Ouvrir le menu principal

Julio Cortázar

écrivain franco-argentin
(Redirigé depuis Julio Cortazar)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cortázar.
Julio Cortázar
Description de l'image Cortázar.jpg.
Nom de naissance Julio Florencio Cortázar Descotte
Alias
Julio Denis
Naissance
Ixelles, Drapeau de la Belgique Belgique
Décès (à 69 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Espagnol argentin
Mouvement Surréalisme, réalisme magique
Genres

Œuvres principales

Signature de Julio Cortázar

Julio Florencio Cortázar Descotte (Écouter), né le à Ixelles (Belgique) et mort le à Paris, est un écrivain argentin de Buenos Aires, auteur de romans et de nouvelles (tous en langue espagnole), établi en France en 1951 et qui, tout en conservant sa nationalité argentine, acquiert aussi la nationalité française vers la fin de sa vie, en 1981, comme acte de protestation contre la dictature militaire argentine de l'époque.

Sommaire

BiographieModifier

EnfanceModifier

Julio -ou Julien- Cortázar est né à Ixelles, un district au sud de la ville de Bruxelles, en Belgique. Le pays est alors envahi par les allemands dans le cadre de la Première Guerre mondiale[1]. Le petit "Coco" comme le nomme sa famille[2] est le fils de Julio José Cortázar et de Maria Herminia Descotte, deux argentins alors mariés l'un à l'autre. Son père était un fonctionnaire de l'ambassade d'Argentine en Belgique. Grâce au fait que la grand-mère maternelle de Julio soit allemande, la famille Cortázar va vivre en Suisse jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Peu de temps après, Julio part vivre à Barcelone un an et demi puis de là, en 1918 il rentre en Argentine.

Il vit alors à Banfield un quartier périphérique au sud de Buenos Aires avec sa mère et sa petite sœur, le père ayant abandonné la famille. Il s'inspire de ses souvenirs passés dans la maison familiale pour écrire Los venenos y Deshoras plus tard. Mais malgré le fait qu'il soit issu d'une famille aisée, son enfance ne fut pas tout le temps heureuse. Dans une lettre qu'il écrit plus tard à Graciela M. de Sola résidant à Paris le 4 de novembre en 1963, il dit : « Beaucoup de servitude, une sensibilité excessive, une tristesse fréquente ». Julio Cortázar garde de son enfance un souvenir brumeux avec une perception de l'espace-temps différente des autres[3] ; quand il avait 6 ans son père abandonna la famille et ne voulut plus de contact avec Julio[4]. De plus Julien a une santé fragile et tombe souvent malade, il reste donc au lit la plupart du temps et commence à se familiariser avec la lecture qui devient vite une passion[2]. À neuf ans il avait déjà lu Jules Verne, Victor Hugo et Edgar Allan Poe entre autres. Il souffre même de cauchemars durant un certain temps. Il passe aussi des heures à lire Le petit Larousse[2]. Julien passe tellement de temps à lire que sa mère s'inquiète et contacte le directeur de son école ainsi qu'un médecin pour voir si Julio est sain d'esprit. Ils lui recommandent de faire arrêter la lecture à son fils ou de moins lire pendant cinq ou six mois pour qu'il puisse sortir et prendre le soleil[2].

Julio Cortàzar fut un écrivain précoce car entre neuf et dix ans, il écrivit une nouvelle qu'il perdra malheureusement plus tard, incluant quelques contes et sonnets[2]. Malgré la grande qualité de ses écritures, sa famille continue de douter que Julien ait pu écrire de tels textes. Julio sera attristé par ces doutes[2] et confiera ce souvenir lors de futures entrevues. Beaucoup des ses contes sont autobiographiques et racontent ce qu'il a fait durant son enfance, par exemple Bestiario, Final del juego, Los venenos et La señorita Cora.

JeunesseModifier

Après avoir terminé ses études primaires à l’école n ° 10 de Banfield, il est formé comme enseignant en 1932 et professeur de lettres en 1935 à l'École des professeurs Mariano Acosta.

