Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Julien Estival naît d’un père français et d’une mère espagnole, qui a fui l’Espagne franquiste avec sa famille au début des années 1960 pour venir s’installer à Clermont-Ferrand[1].

Avant le divorce de ses parents, il passe son enfance et son adolescence à Pont-du-château, où il fait la rencontre déterminante d’une enseignante de collège qui l’encourage à développer sa passion pour la lecture et l’écriture[2]. Dans la voiture paternelle , "le poste à cassettes altern[e] Brassens et des compilations de musique classique"[3]. "Adolescent très timide, renfermé sur lui-même"[4], il écrit alors ses premiers poèmes[5] et compose au piano des morceaux instrumentaux inspirés de bandes originales de films[6], qui lui permettent de satisfaire sa "soif d'évasion"[7].

Les années « Sam » et l'album Entre vos seins (2008)Modifier

Rentré au Lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, il décroche son baccalauréat littéraire en 1998 avant d’intégrer la classe d’hypokhâgne de l’établissement et de poursuivre son cursus universitaire jusqu’en 2001, date d’obtention de sa maîtrise de lettres modernes, où il soutient un mémoire sur le poète contemporain Guy Goffette[8]. Il travaille ensuite quelques mois à Paris, au Cherche midi, où il est "chargé d'envoyer aux auteurs les mêmes lettres de refus qu'[il a] reçues dans le passé et de remplir des sacs-poubelles entiers de manuscrits refusés ou qui n'[ont] jamais été lus"[9]. Il est également lecteur aux éditions Grasset & Fasquelle.

Entre-temps, il apprend la guitare, compose, écrit des chansons et se produit pour la première fois sur scène sous le pseudonyme « Sam » en 2002[10]. S’ensuivent de nombreuses dates dans les cafés-concerts de France, qui lui permettent d’affiner son répertoire et aboutissent à la sortie en 2008 d’un premier album autoproduit, Entre vos seins, dont l’édition limitée, comprenant notamment un stéréoscope en carton[11], rencontre un bel accueil de la part du public. S’appuyant sur l’imagerie des pin-ups de Gil Elvgren, les textes à la fois érotiques et mélancoliques racontent « des histoires simples et concises qui évoquent les rapports homme-femme de façon tour à tour drôles, salées, tendres ou piquantes »[12].

Il se taille alors une réputation sur scène, en première partie d’artistes comme Arthur H, La Grande Sophie, Julien Doré, Thomas Dutronc ou encore Carmen Maria Vega. Ses prestations sont remarquées et lui permettent de signer avec le label Polydor-Universal Music Group en mai 2010.

Des parrains prestigieuxModifier

En septembre 2010, il participe aux 32es Rencontres d’Astaffort, parrainées par Thomas Dutronc. Il y fait notamment la rencontre de deux auteures, Lydia Dejugnac et Aurélie Antolini, avec qui il signe trois chansons, Vulgaire, J'en ai vu d'autres et Dans quel état j'aime insérées plus tard dans ses albums Adulescent et Puceau. En 2011, il se voit remettre à Nantes le prix du Centre des écritures de la chanson des mains de Francis Cabrel[13].

Parallèlement au travail sur son propre album, il enregistre une reprise de Mourir pour une nuit sur l’album La Maison bleue fêtant les quarante années de carrière de Maxime Le Forestier et participe en juillet 2011 au concert événement donné par le chanteur dans le cadre du festival des Francofolies de La Rochelle[14]. Il chante également aux côtés de Maxime Le Forestier trois soirs de suite au Grand Rex à Paris en janvier 2012[15], aux côtés de Calogero, Juliette, François Morel, Féfé, Ayọ, Emily Loizeau.

Le recueil Une barque pour demain (2012)Modifier

En décembre 2012, il publie son premier recueil de poèmes, Une barque pour demain, aux éditions du Cygne, dont le titre est une référence à la barque du nocher des Enfers, Charon (mythologie)[16]. Sur les rapports entre chanson et poésie, il dira que "ce sont deux choses tout à fait différentes, [que] la poésie a déjà sa musicalité propre, et en cela, [qu']elle se passe très bien d'être mise en musique[17]." Il avouera également que la poésie constitue pour lui "un besoin vital" et représente dans sa vie "un point d'ancrage important quand la dictature du buzz fait rage tout autour de nous[18]."

L'album La Vie promise (2013)Modifier

La Vie promise, premier album enregistré sous ses vrais nom et prénom[19], paraît en juin 2013, suivi à l’automne d'une tournée d’une vingtaine de dates, dont la première partie de Maxime Le Forestier au Casino de Paris. Réalisé avec ses musiciens Xavier Gatepain et Stéphane Cieluch[20], cet opus à la forte tonalité mélancolique reçoit un accueil critique et public très confidentiel, qui n’en souligne pas moins la haute tenue des textes et des arrangements[21]. Les singles Les Heures plus belles et Notre histoire – adaptation française de la chanson 9 Crimes de Damien Rice, enregistrée en duo avec Morgane Imbeaud[22] – sont diffusés sur les réseaux radios. Le titre de l'album, La Vie promise, est quant à lui un clin d'œil au recueil de poèmes du même nom de Guy Goffette[23]. Le chanteur confiera que la chanson-titre a été inspirée par la naissance de son fils[24] et se veut porteuse d'"une vision [de la vie] qui ne sombre ni dans le désespoir ni dans l'optimisme béat[25]." Se faisant l'écho de sa propre histoire familiale, l'album évoque en effet "l'espoir des jours meilleurs - un espoir partagé par tous les hommes, qui nous permet de tenir debout, de supporter les épreuves, de nous adapter à tout, même au pire. [...] Beaucoup de [s]es chansons sont une invitation au rêve[26]." Interrogé sur son métier d'auteur-compositeur-interprète, il soulignera à plusieurs reprises le fait qu'il s'agit d'un "métier d'artisan, ni plus ni moins", qui vise "la simplicité, la justesse du propos[27]."

L'album Adulescent (2014)Modifier

Julien Estival publie en octobre 2014 l'album Adulescent, qui renoue avec les thèmes et l’esthétique d’Entre vos seins[28] et comprend plusieurs titres bonus, dont Sous les jupes des filles, reprise aux accents flamenco de la célèbre chanson d'Alain Souchon, ainsi qu'une reprise de J'aime les filles de Jacques Dutronc. Maniant l'humour et le second degré, T'es gentille, dont le clip a été réalisé à Berlin par la réalisatrice Gabriela Tscherniak, était déjà rentrée en playlist sur le réseau radio national (Europe 1, RFM, MFM) en 2011. Un mini-teaser web est tourné avec la comédienne et humoriste Bérengère Krief. Avec ce nouvel opus, le chanteur prouve à nouveau que "l'écriture et l'adolescence sont liées dans [s]a vie par un noeud très intime[29]".

Le recueil D'entre les vivants (2015)Modifier

En mai 2015, il publie son deuxième recueil de poèmes, D'entre les vivants (éditions du cygne), dont le point de départ est "une photo du père d'Anne Franck, le regard perdu dans le vague", et qui, à travers une quarantaine de textes, cherche à comprendre pourquoi "l'horreur et la beauté cohabitent dans le même monde"[30].

A l'occasion de Noël, il sort en décembre 2015 une chanson inédite, Comment vas-tu?, dont il réalise lui-même le clip. Il fonde en 2016 sa propre société de production et de tour, Dody.

L'album Puceau (2018)Modifier

Quatrième album studio de l'artiste, Puceau, dont le titre "ramène inévitablement vers l'adolescence"[31] et dont les dix chansons sont comme autant d'"auto-fictions"[32], sort en octobre 2018. Réalisé à nouveau avec ses musiciens Xavier Gatepain et Stéphane Cieluch, l'album "au ton acidulé", qui fait la part belle aux synthétiseurs et boîtes à rythmes inspirés des années 80, est un "clin d'oeil à la culture pop qui [l']a bercé" adolescent[33]. L'écrivaine Cécile Coulon chante en duo sur Je compte sur mes doigts et signe les paroles de la chanson Byactol blues. L'album comprend également une reprise du standard Laisse tomber les filles écrit et composé par Serge Gainsbourg.

DiscographieModifier

AlbumsModifier

SinglesModifier

ParticipationsModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Centre France, « Le Moulinois Julien Estival sort son premier album chez Polydor/Universal la semaine prochaine », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 4 octobre 2019)
  2. Centre France, « Le Moulinois Julien Estival sort son premier album chez Polydor/Universal la semaine prochaine », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 4 octobre 2019)
  3. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 4 octobre 2019)
  4. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  5. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 4 octobre 2019)
  6. « Julien Estival: "mes chansons sont comme des auto-fictions" | 7 Jours à Clermont », 7 Jours à Clermont,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2019)
  7. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  8. http://catalogue.servicedulivre.be/sll/fiches_auteurs/g/goffette-guy.html
  9. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 4 octobre 2019)
  10. Centre France, « Après dix ans de Sam, Julien Estival a pris, hier, le relais », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 5 octobre 2019)
  11. http://lescorpsdemuses.over-blog.com/pages/Sam_entre_vos_seins-1105446.html
  12. http://www.concertandco.com/artiste/SAM/critique-cd-achat-vente-41771.htm
  13. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/francis-cabrel-remet-le-prix-voix-du-sud-nantes-258036
  14. http://www.parismatch.com/Culture/Musique/Maxime-Le-Forestier-adosse-a-ses-souvenirs-148452
  15. http://www.europe1.fr/radio/communiques-de-presse/articles/concert-exceptionnel-musicorama-maxime-le-forestier-sur-europe-1-919411
  16. http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/clermont-ferrand/2012/12/31/julien-estival-la-poesie-eternellement-contemporaine_1391047.html
  17. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  18. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  19. Centre France, « Le Moulinois Julien Estival sort son premier album chez Polydor/Universal la semaine prochaine », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 5 octobre 2019)
  20. http://www.lamontagne.fr/moulins/loisirs/art-litterature/2013/04/16/stephane-cieluch-et-xavier-gatepain-ont-co-realise-lalbum-du-chanteur-moulinois-julien-estival_1517644.html
  21. http://www.quai-baco.com/julien-estival-la-vie-promise-la-chronique-16160/
  22. http://www.chartsinfrance.net/Julien-Estival/news-89290.html
  23. http://www.culture-chronique.com/chronique.htm?chroniqueid=1067
  24. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  25. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  26. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  27. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  28. http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/auvergne-le-blog-de-pils/2014/10/21/julien-estival-eternel-adulescent.html
  29. « Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise » - Musique », sur Putsch (consulté le 5 octobre 2019)
  30. http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/allier/moulins/2015/06/24/le-musicien-julien-estival-sort-un-deuxieme-recueil-de-poemes_11493433.html
  31. « Julien Estival: "mes chansons sont comme des auto-fictions" », sur 7 Jours à Clermont, (consulté le 5 octobre 2019)
  32. « Julien Estival: "mes chansons sont comme des auto-fictions" », sur 7 Jours à Clermont, (consulté le 5 octobre 2019)
  33. « Julien Estival: "mes chansons sont comme des auto-fictions" », sur 7 Jours à Clermont, (consulté le 5 octobre 2019)

Liens externesModifier