Ouvrir le menu principal

Étienne Junius Verdier de Latour (parfois orthographié Verdier-Latour), né le 31 août 1795 à Clermont-Ferrand et mort le 25 avril 1861 à Riom, est un avocat et un homme politique. Il a été maire de Clermont-Ferrand de 1843 à 1848.

BiographieModifier

Fils de Jeanne Petit de Montséjour et de Michel-François Verdier de Latour. Père de Michel-François-Edmond Verdier de Latour, consul de France. Neveu du bénédictin Dom Michel François Verdier de Latour, qui sauva la cathédrale de Clermont-Ferrand de la destruction.

De 1830 à 1842, il est conseiller municipal, puis adjoint au maire de Clermont-Ferrand.

En 1843, Junius Verdier de Latour est élu conseiller général du Puy-de-Dôme. La même année, en remplacement d’Hippolyte Conchon, il devient maire de Clermont-Ferrand. En 1847, il entame des démarches pour obtenir une Faculté des Lettres. L’autorisation arrivera après son mandat, en 1854, pour la construction d’une Faculté des Sciences et d’une Facultés des Lettres[1].

Après son mandat à la mairie de Clermont-Ferrand, il devient en 1849 bâtonnier au barreau de Clermont-Ferrand.

En 1851, Junius Verdier de Latour est conseiller à la Cour de Rennes et par la suite à la Cour de Riom[1].

En parallèle de ses activités d’avocat, il reste au conseil municipal de Clermont-Ferrand[2].

Une rue porte son nom à Clermont-Ferrand[3]. L'entrée principale de la cathédrale donne sur cette rue. L'emplacement est peut-être un hommage, également, à son oncle.

MandatsModifier

  • Maire de Clermont-Ferrand (1843-1848)
  • Conseiller général du Puy-de-Dôme (1843-1848)

DistinctionsModifier

BibliographieModifier

  • Obsèques de Junius Verdier de Latour, Clermont-Ferrand, imprimerie de Paul Hubler, 1861 disponible sur Gallica

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Liste des Maires de Clermont-Ferrand »
  2. Obsèques de M. Verdier-Latour, conseiller à la cour impériale de Riom..., (lire en ligne)
  3. Le nom exact de la rue est « Verdier Latour »