De ces années est venu L'école de nuit (Deshoras). C'est à cette époque qu'il commence à fréquenter les stades pour regarder de la boxe, où il conçoit une sorte de philosophie du sport : « éliminer l’aspect sanglant et cruel qui provoque à la fois le rejet et la colère » (La fascination des mots). Il admire l'homme qui va toujours de l'avant et la force pure et le courage mobilisés pour gagner (Torito, Fin du jeu).

À l'âge de dix-neuf ans à peine, il a lu à Buenos Aires Opio : journal d'une désintoxication de Jean Cocteau, traduit par Julio Gomez de la Serna et avec une préface de son frère Ramón. Cela l'éblouit et devint l'un de ses livres de chevet, l'accompagnant toute sa vie.

Cortázar dans sa jeunesse, a commencé ses études de philosophie à l'Université de Buenos Aires. Il réussi la première année, mais il a compris qu'il devrait utiliser le titre qu'il avait pour travailler et aider sa mère. Il a enseigné à Bolivar, Saladillo (ville figurant dans son livre civique en tant que bureau d'inscription), puis à Chivilcoy. Il vivait dans des chambres de pensions isolées, profitant de tout le temps libre pour lire et écrire (miroir éloigné). Entre 1939 et 1944, Cortázar vécut à Chivilcoy, où il enseigna la littérature à l'école normale et participa fréquemment aux réunions d'amis qui se déroulaient dans la salle de photographie d'Ignacio Tankel. Sur proposition de celui-ci, il participa pour la première fois à un texte cinématographique, où il collabora au scénario du film La sombra del pasado , filmé dans cette ville entre août et décembre 1946. Cet épisode était traité dans le film documentaire. À la recherche de l’ombre du passé, réalisé par Gerardo Panero, créé en 2004.

En 1944, il s'installe à Mendoza où il enseigne la littérature française à l'Université nationale de Cuyo.

Son premier récit, "Bruja", a été publié dans la revue Correo Literario. Il a participé à des manifestations contre le péronisme. En 1946, lorsque Juan Domingo Perón a remporté les élections présidentielles, il a démissionné. "J'ai préféré abandonner mon siège avant d'être obligé de retirer ma veste, comme cela a été le cas pour de nombreux collègues qui ont choisi de rester à leur poste." Il a rassemblé un premier volume d'histoires, La otra orilla. De retour à Buenos Aires, il commence à travailler à la Chambre des livres argentine et publie la même année le récit "casa tomada" dans le magazine Los Anales de Buenos Aires, dirigé par Jorge Luis Borges, ainsi qu'un ouvrage sur le poète anglais John Keats, "L'urne grecque dans la poésie de John Keats" dans le journal de Estudios Clásicos de l'Université de Cuyo.

En 1947, il collabore avec plusieurs magazines, dont Realidad. Il a publié un ouvrage théorique important, Teoría del túnel, et à Los Anales de Buenos Aires, où son récit "Bestiario" apparaît.

De la fin des années 1940 jusqu'en 1953, il collabore avec le magazine Sur, fondé et dirigé par Victoria Ocampo. Son premier travail pour le magazine était un article sur la mort d'Antonin Artaud. Ce magazine avait acquis une grande partie de sa pertinence historique en raison de la production au cours des années précédentes d’un groupe d’écrivains qui restait dans l’histoire de Grupo Florida, dont Borges, Victoria Ocampo et d’autres écrivains faisaient partie et étaient connus pour leur emplacement. Depuis, le bureau du magazine et les confiseries où ils se sont rencontrés, ce qui est un contraste dialectique avec le groupe Boedo, aux origines bien plus modestes, qui publié dans Editorial Claridad et se réunissaient dans l'historique Café El Japonés.

En 1948, il obtint le titre de traducteur public anglais et français après avoir achevé en seulement neuf mois des études qui duraient normalement trois ans. L'effort a provoqué des symptômes névrotiques, . L'un d'eux (la recherche de cafards dans la nourriture) disparaît avec l'écriture de l'histoire, Circe, qui, avec les deux précédentes citées, est parue dans le magazine Los anales de Buenos Aires, sera incluse plus tard dans le livre Bestiario.

