Ouvrir le menu principal

Juan Landazuri Ricketts

prélat catholique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ricketts.

Juan Landazuri Ricketts
Biographie
Naissance
Arequipa (Pérou)
Ordre religieux Ordre des frères mineurs
Ordination sacerdotale par
Mgr Francisco Irazola y Galarza
Décès (à 83 ans)
Lima (Pérou)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean XXIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Maria in Ara Coeli
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Juan Gualberto Guevara
Fonctions épiscopales Archevêque de Lima (Pérou)

Blason
« Ambulante in Dilectione » (Eph 5, 2)
« Conduisez-vous dans l'Amour »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Juan Landázuri Ricketts (Arequipa, - Lima, ), est un cardinal péruvien de l'Église catholique romaine, franciscain, primat de Pérou et archevêque de Lima. Il a tenu un rôle majeur lors du concile Vatican II.

BiographieModifier

Juan Landázuri Ricketts est le fils de Gustavo Landázuri Villagra et de María Rickkets Murga. Il fait ses études à Arequipa jusqu'en 1929.

Après avoir été au Grand séminaire d'Ocopa (Junín), il poursuit ses études à l'athénée pontifical Antonianum de Rome, tenu par les franciscains.

Ordonné prêtre le dans l'ordre des franciscains, Juan Landázuri est incardiné dans l'archidiocèse de Lima le 4 juin 1954.

Juan Landazuri est créé cardinal par Jean XXIII au consistoire du avec le titre de cardinal-prêtre de S. Maria in Ara Coeli.

Il joue un rôle prépondérant au concile Vatican II.

Théologie de la LibérationModifier

Le cardinal Landázuri vit une période où la théologie de la libération semble prépondérante en Amérique latine, alors que des dictatures militaires s'installent dans plusieurs pays, dont celle de Ricardo Perez Godoy au Pérou, vite renversée par Belaúnde. Le pays est déchiré par la pauvreté, des tensions extrêmes et la guerre menée à partir des années 1980 par le Sentier lumineux. Le cardinal Landázuri donne alors son appui aux mouvements proches de la théologie de la libération, aussi bien laïques que religieux, et s'assure pour ces derniers que les laïcs et les religieuses soient toujours représentés dans les processus de décision. Il préside la conférence de Medellin en 1968 qui donne une impulsion considérable aux stratégies proches des milieux dits « de gauche », face aux pouvoirs en place. Le principal théologien en est le père Gustavo Gutiérrez, de nationalité péruvienne, qui fait paraître en 1971 son livre Teología de la liberación. Cet ouvrage met en avant la solidarité avec les plus pauvres, la justice sociale, la paix dans le monde et la dignité humaine[1], dans une optique de renversement de la praxis ecclésiale[2]. Le cardinal Landázuri de même n'a de cesse de s'engager dans un combat pour plus de justice sociale. Le cardinal Landázuri est régulièrement élu à la conférence épiscopale du Pérou sans opposition [3] jusqu'en 1988, date à laquelle il atteint la limite d'âge de 75 ans.

Pendant cette période, le cardinal, prenant l'idéal franciscain à la lettre, abandonne ostensiblement le palais épiscopal de Lima et s'installe dans une petite maison modeste dans un quartier ouvrier de la capitale péruvienne. Cependant son aura semble diminuer à Rome au fur et à mesure que Jean-Paul II prend ses distances avec la théologie de la libération, qu'il juge trop impliquée dans des positions temporelles systématiques. Dans les années 1980 et 1990, des évêques moins marqués à gauche sont nommés au Pérou[3]. De plus la montée des mouvements protestants évangéliques souvent financés par les États-Unis en réaction aux prises de position proche du socialisme de l'Église catholique du Pérou provoque une désaffectation en masse de l'Église catholique de certaines catégories populaires à partir des années 1990. Mgr Augusto Vargas Alzamora S.J. lui succède en janvier 1990 à la tête de l'archidiocèse de Lima.

Il meurt à Lima le , à près de 83 ans. Son corps repose dans la crypte des archevêques de la cathédrale de Lima.

Notes et référencesModifier

  1. « Qu'est ce que la théologie de la libération ? - Aleteia », sur questions.aleteia.org (consulté le 21 juin 2018)
  2. La Documentation Catholique, 4 mars 2012, n° 2485, p. 226.
  3. a et b (en) Jeffrey Klaiber, The Church in Peru : Between Terrorism and Conservative Restraints, chapitre V

Voir aussiModifier