Ouvrir le menu principal
Jung Hansuk
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Jung Hansuk (hangeul : 정한숙, - 1997) est un auteur et critique sud-coréen[1].

Sommaire

BiographieModifier

Jung Hansuk est né le à Yongbyon dans le Pyongan du Nord en Corée[2]. Jung sort diplômé de l'université de Corée en 1950[3]. Il a également travaillé pour un certain nombre d'organisations littéraires. Il a été ainsi vice-président de l'Association des auteurs de romans coréens, directeur de la Fondation des arts et de la Culture de Corée et président de l'Académie coréenne des Arts. Il décède en 1997[1].

ŒuvreModifier

Il a expérimenté une grande variété de sujets et abordé des techniques d'écriture différentes afin de délivrer des portraits de ses semblables dans le monde constamment changeant de la société coréenne d'après-guerre. Il a étudié en particulier avec habileté et sensibilité le fossé de mentalités entre les générations. Ainsi, son récit Une maison ancienne (Goga, 1956) met en scène des jeunes qui cherchent à échapper au système traditionnel de la famille. Malgré le fait que le monde dépeint par Jeong soit empreint d'une certaine détérioration de la morale, il maintient une position éthique et continue d'aspirer à une société idéale. On retrouve ces caractéristiques dans ses premières histoires comme L'itinéraire d'Adam (Adamui haengno) et Une femme folle (Gwangnyeo), tous deux publiés en 1952, mais aussi Trahison (Baesin) qui paraît l'année suivante. Un sceau de pierre précieuse jaune (Jeonghwangdang inbogi) explore les tensions entre les traditions du passé et la réalité contemporaine d'une autre manière. En effet, ce travail traite notamment de la différence entre la langue classique des lettrés avec l'idiome populaire de la vie quotidienne. Il a également écrit des romans historiques comme La peinture murale du bâtiment principal du temple (Geumdang byeokhwa), Yi Seong-gye et Non-gae. À partir de milieu des années 1980, Jung a également publié des poèmes[4].

Il a reçu le prix d'honneur de l'Académie coréenne des Arts (1986) et le prix culturel du 1er mars (1988)[1].

BibliographieModifier

Romans
  • 애정지대 La zone d'amour (1957)
  • 황진이 Hwang Jini (1958)
  • 암흑의 계절 Saison obscure (1959)
  • 끊어진 다리 Le pont détruit (1963)
  • 우린 서로 닮았다 Nous nous ressemblons (1966)
Nouvelles
  • 묘안묘심 Les yeux et la pensée du chat (1958)
  • 내사랑의 편력 Mes aventures d'amour (1959)
  • 조용한 아침 Un matin calme (1976)
  • 안개 거리 Les rues embrumées (1983)
  • 대학로 축제 Le festival du quartier universitaire (1987)
Essais
  • 현대 한국소설론 Étude des romans coréens modernes (1973)
  • 현대 한국작가론 Étude sur les écrivains coréens modernes (1976)
  • 해방문단사 Histoire de la littérature coréenne à l'heure de la libération (1980)
  • 현대 한국문학사 Histoire de la littérature coréenne moderne (1982)

Notes et référencesModifier

  1. a b et c "Jung Hansuk" LTI Korea Datasheet available at LTI Korea Library or online at: http://klti.or.kr/ke_04_03_011.do#
  2. « 정한숙 전 대학교수, 전 예술기관단체인 », sur http://people.search.naver.com/search.naver?where=nexearch&sm=tab_ppn&query=%EC%A0%95%ED%95%9C%EC%88%99&os=327401&ie=utf8&key=PeopleService, Naver (consulté le 20 novembre 2013)
  3. (en) Lee, Kyung-ho, Who's Who in Korean Literature, Seoul, Hollym, , 109–11 p. (ISBN 1-56591-066-4), « Chung, Han-Sook »
  4. Source-attribution|"Jung Hansuk" LTI Korea Datasheet available at LTI Korea Library or online at: http://klti.or.kr/ke_04_03_011.do#