En 1949, il publie le poème dramatique "Los Reyes", le premier ouvrage signé de son vrai nom et ignoré des critiques. Au cours de l'été, il écrit un premier roman, Divertimento, qui préfigure en quelque sorte Rayuela, qu'il écrit en 1963.

En plus de collaborer sur Realidad, il a écrit pour d'autres magazines culturels à Buenos Aires, tels que Cabalgata et Sur (8 textes, principalement des critiques littéraires et des films). Dans le magazine littéraire Oeste de Chivilcoy il publie le poème «Semilla» et des collaborations dans trois autres numéros.

En 1950, il écrit son deuxième roman, El examen, rejeté par le conseiller littéraire de Editorial Losada, Guillermo de Torre. Cortázar l'a présenté à un concours organisé par le même éditeur, encore une fois sans succès, et, comme le premier roman, il n'a été publié qu'en 1986.

En 1951, il publie Bestiario, un recueil de huit histoires qui lui valut une certaine reconnaissance dans l'environnement local. Peu de temps après, insatisfait du gouvernement de Perón, il décida de s'installer à Paris , une ville où, à l'exception de voyages sporadiques en Europe et en Amérique latine , il passa le reste de sa vie.

VieillesseModifier

 
Plaque commémorative au 4, rue Martel à Paris.

En 1951, opposé au gouvernement de Perón, il émigre en France, où il vivra jusqu'à sa mort. Il travaille alors pour l'UNESCO en tant que traducteur. Il traduit en espagnol Defoe, Yourcenar, Poe. Alfred Jarry et Lautréamont sont d'autres influences décisives.

Cortázar s'intéresse ensuite aux droits de l'homme et à la gauche politique en Amérique latine, déclarant son soutien à la Révolution cubaine (tempéré par la suite : tout en maintenant son appui, il soutient le poète Heberto Padilla[5]) et aux sandinistes du Nicaragua. Il participe aussi au tribunal Russell[5]. La nature souvent contrainte de ses romans, comme Livre de Manuel, 62 modelo para armar ou Marelle, conduit l'Oulipo à lui proposer de devenir membre du groupe. Écrivain engagé, il refuse, l'Oulipo étant un groupe sans démarche politique affirmée.

Naturalisé français par François Mitterrand en 1981 en même temps que Milan Kundera[5], il meurt de leucémie trois ans plus tard, à Paris où il vivait au 4 rue Martel (10e)[6].

Sa tombe au cimetière du Montparnasse, non loin de celle de son ami le peintre Bernard Mandeville, est un lieu de culte pour des jeunes lecteurs, qui y déposent des dessins représentant un jeu de marelle, parfois un verre de vin.

Vie privéeModifier

En 1953, Cortazar se marie à Aurora Bernárdez, une traductrice argentine avec qui il vivait à Paris avec certaines difficultés financières avant d'accepter le rôle de traducteur pour l’œuvre complète en prose de Edgar Allan Poe pour l'Université de Porto Rico. Il est dit de son travail, salué par les critiques, qu'il s'agit de la meilleure traduction de cette œuvre de l'auteur américain. Avec son épouse ils sont allés vivre en Italie durant l'année de leur traduction, puis ils sont partis en mer jusqu'à Buenos Aires. Cortazar a alors effectué la meilleure partie de son travail d'écriture sur sa machine a écrire portable et a publié son nouveau roman.

En 1967, il divorça de sa femme, Aurora Bernardez. et il fréquenta la lituanienne Ugné Karvelis avec qui il ne se maria jamais et qui lui transmit un grand intérêt pour la politique[7],[8].

Avec sa troisième compagne, et seconde épouse, l'auteur américaine Carol Dunlop, ils firent de nombreux voyages. En autre, ils voyagèrent en Pologne, où il participa à un congrès de solidarité avec le Chili. Un autre voyage avec sa femme Carol Dunlop fut inscrit dans son livre Los autonautas de la cosmopista, qui raconte le voyage de ce couple sur l'autoroute Paris-Marseille.

Après la mort de Carol Dunlop, Aurora Bernardez a accompagné Cortazar dans la maladie avant de devenir sa seule héritière de son œuvre publiée et de ses textes[9].

