Juan Diego Flórez

artiste lyrique, compositeur
(Redirigé depuis Juan Diego Florez)
Juan Diego Florez
JD Flórez, Madrid 2010.JPG
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
LimaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Juan Diego Flórez SalomVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Institut Curtis
Music Academy of the West (en)
Conservatorio Nacional de Música (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Tessiture
Ténor léger (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Label
Genre artistique
Site web
Distinctions

Juan Diego Flórez Salom (Lima, Pérou, ) est un ténor léger péruvien. Il est considéré comme l’un des meilleurs ténors de l'opéra actuel.

BiographieModifier

Il est le fils du musicien Rubén Florez Pinedo, chanteur et guitariste de musique créole péruvienne, connu pour avoir accompagné la célèbre compositrice-interprète péruvienne Chabuca Granda. Sa mère, María Teresa Salom, est la sœur de Carlos Salom, un membre d’un des groupes de musique expérimentale les plus reconnus du Pérou pendant les années 1970 : "Laghonia" ainsi que du groupe de rock péruvien We All Together.

Il commence sa carrière en interprétant de la musique populaire, Juan Diego chante d’abord des morceaux de The Beatles et Led Zeppelin. Selon de récents témoignages de l’artiste dans le quotidien “Ojo”, il interprète dans sa jeunesse des huaynos tout comme des chansons d’Elvis Presley, lors des absences du chanteur attitré du cabaret administré par sa mère.

Il étudie à l’école Santa Margarita dans le district de Surco à Lima. C’est durant ses années passées dans ce collège qu’il rencontre les artistes Gianmarco et Katushka (membre du groupe Conexión Límbica). Lors de sa quatrième année de collège, il fait la connaissance du professeur de musique Genaro Chumpitazi Guerrero, qui lui donne ses premières leçons de maîtrise vocale et l’incite à chanter en tant que soliste représentant du collège dans certains concours scolaires et présentations de zarzuelas. C’est grâce à cela qu’il intègre à l’âge de 17 ans le Conservatoire National De Musique (Pérou) en 1990. Juan Diego perfectionne sa voix lyrique au cours de ces études accompagné du professeur Andrés Santa María. Il est parallèlement membre du Chœur National du Pérou, notamment en tant que soliste dans la Messe du Couronnement de Mozart et la Petite Messe Solennelle de Gioachino Rossini.

Il rejoint entre 1993 et 1996 l’institut Curtis de Philadelphie (États-Unis). Il commence à chanter dans des représentations d’opéra par des étudiants: il interprète du Rossini, des opéras du bel Canto de Vincenzo Bellini et de Gaetano Donizetti, répertoires pour lesquels il est connu aujourd’hui. Pendant ses années aux États-Unis, il prend également des cours avec Marilyn Horne a la Santa Barbara Academy Summer School de Californie. En 1994, le ténor péruvien Ernesto Palacio l’invite en Italie pour l’enregistrement de l’opéra de Vicente Martín y Soler Il tutore burlato. Ernesto Palacio devient peu après le professeur et mentor de Flórez.

Il commence sa carrière professionnelle grâce au Festival Rossini de la ville de Pesaro en 1996. À 23 ans, il a un rôle secondaire dans Ricciardo e Zoraide, et est choriste dans d’autres opéras. Pendant les représentations de Matilde di Shabran, Flórez remplace le ténor principal Bruce Ford, indisponible pour raisons de santé. Sa performance dans le rôle de Corradino, personnage principal de l’opéra, fait sensation. La même année, il débute à la Scala de Milan, interprétant le rôle du cavalier danois dans Armide de Christoph Willibald Gluck. En 1997 il joue le rôle du Comte Potoski dans Elisabetta de Donizetti au Royal Opera House. En 2000 il interprète Rinuccio dans Gianni Schicchichante à l'Opéra Statale de Vienne et en 2002 le Comte d'Almaviva du Barbier de Séville au Metropolitan de New-York.

Dans les années 2000, il gagne le prix Abbiati 2000 (donné par les meilleurs critiques italiens de l’an), le Rossini d'oro, le Bellini d'oro, le Prix Aureliano Pertile, le Prix Tamagno et le Prix de L'Opera Award (Migliore Tenore) pour son rôle de 2001 dans La Sonnambula.

Il signe avec Decca en 2001 et depuis lors, il lance 4 CD de concerts de soliste : Rossini arias qui gagne le Cannes Classical Award de 2003, Una Furtiva Lágrima, qui gagne le Cannes Classical Award de 2004, Great Tenor Arias (2005) et Sentimiento Latino (2006), un récital avec des classiques de la musique populaire latino-américaine.

