Jules-Émile Saintin

french painter
Jules-Émile Saintin
Jules Emile Saintin.png
Jules-Émile Saintin, Autoportrait (1883).
Naissance
Décès
(à 64 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Lieux de travail
Distinctions
Écolier, portrait présumé d'Henry Walters (1860), Baltimore, Walters Art Museum.

Jules-Émile Saintin, né à Lemé (Aisne) le [1] et mort dans le 8e arrondissement de Paris le [2], est un peintre et dessinateur français.

BiographieModifier

Jules-Émile Saintin est l'élève de Michel Martin Drolling et de François-Édouard Picot à l’École des beaux-arts de Paris dès 1845. Il expose des portraits au crayon au Salon des artistes français de 1850 et 1853.

En avril 1854, il part vivre et travailler aux États-Unis où il peint des portraits, des paysages et des sujets amérindiens[3].

Il rentre à Paris en 1860 et emménage dans un atelier au no 11 rue Washington dans le 8e arrondissement de Paris[4] où il compose des tableaux aux thèmes américains, ainsi que des scènes de genres.

En 1876, il est désigné commissaire de l'Exposition universelle de Philadelphie.

Jules-Émile Saintin est ami de l’architecte Charles Garnier et des peintres Paul Baudry et Madeleine Lemaire.

Il est nommé chevalier de la légion d'honneur en 1877[5]. Il habite alors au no 56 rue du Rocher à Paris.

Œuvres dans les collections publiquesModifier

Aux États-Unis
En France

RécompensesModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Raphaele Carreau, Jules-Émile Saintin. Sur la Piste des Indiens, Le Pythagore, 48 p. (ISBN 9782908456837).

Liens externesModifier