Juan Rodríguez de Fonseca

Juan Rodríguez de Fonseca, né à Toro, près de Zamora, en 1451 et mort à Burgos le , était un prélat espagnol et un haut fonctionnaire de l'administration royale. Il appartenait à l'une des familles les plus illustres du royaume de Castille.

Juan Rodríguez de Fonseca
Fonctions
Archevêque catholique
Archidiocèse de Rossano-Cariati
à partir du
Vincenzo Pimpinella (d)
Évêque de Burgos (d)
Diocèse de Burgos (d)
à partir du
Antonio de Rojas Manrique (en)
Évêque de Palencia
Diocèse de Palencia
à partir du
Diego de Deza (en)
Juan Fernández Velasco (d)
Évêque de Cordoue
Diocèse de Cordoue
à partir du
Francisco Sánchez de la Fuente (en)
Juan Daza (en)
Évêque de Badajoz (d)
Diocèse de Badajoz (d)
à partir du
Juan Ruiz de Medina (en)
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activités
Autres informations
Religion

BiographieModifier

Sa fonction de chapelain auprès de la Reine Isabelle la Catholique l'a amené dès 1480 à devenir l'influent conseiller des Rois Catholiques Ferdinand et Isabelle. Ces derniers lui confièrent les pouvoirs nécessaires à la création de l'administration coloniale, dès le second voyage de Christophe Colomb, en 1493, qu'il organisa. Il se montra par la suite hostile à Colomb, qu'il dénonça à la Reine Isabelle.

Fonseca conserva ce rôle déterminant dans l'administration des colonies avec la création du Conseil des Indes, qui contrôlait toute relation avec les possessions espagnoles d'outre-mer. Il soutint le projet d'expédition de Magellan en 1519, auquel il adjoint son neveu Juan de Cartagena.

Au cours de sa carrière ecclésiastique, Juan Rodriguez de Fonseca fut d'abord au chapitre de la cathédrale de Séville, puis successivement évêque de Badajoz (1495-1499), de Cordoue (1499-1504), de Palencia (1504-1514), archevêque de Rossano (1511) dans le royaume de Naples, et enfin évêque de Burgos (1514-1524). Il reçut le titre de « Patriarche des Indes », titre créé par le pape Léon X en 1520.

PostéritéModifier

Le golfe de Fonseca, dans l'océan Pacifique, a été nommé d'après lui par le conquistador Gil González Dávila.

SourcesModifier

Liens externesModifier