Jules Gabriel Levasseur

graveur français

Jules Gabriel Levasseur est un graveur français né à Paris le , et mort à Paris (6e arrondissement) le [1] ; il est actif jusqu'en 1898.

Jules Gabriel Levasseur
Naissance
Décès
Période d'activité
Jusqu'en Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Jules Gabriel Levasseur, fils de Pierre Levasseur et de Joséphine Justine Renard[1], appartient à une famille d'horlogers.

Il est entré en 1838 dans l'atelier de Alexis-François Girard pour apprendre le dessin et la gravure en manière noire, technique qui ne le tente pas[2]. À partir de 1842, il a suivi les cours de l'École des beaux-arts et a terminé ses études dans la classe de Louis-Pierre Henriquel-Dupont. Il se lie à Gustave Bertinot et tente le concours pour le prix de Rome[3].

Levasseur a été un disciple fidèle mais sans génie des graveurs de la tradition classique. Il expose au Salon à partir 1855 et s'est consacré aux reproductions de tableaux et aux scènes de genre.

Il illustre une partie des Œuvres d'Alfred de Musset publié chez Charpentier en 1878, d'après des illustrations d'Alexandre Bida, ainsi qu'un Livre d'offices publié par Marius Michel (1846-1925)[4].

Il est actif semble-t-il jusqu'en 1898.

Jules Gabriel Levasseur décède le , à l'âge de 83 ans, à son domicile au 33, rue d'Assas dans le 6e arrondissement de Paris, laissant veuve Alina Ganning, âgée de 74 ans[1].

Œuvre gravéModifier

Parmi les planches qu'il a gravées sur acier et sur cuivre :

DistinctionsModifier

Jules Gabriel Levasseur a obtenu au Salon deux mentions honorables en 1859 et 1863, une médaille à l'exposition universelle de 1867, une médaille à l'exposition universelle de 1873 à Vienne, deux médailles de 2e classe au Salon de 1877, une médaille à l'exposition universelle de 1878, et une de 1re classe au Salon de 1878.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Archives de Paris, acte de décès n°1680 dressé le 26/09/1907, vue 20 / 31
  2. (en) « Jules Gabriel Levasseur (Biographical details) » sur le site The British Museum, consulté le 25 mars 2017.
  3. Rose Chochod, « Gustave Bertinot », dans Bulletin de la Société historique d'Auteuil et de Passy, Paris, Société historique d'Auteuil et de Passy, 1904, pp. 206-208sur Gallica.
  4. Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle, Paris, L. Conquet, 1889, tome IX, pp. 170-171.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, Louis Hachette, Paris, 1893, p. 991 (lire en ligne)  

Liens externesModifier