ŒuvreModifier

L'œuvre de Julio Cortázar se caractérise entre autres par l'expérimentation formelle[10], la grande proportion de nouvelles et la récurrence du fantastique et du surréalisme[10]. Si son œuvre a souvent été comparée à celle de son compatriote Jorge Luis Borges, elle s'en distingue toutefois par une approche plus ludique[10] et moins érudite de la littérature. Avec Marelle (1963), Cortázar a par ailleurs écrit l'un des romans les plus commentés de la langue espagnole.

Une grande partie de son œuvre a été traduite en français par Laure Guille-Bataillon, souvent en collaboration étroite avec lui.

RomansModifier

  • Los premios (1960)
    Publié en français sous le titre Les Gagnants, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Fayard, coll. « Horizon libre », 1961 (ISBN 2-07-028007-1) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 1354, 1982 (ISBN 2-07-037354-1)
  • Rayuela (1963)
    Publié en français sous le titre Marelle, traduit par Laure Guille-Bataillon et Françoise Rosset, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1966 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « L'Imaginaire » no 51, 1979 (ISBN 2-07-029134-0)
  • 62 Modelo para armar (1968)
    Publié en français sous le titre 62, maquette à monter, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1971 (ISBN 2-07-028007-1)
  • Libro de Manuel (1973) - Prix Médicis étranger 1974
    Publié en français sous le titre Livre de Manuel, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1974 (ISBN 2-07-029030-1) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 1812, 1987 (ISBN 2-07-037812-8)
  • Divertimento (écrit en 1949, publié de façon posthume en 1986)
  • El examen (écrit en 1950, publié de façon posthume en 1986)
    Publié en français sous le titre L'Examen, traduit par Jean-Claude Masson, Paris, Denoël, coll. « Et d'ailleurs », 2001 (ISBN 2-207-25275-2)
  • Diario de Andrés Fava (1986), publication posthume
    Publié en français sous le titre Journal d'Andrés Fava, traduit par Françoise Rosset, Paris, Denoël, coll. « Et d'ailleurs », 2001 (ISBN 2-207-25283-3)

Recueils de récitsModifier

  • Historias de cronopios y de famas (1962)
    Publié en français sous le titre Histoires des Cronopiens et des Fameux, La Louvière, Belgique, Daily-Bul, coll. « Les poquettes volantes » no 24, 1968 ; réédition dans une édition augmentée sous le titre Cronopes et Fameux, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1977 (ISBN 2-07-029623-7) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 2435, 1992 (ISBN 2-07-038577-9)
  • Un tal Lucas (1979)
    Publié en français sous le titre Un certain Lucas, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1989 (ISBN 2-07-071621-X) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 5727, 2014 (ISBN 978-2-07-045740-3)

Recueils de contes et nouvellesModifier

  • La otra orilla (1945)
  • Bestiario (1951)
    Publié en français, avec des nouvelles tirées de Final del juego, sous le titre Gîtes, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1968
  • Final del juego (1956)
    Publié en français sous le titre Fin de jeu, traduit par Laure Guille-Bataillon et Françoise Rosset, Paris, Gallimard, coll. « L'Imaginaire » no 508, 2004 (ISBN 2-07-077337-X)
  • Las armas secretas (1959)
    Publié en français sous le titre Les Armes secrètes, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « La Croix du Sud », 1963 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 448, 1973 (ISBN 2-07-036448-8)
  • Todos los fuegos el fuego (1966)
  • Octaedro (1974)
    Publié en français sous le titre Octaèdre, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1976 (ISBN 2-07-029434-X) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « L'Imaginaire » no 475, 2003 (ISBN 2-07-076807-4)
  • Alguien que anda por ahí (1977)
    Publié en français sous le titre Façons de perdre, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1978 (ISBN 2-07-028078-0) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « L'Étrangère », 1993 (ISBN 2-07-072836-6) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « L'Imaginaire » no 652, 2014 (ISBN 978-2-07-076006-0)
  • Queremos tanto a Glenda (1980)
    Publié en français sous le titre Nous l'aimons tant, Glenda, traduit par Laure Guille-Bataillon et Françoise Campo-Timal, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1982 (ISBN 2-07-021275-0) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 5728, 2014 (ISBN 978-2-07-045739-7)
  • Deshoras (1982)
    Publié en français sous le titre Heures indues, traduit par Laure Guille-Bataillon et Françoise Campo-Timal, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1986 (ISBN 2-07-070689-3)
  • Nouvelles, histoires et autres contes (édition intégrale de la traduction de tous les contes et nouvelles), Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2008 (ISBN 978-2-07-078544-5)

