Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petrie.
Juliette Petrie
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Juliette Petrie (née Marie Juliette Joséphine Yvonne Vermeersch à Saint-Hyacinthe, [1] - Montréal, ) est une artiste de burlesque, comédienne et humoriste ayant travaillé sur scène, à la télévision et au cinéma.

BiographieModifier

Le père de Juliette Petrie était fleuriste et originaire de Grad, en Belgique. Juliette a connu une enfance heureuse auprès de son père Jules Vermeersch[2].

La carrière de Juliette Petrie dans le monde du spectacle québécois démarra en 1920 grâce à la rencontre avec son mari, le célèbre Arthur Petrie (mariage le à Montréal)[3], meneur de revues burlesques très populaires à son époque au Québec. Elle débuta sur scène en 1921 à Trois-Rivières, remplaçant à pied levé un comédien absent. Sa voix et son talent inné de la repartie allaient lui assurer une longue carrière dans le monde du vaudeville et du burlesque et, par la suite, à la télévision et au cinéma.

À partir de 1922, Juliette Petrie a codirigé, avec son époux Arthur Petrie, la troupe de burlesque Les Poupées françaises, qui connut un très grand succès. La troupe se composait de huit danseuses, plus Juliette Petrie, Arthur Petrie, Juliette Béliveau, Eugène Martel et Wilbrod. Cette troupe se produisit pendant de nombreuses années[2].

En 1936, elle commence une longue collaboration avec Rose Ouellette, La Poune qui tiendra l'affiche au Théâtre National à Montréal jusqu'en 1953[4]. Leur succès est constant, dans un genre difficile, l'improvisation sur un canevas à peine esquissé ; tout tient par l'esprit de repartie des actrices. Les deux directrices de troupe doivent voir à tout, pour monter une nouvelle revue chaque semaine. Elle y côtoiera tous les grands artistes québécois du burlesque de cette époque : Olivier Guimond, père, Manda Parent, Olivier Guimond, Teddy Burns-Goulet, Paul Desmarteauxetc.

Durant les années 1950, à l'apogée des clubs montréalais, Juliette Petrie se produit au Mocambo, à la Casa Loma, au Café de l'Est et au Radio Cité, le théâtre-cabaret de Jean Grimaldi[4].

Elle amorce le virage de la télévision grâce à Roger Lemelin qui l'engage, en 1959, dans la série En haut de la pente douce.

La comédienne donne vie au personnage de « la mère » lors de la présentation de la comédie musicale Monica la mitraille de Michel Conte en 1968 à la Place des Arts de Montréal.

Dans les années 1970, elle obtient un rôle dans Le soleil se lève en retard, de Michel Tremblay et André Brassard.

Juliette Petrie meurt à Montréal le à l'âge de 95 ans.

Cinéma et télévisionModifier

HonneursModifier

En prenant la codirection avec son mari de la troupe de burlesque Les Poupées françaises, en 1922, Juliette Petrie devient la première femme au Québec à diriger une troupe de théâtre. Rose Ouellette la suivra en ce sens en devenant directrice du Théâtre Cartier (à Saint-Henri, Montréal) en 1928.

Notes et référencesModifier

  1. « Acte de naissance no B24 de Marie Juliette Joséphine Yvonne Vermeersch du registre d'état-civil de l'année 1900 de la paroisse de la Cathédrale Saint-Hyacinthe-le Confesseur », sur Ancestry, (consulté le 23 octobre 2018) - Note. Elle a été baptisée le 19 février 1900 et est née la veille. Parents : Jules Vermeersch et Angelina Guertin. Il faut être abonné au site de généalogie Ancestry pour pouvoir visionner le document.
  2. a et b « Jacques Saumure, Collection Souvenirs, souvenirs... »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. « Acte de mariage no M19 de Mastaï Pitre (artiste) et de Juliette Vermeersch du registre d'état-civil de l'année 1921 de la paroisse Saint-Stanislas-de-Kostka de Montréal », sur Ancestry, (consulté le 23 octobre 2018) - Note. Parents de Mastaï Pitre : Emile Pitre et Vitaline Emard. Parents de Juliette Vermeersch : Jules Vermeersch et Angeline Guertin. Il faut être abonné au site de généalogie Ancestry pour pouvoir visionner le document.
  4. a et b Juliette Petrie, Quand on revoit tout cela! Le burlesque au Québec

SourcesModifier

  • (en) Juliette Petrie sur l’Internet Movie Database
  • Juliette Petrie, Quand on revoit tout cela! Le burlesque au Québec. 1914-1960, Montréal, 1977.
  • Philippe Laframboise, "La Poune", Montréal, Éditions Héritage, 1978.
  • Chantal Hébert, Le burlesque au Québec. Un divertissement populaire, Montréal, Éditions Hurtubise HMH, 1981 (ISBN 2890455076).
  • Chantal Hébert, Le burlesque québécois et américain, Les Presses de l'Université Laval, 1989 (ISBN 2763771874).