Jungle Fever

film sorti en 1991
Jungle Fever
Réalisation Spike Lee
Scénario Spike Lee
Musique Terence Blanchard
Acteurs principaux
Sociétés de production 40 Acres & A Mule Filmworks
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 132 minutes
Sortie 1991


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Jungle Fever est un film américain de Spike Lee, sorti en 1991.

Jungle Fever est présenté au festival de Cannes 1991 en compétition officielle. Le film reçoit de bonnes critiques, notamment pour la prestation de Samuel L. Jackson. C'est également un succès commercial.

SynopsisModifier

Flipper Purify est architecte noir de Harlem. En plus d'avoir parfaitement réussi sa carrière, il vit heureux en ménage avec Drew. Il entame cependant une relation extra-conjugale avec Angela, sa secrétaire intérimaire, une blanche italo-américaine. Tout est alors remis en question. Drew le chasse du domicile et sa liaison provoque un scandale, entretenu par des préjugés raciaux. Son amour pour Angela n'y résiste pas et Flipper revient vers sa femme.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

  France :
  États-Unis :

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Distribution des rôlesModifier

Le rôle d'Angie Tucci est tout d'abord proposé à Marisa Tomei. Elle est cependant prise par le tournage de Mon cousin Vinny. Le rôle revient donc à Annabella Sciorra[3].

Jungle Fever marque les débuts au cinéma de Halle Berry et Queen Latifah[3].

Rick Aiello et Miguel Sandoval reprennent leurs rôles respectifs des policiers Long et Ponte, présents dans Do the Right Thing (1989)[3].

TournageModifier

Le tournage a lieu de août à décembre 1990. Il se déroule à New York, notamment à Brooklyn (Bensonhurst, South Central Brooklyn) et Harlem (Sylvia's Restaurant, Strivers' Row)[4].

Bande originaleModifier

Jungle Fever

Bande originale de Stevie Wonder
Sortie
Enregistré 1990—1991
Durée 51:06
Genre pop, R'n'B
Compositeur Stevie Wonder
Producteur Stevie Wonder, Nathan Watts
Label Motown
Critique

Albums de Stevie Wonder

En plus des compositions de Terence Blanchard, Stevie Wonder enregistre des chansons inédites pour le film. La bande originale sort sur le label Motown en mai 1991, avant même la sortie du film.

Listes des titres

Toutes les chansons sont écrites par Stevie Wonder, exceptée Chemical Love écrite par Stephanie Andrews.

  1. Fun Day – 4:41
  2. Queen in the Black – 4:46
  3. These Three Words – 4:54
  4. Each Other's Throat – 4:17
  5. If She Breaks Your Heart – 5:03 (interprété par Kimberly Brewer)
  6. Gotta Have You – 6:26
  7. Make Sure You're Sure – 3:30
  8. Jungle Fever' – 4:55
  9. I Go Sailing – 3:58
  10. Chemical Love – 4:26
  11. Lighting Up the Candles – 4:09

AccueilModifier

Jungle Fever reçoit globalement des critiques positives, particulièrement pour la performance de Samuel L. Jackson dans le rôle d'un addic au crack Gator, parfois considéré comme son meilleur rôle[6],[7],[8],[9]. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 81% d'opinions favorables pour 48 critiques et une note moyenne de 6,9810[10]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 78100 pour 24 critiques[11].

Le film connait également un succès commercial, en récoltant plus de 43 millions de dollars au box-office mondial, pour un budget de 14 millions[1].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
32 482 682 $[1] [12] 6[12]
  France 265 796 entrées[13] - -

  Total mondial 43 882 682 $[1] - -

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Sortie vidéoModifier

Jungle Fever ressort en DVD et DVD/Blu-ray le 7 juillet 2020 édité par Elephant FIlms, avec en complément un livret signé Stephen Sarrazin (32 pages), une analyse par Régis Dubois et un making-of du film (8').

CommentairesModifier

Spike Lee dédie son film à la mémoire de Yusef Hawkins, un jeune Afro-Américain de 16 ans tué en août 1989 dans le quartier de Bensonhurst, à une époque de grandes tensions raciales à New York, notamment après l'affaire de la joggeuse de Central Park en avril 1989[15],[16].

Spike Lee déclare s'être inspiré de la mort de Marvin Gaye pour la relation entre le révérend docteur Purify et « Gator »[3].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « Jungle Fever », sur Box Office Mojo (consulté le 26 juillet 2020)
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. a b c et d (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Jungle Fever OST - AllMusic
  6. « Spike Lee Cools Off but His 'Fever' Doesn't », The Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2010)
  7. Samuel G. Freedman, « FILM; Love and Hate in Black and White », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2010)
  8. Stephen Hunter, « Spike Lee's 'Jungle Fever' seethes with realities of interracial relationships », Baltimore Sun,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 7 août 2019)
  9. (en) Roger Ebert, « Jungle Fever », sur Chicago Tribune, (consulté le 7 août 2019)
  10. (en) « Jungle Fever (1991) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 26 juillet 2020)
  11. (en) « Jungle Fever Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 26 juillet 2020)
  12. a et b (en) « Jungle Fever - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 26 juillet 2020)
  13. « Jungle Fever », sur JP's Box-office (consulté le 26 juillet 2020)
  14. (en) Awards - Internet Movie Database
  15. (en) « From Do the Right Thing to His Latest, 25 Years of Great Spike Lee Title Sequences », sur Slate, (consulté le 26 juillet 2020)
  16. (en) « 5 Things To Know About 'Storm Over Brooklyn,' a New Doc About Yusuf Hawkins », sur Essence

Liens externesModifier