ThéâtreModifier

  • Los reyes (1949)
    Publié en français sous le titre Les Rois, traduit par Laure Guille-Bataillon, Arles, Actes Sud, 1983 (ISBN 2-903098-40-9)
  • Adiós Robinson y otras piezas breves (1995), publication posthume
    Publié en français sous le titre Rien pour Pehuajó, suivi de Adieu Robinson, traduit par Françoise Thanas, Paris, Éditions théâtrales, 2000 (ISBN 2-84260-079-7)

PoésieModifier

  • Presencia (1938), sous le pseudonyme de Julio Denis
  • Pameos y meopas (1971)
  • Salvo el crepúsculo (1984)
    Publié en français sous le titre Crépuscule d'automne, traduit par Silvia Baron Supervielle, Paris, J. Corti, 2010 (ISBN 978-2-7143-1027-9)

CritiquesModifier

  • Obra crítica (1994)
  • Obra crítica (2006), publication posthume
  • Imagen de John Keats (écrit en 1951 et 1952, publié de façon posthume en 2007)
  • Clases de literatura. Berkeley, 1980 (2013), publication posthume

CorrespondanceModifier

  • Correspondencia Cortázar-Dunlop-Monrós (2009)
  • Cartas a los Jonquières (2010)
  • Cartas 1. 1937 - 1954 (2012)
  • Cartas 2. 1955 - 1964 (2012)
  • Cartas 3. 1965 - 1968 (2012)
  • Cartas 4. 1969 - 1976 (2012)
  • Cartas 5. 1977 - 1984 (2012)

Autres publicationsModifier

  • Les Discours du Pince-gueule (écrit directement en français), Paris, M. Cassé, 1966 (lithographies de J. H. Salva) ; réédition, Fata Morgana, 2002 (ISBN 2-85194-567-X)
  • La vuelta al día en ochenta mundos (1967)
  • Buenos Aires, Buenos Aires (1967), photographies de Sara Facio
    Publié en français sous le titre Buenos Aires, photographie de Alicia D'Amico, Paris, Éditions Sudamericana, 1968
  • Último round (1969)
    Publié en français, avec des extraits de La vuelta al día en ochenta mundos, sous le titre Le Tour du jour en quatre-vingts mondes, traduit par Laure Guille-Bataillon, Karine Berriot, J.-C. Lepetit et Céline Zins, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1980
  • Viaje alrededor de una mesa (1970)
  • Literatura en la revolución y revolución en la literatura (1970)
  • Prosa del observatorio (1972)
    Publié en français sous le titre Prose de l'observatoire, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, 1988 (ISBN 2-07-071170-6)
  • Fantomas contra los vampiros multinacionales (1975)
    Publié en français sous le titre Fantômas contre les vampires des multinationales, Paris, La Différence, coll. « Les Voies du Sud » no 5, 1991 (ISBN 2-7291-0718-5)
  • Humanario (1976), photographies de Sara Facio et d'Alicia D'Amico
  • Territorios (1978)
  • Tendres Parcours (1978) (photographies de Frédéric Barzilay, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, F. Barzilay)
  • El perseguidor (1981)
    Publié en français sous le titre L'Homme à l'affût, traduit par Laure Guille-Bataillon, Paris, Futuropolis-Gallimard, 2010 (ISBN 978-2-7548-0406-6)
  • Los autonautas de la cosmopista (1982), en collaboration avec Carol Dunlop
    Publié en français sous le titre Les Autonautes de la cosmoroute, traduit par Laure Bataillon et Françoise Campo, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1983 (ISBN 2-07-070021-6)
  • La fascinación de las palabras (1982)
    Publié en français sous le titre Entretiens avec Omar Prego, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Essais » no 29, 1986 (ISBN 2-07-032339-0)
  • Nicaragua tan violentamente dulce (1983)
  • Silvalandia (1984)
  • Alberto Martini (1984), livre sur Alberto Martini, aux éditions Franco Maria Ricci
  • Alto el Perú (1984), photographies de Manja Offerhaus
  • Papeles inesperados, 1940-1984 (2009), publication posthume
    Publié en français sous le titre Pages inespérées, traduit par Sylvie Protin, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 2014 (ISBN 978-2-07-014510-2)
  • Corrección de pruebas en Alta Provenza (2012), publication posthume
  • El último combate (2014), publication posthume

CinémaModifier

ScénariosModifier

Films adaptés de ses œuvresModifier

(Liste non exhaustive[11])

Notes et référencesModifier

  1. Lozano Cutanda, ÁLvaro (2011). Breve historia de la Primera Guerra Mundial. Madrid: Ediciones Nowtilus S.L. p. 32. (ISBN 9788499672694)
  2. a b c d e et f (es) Jesús Marchamalo, op. cit. «El vampiro lector», 2011, pp. 31-44.
  3. Revista Plural, México, mayo de 1975.
  4. Herráez, Miguel. Julio Cortázar, una Biografía Revisada Alrevés, 2011, (ISBN 9788415098034), pp. 38 & 45.
  5. a b et c Guy Scarpetta, « Cortázar, le magicien », Le Monde diplomatique, août 2008.
  6. Hommage à Julio Cortazar, Mairie de Paris
  7. Goloboff, Mario (1998). «Cap. 11: De otros lados». Julio Cortázar - La biografía. Espasa Calpe. pp. 170-174. (ISBN 950-731-205-6).
  8. Entrevista a Miguel Dalmau, biógrafo del escritor, “Cortázar no estuvo tranquilo un solo día”, El País, 24 juin 2016
  9. (es) Nazaret Castro, « Las cartas de Cortázar », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2019).
  10. a b et c Alonso 1998, p. 2.
  11. Voir (en) Julio Cortázar sur l’Internet Movie Database
  12. Court métrage visible en intégralité sur Vimeo
  13. Cette nouvelle a été adaptée de très nombreuses fois, notamment par Fabián Bielinsky.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 
La place Cortázar dans le quartier de Palermo, à Buenos Aires.

BibliographieModifier

  • (en) Gordon Brotherston, « Intellectual geography : Julio Cortázar », dans The Emergence of the Latin American Novel, CUP Archive, (ISBN 0521295653, lire en ligne), p. 81-97
  • (en) Steven Boldy, The Novels of Julio Cortazar, Cambridge University Press, (réimpr. 2010), 232 p. (ISBN 0521136784, lire en ligne)
  • Bernard Terramorsi, Le fantastique dans les nouvelles de Julio Cortázar: rites, jeux et passages, L'Harmattan, , 235 p. (ISBN 2738423876, lire en ligne).
  • Milagros Ezquerro, Aspects du récit fantastique rioplatense, L'Harmattan, , 149 p. (ISBN 2738450148, lire en ligne)
  • (en) Carlos J. Alonso, Julio Cortázar : new readings, Cambridge University Press, , 260 p. (ISBN 9780521452106, lire en ligne)
  • (en) Peter Standish, Understanding Julio Cortázar, University of South Carolina Press, , 222 p. (ISBN 1570033900, lire en ligne)
  • Pilar Peyrats, « Jazzuela, le jazz dans Marelle de Julio Cortázar », 2004
  • (en) Harold Bloom, Julio Cortázar : Bloom's modern critical views, Infobase Publishing, , 291 p. (ISBN 0791081346, lire en ligne)
  • (fr) Jean-Michel Durafour, « Hymen d'images : film, formes, formique (de Cortázar à Saul Bass) » dans La Furia Umana-online, no 23, printemps 2015 (ISSN 2037-0431, lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier