissance
Ōtsu (Japon)[1]
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Décès (à 89 ans)
Yokohama (Japon)
Profession Réalisateur
Producteur
Films notables Le Bal de la famille Anjo
Les Habits de la vanité

Kōzaburō Yoshimura (吉村 公三郎, Yoshimura Kōzaburō?), né le à Ōtsu et mort le à Yokohama, est un réalisateur japonais.

BiographieModifier

Kōzaburō Yoshimura rejoint les studios Shōchiku en 1929[2]. Ses débuts de réalisateur datent de 1934, mais il reste encore assistant-réalisateur pour Yasujirō Ozu et Yasujirō Shimazu par la suite. À la fin des années 1930, l'armée lui confie un projet d'abord refusé par Hiroshi Shimizu, L'Histoire du commandant de chars Nishizumi (西住戦車長伝, Nishizumi senshacho-den?, 1940). Yoshimura accepte à condition de pouvoir tourner au préalable Courant chaud (暖流, Danryū?, 1939) d'après un roman de Kunio Kishida[3]. Un coup de poker réussit, le film emporte l'adhésion du public comme celui des autorités car réussissant à ne jamais faire ressentir l'impact de la guerre dans un contexte d'austérité anxiogène[3]. Courant chaud est le film qui le fait connaître[1],[2],[4].

Son film Le Bal de la famille Anjo, avec la célèbre actrice Setsuko Hara, est nommé meilleur film en 1947 par la revue Kinema Junpō[1]. Ce film marque le début d'une longue relation avec le scénariste et réalisateur Kaneto Shindō. En 1950, ils fondent ensemble la compagnie de production indépendante Kindai Eiga Kyōkai[1],[2].

Kōzaburō Yoshimura a permis la révélation d'actrices telles que Fujiko Yamamoto, Machiko Kyō et Ayako Wakao[1]. Il réalise plus de 60 films durant sa carrière[5], et reçoit une médaille honorifique (Médaille au ruban pourpre) du gouvernement japonais en 1976[1].

FilmographieModifier

 
Nobuko Otowa dans Avant l'aube (1953)

RéalisateurModifier

Sauf indication contraire, les titres en français se basent sur la filmographie de Kōzaburō Yoshimura dans l'ouvrage Le Cinéma japonais de Tadao Satō[6].

  • 1934 : À la dérobée (ぬき足さし足, Nukiashi sashiashi?)
  • 1939 : Vous les femmes, gardez la maison (女こそ家を守れ, Onna koso le o mamore?)
  • 1939 : Un quartier reculé très joyeux (陽気な裏町, Yoki na uramachi?)
  • 1939 : La Danseuse de demain (明日の踊り子, Ashita no odoriko?)
  • 1939 : Cinq frères et sœurs (五人の兄妹, Gonin no kyodai?)
  • 1939 : Courant chaud (暖流, Danryū?)[7]
  • 1940 : L'Histoire du commandant de chars Nishizumi (西住戦車長伝, Nishizumi senshacho-den?)
  • 1941 : Fleurs (, Hana?)
  • 1942 : L'Espion n'est pas encore mort (間諜未だ死せず, Kanchō imada shisezu?)
  • 1942 : Vents du sud (続南の風, Minami no kaze?)
  • 1942 : Vents du sud ; suite (Zoku minami no kaze?)
  • 1943 : Nuit de veille avant le début de la guerre (開戦の前夜, Kaisen no zenya?)
  • 1943 : Bombardements d'avions ennemis (敵機空襲, Tekki kūshū?) coréalisé avec Hiromasa Nomura et Minoru Shibuya
  • 1944 : Bataille décisive (決戦, Kessen?)
  • 1947 : Ceux qui ont mangé un éléphant (象を喰った連中, Zo o kutta renchu?)
  • 1947 : Le Bal de la famille Anjo (安城家の舞踏会, Anjō-ke no butōkai?)
  • 1948 : Tentation (誘惑, Yuwaku?)
  • 1948 : La Journée la plus rayonnante de ma vie (わが生涯のかがやける日, Waga shogai no kagayakeru hi?)
  • 1949 : Jalousie (嫉妬, Shitto?)
  • 1949 : Ishimatsu des forêts (森の石松, Mori no Ishimatsu?)
  • 1949 : Danse dans l'après-midi (真昼の円舞曲, Mahiru no embukyoku?)
  • 1950 : Neige de printemps (春雪, Shunsetsu?)
  • 1950 : Au bout de la bataille (戦火の果て, Senka no hate?)
  • 1951 : Les Habits de la vanité (偽れる盛装, Itsuwareru seiso?)[8]
  • 1951 : L'École de la liberté (自由学校, Jiyū gakkō?)
  • 1951 : Le Roman de Genji (源氏物語, Genji monogatari?)
  • 1952 : Les Sœurs de Nishijin (西陣の姉妹, Nishijin no shimai?)
  • 1952 : Violence (暴力, Boryoku?)
  • 1953 : Nuée d'oiseaux blancs (千羽鶴, Senbazuru?)
  • 1953 : Désirs (慾望, Yokubo?)
  • 1953 : Avant l'aube (夜明け前, Yoake mae?)
  • 1954 : Le Cap Ashizuri (足摺岬, Ashizuri misaki?)
  • 1954 : Jeunes gens (若い人たち, Wakai hitotachi?)
  • 1955 : Puisque je t'aime (愛すればこそ 第一話 花売り娘, Aisureba koso?) - 1re partie
  • 1955 : La Femme de Ginza (銀座の女, Ginza no onna?)
  • 1955 : La Belle et le dragon (美女と怪龍, Bijo to kairyu?)
  • 1956 : Jour de mariage (嫁ぐ日, Totsugu hi?)
  • 1956 : Rivière de nuit (夜の河, Yoru no kawa?)[9]
  • 1956 : Le Démon de midi (四十八歳の抵抗, Yonjū-hassai no teikō?)
  • 1957 : Une histoire d'Osaka (大阪物語, Osaka Monogatari?)
  • 1957 : Les Papillons de la nuit (夜の蝶, Yoru no chō?)
  • 1957 : Sur la terre (地上, Chijo?)
  • 1958 : Un grain de blé (一粒の麦, Hitotsubu no mugi?)
  • 1958 : Le Vrai Visage de la nuit (夜の素顔, Yoru no sugao?)
  • 1959 : Le téléphone sonne dans la soirée (電話は夕方に鳴る, Denwa wa yugata ni naru?)
  • 1959 : L'Escalier de la noblesse (貴族の階段, Kizobu no kaidan?)
  • 1960 : Testaments de femmes (女経, Jokyō?) - 3e épisode
  • 1960 : Femmes de Tokyo (女の坂, Onna no saka?)
  • 1961 : Médaille pour une femme (女の勲章, Onna no kunshō?)
  • 1961 : L'Âge du mariage (婚期, Konki?)
  • 1962 : Circonstances familiales (家庭の事情, Katei no jijō?)
  • 1962 : Je n'oublie pas cette nuit (その夜は忘れない, Sono yo wa wasurenai?)
  • 1963 : La Poupée brisée (越前竹人形, Echizen take ningyō?)
  • 1963 : Mensonge (, Uso?) - 2e épisode
  • 1966 : Les Montagnes du cœur (こころの山脈, Kokoro no sanmyaku?)
  • 1967 : Daraku suru onna (堕落する女?)
  • 1968 : Les Belles Endormies (眠れる美女, Nemureru bijo?)[10]
  • 1971 : Un doux secret (甘い秘密, Amai himitsu?)
  • 1973 : Rika l'enfant métis : berceuse (混血児リカ ハマぐれ子守唄, Konketsuji Rika: Hamagure komoriuta?)
  • 1974 : Debout les damnés de la terre (襤褸の旗, Ranru no hata?)

ProducteurModifier

ScénaristeModifier

DistinctionsModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

RécompensesModifier

SélectionsModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f (en) « Obituary: Kozaburo Yoshimura », Japan Times (consulté le 26 juillet 2010)
  2. a b et c (ja) « Yoshimura Kōzaburō », Nihon jinmei daijiten, Kōdansha (consulté le 4 décembre 2010)
  3. a et b Ouvrage collectif, 100 ans de cinéma japonais, Éditions de La Martinière en collaboration avec la Fondation du Japon, , 272 p. (ISBN 978-2-7324-8819-6), p. 54
  4. Tadao Satō, Le Cinéma japonais (tome II), Éditions du Centre Pompidou, , 324 p. (ISBN 2-85850-930-1), p. 81
  5. (ja) « Yoshimura Kōzaburō », Japanese Movie Database (consulté le 4 décembre 2010)
  6. Tadao Satō, Le Cinéma japonais (tome II), Éditions du Centre Pompidou, , 324 p. (ISBN 2-85850-930-1), p. 296
  7. Courant chaud : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre George-Pompidou
  8. Les Habits de la vanité : titre français du film lors de la rétrospective « Le Cinéma japonais » du 19 mars au 29 septembre 1997 au Centre George-Pompidou
  9. Rivière de nuit : titre français du film lors de la rétrospective « Les Splendeurs de la Daiei, 2e partie : les héritiers du grand maître » du 8 janvier au samedi 29 mars 2014 à la MCJP
  10. Les Belles Endormies : titre français du film lors de la rétrospective « Kawabata et le cinéma » du 4 octobre au 25 octobre 2014 à la MCJP
  11. « En Compétition - Longs Métrages : Genji monogatari (Le Roman de Genji) », sur Festival de Cannes, (consulté le 22 avril 2019)

Liens externesModifier