En , Luciano Pavarotti déclare que Juan Diego pourrait être son successeur dans le monde de l'opéra. Cependant tant la critique que Flórez lui-même font remarquer que lyrique-léger alors que Pavarotti était un ténor lyrique leurs répertoires diffèrent forcément.

En , il participe aux les méga-concerts de Live 8 à Berlin, seul péruvien à y prendre part.

Le , il met un terme à la tradition imposée par Toscanini à la Scala de Milán en offrant un “bis” lors de la première de "La fille du régiment" de Gaetano Donizetti, (aria “Ah mes amis” de Tonio avec ses célèbres neufs “do” de poitrine suraigus), les spectateurs lui ont fait une ovation debout de plus de cinq minutes (le dernier bis à la Scala remontait à 1933 quand la basse russe Fiódor Chaliapin avait dû bisser "La calomnie" dans le “Barbier de Séville" de Rossini).

Le , Flórez chante accompagné du péruvien Gianmarco Zignago à Lima.

Le , le président Alan García, à présent décédé après une hémorragie cérébrale, décerne l’Ordre El Sol du Pérou, le Degré de Grand-Croix à Juan Diego Flórez à cause de son exceptionnelle participation dans le monde lyrique. Il reçoit également la condécoration en honneur des jeunes au Pérou qui luttent pour croire en eux-mêmes et atteindre leurs rêves.

Le , il débute avec Rigoletto au Théâtre Municipal du Callao. Floréz interprète le Duc de Mantua, un des rôles les plus emblématiques du répertoire, pour lequel de célèbres chanteurs tels qu'Alfredo Kraus ou Carlo Bergonzi laissent des interprétations référentes pour l’histoire.

Le , se marie avec Julia Flórez dans la Cathédrale de Lima. Le cardinal Juan Luis Cipriani Thorne réalise le sacrement. Le ténor choisit personnellement la musique jouée lors de son mariage. Le morceau le plus acclamé fut Messe en Ut Majeur de Beethoven, interprété par lui-même dans la Basilique Cathédrale d’Ayacucho en 1993.

Le , Leandro, son premier fils, naît à New York, quelques minutes avant le début de la représentation diffusée en direct du Metropolitan du Comte Ory de Rossini, où Flórez chante le rôle principal.

Le soliste anime le moment où le Prince Albert de Monaco et Charlene Wittstock signent leur acte de mariage à l'issue de la cérémonie religieuse le à Monaco.

En , Flórez reçoit une nomination aux International Opera Awards. Le de la même année, il est nommé Ambassadeur de Bonne Volonté de L’Éducation et les Arts par L’UNESCO, lors d’une cérémonie présidée par la directrice générale Irina Bokova.

 
Simón Orfila, Juan Diego Flórez, Elena Mosuc et Marco Caria dans le Grand Théâtre du Lycée de Barcelone. Décembre de 2015

Le , il est nommé "Kammersänger" (distinction honorifique, ex-"chanteur de la cour") par l'Autriche.

Le le Forum Économique Mondial (WEF) lui décerne le prix Cristal pour le travail qu’il réalise avec sa fondation Sinfonía por el Perú (créée par lui en 2011) pour permettre l’accès à éducation musicale des plus humbles.

En , le ténor interprète pour la première fois le rôle d'Edgardo dans Lucia di Lammermoor au théâtre du Lycée de Barcelone en compagnie de Elena Mosuc.

En 2019, il chante accompagné du pianiste Vincenzo Scalera au théâtre Colón de Buenos Aires. Peu après, la fondation Konex d’Argentine l'honore du prix Konex Mercosur pour être la personnalité la plus remarquable de la musique classique en Amérique Latine, prix qui est attribué une fois tous les 10 ans.

VoixModifier

Flórez a une voix de ténor léger qui, malgré son manque d’amplitude, est néanmoins audible même sur les grandes scènes. Peut-être sa caractéristique technique la plus distinctive est le domaine de la coloratura, ce qui est particulièrement évident dans son Idreno (Sémiramide) et son Corradino (Matilde di Shabran).

Le , le ténor espagnol Plácido Domingo a déclaré son admiration pour Juan Diego Flórez à Madrid: "C'est le plus grand ténor léger de tous les temps, le meilleur de sa catégorie. Je ne me souviens pas de personne d'autre qui ait chanté de cette manière un répertoire si difficile, quand Juan Diego chante avec des rés bémols et naturels, ils sont vrais, pas faux, de vrais aigus".

Prix et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier