Ouvrir le menu principal

Jour J (bande dessinée)

Série de bande dessinée
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jour J (homonymie).

Jour J
Série
Scénario Jean-Pierre Pécau
Fred Duval
Fred Blanchard
Genre(s) Uchronie

Pays Drapeau de la France France
Langue originale français
Éditeur Delcourt
Collection Neopolis
Nb. d’albums 36

Jour J est une série de bande dessinée d’uchronie, écrite par Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard et édité par Delcourt dans la collection « Neopolis ».

HistoriqueModifier

À partir d’un événement historique réel dont ils changent l’issue, les scénaristes imaginent différentes alternatives de l’Histoire. Dans la plupart des cas les tomes sont indépendants. Les exceptions sont les tomes 3 et 4, qui se font suite, les tomes 14, 18 et 21, qui forment ensemble une trilogie, les tomes 22 et 24, les tomes 23 et 28, les tomes 26 et 34, les tomes 29, 30 et 31, et enfin les tomes 32 et 33. Chaque histoire est illustrée par un dessinateur différent.

PublicationModifier

Cet épisode invente ce qui se serait passé si les Soviétiques avaient été les premiers à envoyer une personne sur la Lune au lieu des Américains.
Le 19 septembre 1969, grâce au programme lunaire habité soviétique, Valentina Terechkova devient la première personne à marcher sur la Lune à la suite de la destruction de la mission Apollo 11, victime d'une micro-météorite. Ulcéré, le président Nixon exige la construction d'une base lunaire permanente pour reprendre le terrain perdu face aux Russes. Dix ans plus tard, la base américaine Eagle et la base soviétique Galactika se font face sur la Lune. Sous couvert d'une mission d'inspection rendue nécessaire par le comportement étrange d'un des membres de la base lunaire, le médecin-colonel Tom Lang et le capitaine Frank Spotino débarquent à Eagle pour déterminer les véritables capacités d'observation de la base russe. Sasha Joukov, un cosmonaute doué mais criblé de dettes envers Boris Eltsine, un petit chef corrompu, et le commissaire politique Evgeni Sashov arrivent à Galactika pour des raisons similaires. Lang découvre que la militaire manquante est enceinte d'un cosmonaute russe. Malgré la guerre froide qui règne entre les deux nations, les cosmonautes ont commencé à s'entraider en secret depuis des années après que les Russes ont sauvé deux astronautes américains condamnés par la panne de leur jeep lunaire. Les Russes ont été contraints d'abattre leur commissaire politique mais une balle perdue a détruit le circuit de renouvellement d'air et les habitants de Galactika ont trouvé refuge dans une aile de la base américaine, échangeant la vodka fabriquée sur place contre du cannabis.
  • 2 Paris, secteur soviétique,
    Scénario : Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard - Dessin : Gaël Séjourné - Couleurs : Jean Verney - (ISBN 978-2-7560-1868-3)
Dans ce tome, le débarquement allié en Normandie a échoué et Paris a été libéré par l’Armée rouge, entraînant une partition de la France comme cela a été le cas pour Berlin et l'Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. L'histoire se passe en 1951 : sur un des points de passage de la Seine, le capitaine Saint Elme assiste sans rien pouvoir faire à la mort d'un agent qu'il espérait infiltrer en République Populaire Française. Le lendemain, il est assigné à une enquête paritaire chargée de résoudre le mystère du meurtre de prostituées en RPF. Les services secrets profitent de l'occasion pour lui demander d'exfiltrer Tentation, une agent infiltrée depuis des mois et qui détient des secrets importants.
Dans ce tome, les Allemands ont gagné la bataille de la Marne en 1914. Le 24 décembre, le Kaiser réveillonne donc sur les Champs-Élysées. Le 9 janvier, la France capitule et la monarchie est rétablie par les Allemands. Georges Clemenceau lance alors un appel à la résistance le 2 février avant de partir à Alger où il crée un gouvernement d’union nationale soutenu par les Britanniques. Plus tard, en juin 1917, Nicolas II s’apprête à signer la paix avec l'Allemagne, ce qui détruira tous les espoirs de Clemenceau. Il décide alors de faire assassiner le tsar. Et il sait quel est l'homme qu'il lui faut : Jules Bonnot, ancien anarchiste détenu en secret au château d'If depuis sa prétendue mort en 1912.
Ce tome est la suite du tome 3. Cet épisode se demande ce qu’il se serait passé si les anarchistes avaient pris le pouvoir en Russie lors de la révolution d’Octobre en 1917, au lieu des bolcheviks. Il se déroule ainsi : Blondin et Bonnot préparent l’attentat contre le tsar avec Lénine, Trotsky et Staline. Cependant, quand Blondin découvre qu’Alexandre Kerensky prévoit de renverser pacifiquement le tsar pour mettre en place un régime démocratique, il décide d’annuler l’attentat. Apprenant cela, Staline le dénonce aux services secrets allemands. Bonnot assassine alors le tsar avec Staline mais comprend alors que les bolcheviks sont des criminels. À la tête des marins anarchistes de Kronstadt, il libère Blondin puis assassine Lénine, Trotsky et Staline. La Douma accorde les pleins pouvoirs aux anarchistes. Ensuite, les anarchistes russes repoussent les Allemands. L’Allemagne se soulève contre le Kaiser. Les Britanniques et les Français débarquent en France occupée. La République est rétablie. Clemenceau triomphe, mais Bonnot survole Paris en larguant des tracts sur lesquels on peut lire : « Courage, nous arrivons ».
Le récit est axé sur les conséquences qu'aurait eu la victoire de Richard Nixon à l’élection présidentielle de 1960 : en 1964, après sa réélection triomphale, il impose au pays un régime autoritaire. Dès 1965, Nixon envoie deux millions d'hommes au Viêt Nam. En 1968, il obtient du Congrès la révision de la Constitution qui lui permet d'être réélu pour un troisième mandat. Des personnalités fuient en France, qui devient alors un pays détesté des Américains. Le conflit vietnamien s'enlise. L'assaut prévu sur le Nord-vietnam auquel French, un personnage engagé dans les Marines, a participé était une copie du débarquement de Corée. La 101e devait sauter, puis les marines et l'armée de terre débarquer. Mais les soldats, dont les positions sont connues, ont été massacrés. En 1971, Nixon projette de lancer l'opération « Arc royal », une attaque nucléaire massive à la frontière sino-vietnamienne. Pour Henry Kissinger, le secrétaire d’État de Nixon, c’en est trop. Avec l'aide du dictateur cubain Fulgencio Batista, qui est toujours en place, il rentre en contact avec un ancien légionnaire français. Ce dernier fait libérer French et lui confie une lourde tâche : assassiner le président.
  • 6 L'Imagination au pouvoir ?,
    Scénario : Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard - Dessin : Mr Fab - Couleurs : Jean-Paul Fernandez - (ISBN 978-2-7560-2478-3)
Le récit est axé sur les conséquences qu'aurait eu mai 1968 si le général de Gaulle était décédé dans un accident. Dans cette ligne temporelle, la France du début des années 1970 se remet à grand peine d'une guerre civile qui a ensanglanté la capitale pendant près de deux ans, et permis à une nouvelle génération de penseurs, d'artistes et de réformistes de prendre le pouvoir. C'est dans ce contexte qu'un ancien para de la guerre d'Algérie, témoin d'un casse de la banque de France par des officiels en fuite, et laissé pour mort, refait surface. Récemment libéré de l'hôpital où il était gardé au secret, il n'aura de cesse de retrouver ses anciens camarades d'Algérie et de demander une part du butin. De par ses méthodes brutales, les assassinats se succèdent et finissent par atteindre Jacques Chirac, lui-même ancien officier en Algérie. Surveillé par un agent de la CIA, le para parvient malgré tout à mener sa vengeance à son terme mais, grièvement blessé lors de la fusillade, il n'a que le temps de s'expliquer avant de mourir. L'agent de la CIA comprend finalement que le para s'en est tenu à une vengeance personnelle et qu'il n'a été que le pion d'un complot plus vaste dont Chirac semble toujours avoir été la cible. À la suite de l'enterrement de ce dernier, l'agent de la CIA a le temps de s'entretenir quelques instants avec le conseiller François Mitterrand, désormais pressenti pour être le prochain président de la République. Celui-ci le rassure sur ses intentions, et lui avoue à demi-mot qu'il n'est peut-être pas totalement étranger à la sortie subite du para de son hôpital.
Cet épisode se demande ce qui se serait passé si l'Empire napoléonien avait perduré. Dans cette ligne temporelle, la paix d'Amiens de 1802 entre la France et l’Angleterre n'a jamais été rompue, et les deux empires se sont partagé le monde. L'Empire français s'étend désormais sur tout le continent eurasien jusqu'aux frontières de la Chine, et le Royaume-Uni a acquis la maîtrise totale des mers et du continent américain. L'histoire se passe en 1925, quand la France est occupée par le couronnement du jeune empereur Napoléon V. Le capitaine Nerval, survivant d'une attaque chinoise contre un avant-poste de soldats français, doit aider le grand ingénieur Nikola Tesla, dont la nouvelle invention doit montrer aux yeux du monde la toute puissance militaire de l'Empire. Pendant ce temps, à Paris, des comploteurs mettent au point leur plan avec la complicité d'une espionne du nom de Mata Hari et d'une loge secrète d'Outre-Rhin, représentée par le jeune caporal autrichien Adolf Hitler. Leur plan consiste à s'approprier les « sphères à énergie » convoitées par Tesla, qui sont en fait deux blocs de matière fissible, et de provoquer un cataclysme nucléaire qui rasera Paris en tuant du même coup l'ensemble des dirigeants présents pour le couronnement. Le capitaine Nerval et l'assistant de Tesla parviennent à récupérer les sphères des mains des terroristes. Voyant leur plan initial échouer, les Chinois qui dirigeaient en réalité le complot pour provoquer une guerre entre les deux super-puissances s'en remettent à leur solution de secours : Hitler, manipulé, abat froidement le roi britannique Georges avant d'être tué par les gardes. L'incident enflamme l'opinion britannique qui déclare alors la guerre à la France. La Chine est donc libre d'affirmer sa puissance en Extrême-Orient.
Dans ce tome, Mai 68 a dégénéré en guerre civile et nucléaire. Le président de Gaulle est tué par des manifestants et Paris est déchirée par des combats entre les armées françaises. Plusieurs interventions étrangères compliquent encore la situation. En 1976, un journaliste américain, Tom Nooman, débarque en Normandie avec des soldats venus relever les unités présentes. Son vrai travail est de s'emparer des œuvres d'art dissimulées et de les revendre aux États-Unis. Son contact lui avoue son incapacité à lui remettre la Joconde en raison de la prise du quartier de sa cachette par les catholiques traditionalistes de Lefebvre. Tom rejoint Montmartre où ont été dissimulées les œuvres du Louvre au début du conflit. Il obtient l'aide d'un groupe de combattants punks qui provoquent un bombardement de diversion. Cela provoque une conflagration générale qui embrase le nord de Paris, et la Joconde est détruite, incendiée par des fanatiques catholiques. Forcés d'intervenir, les Américains tentent l'assaut de Montmartre avec des chars mais le sol, fragilisé par les carrières et les marnières, s'effondre sous le poids des blindés, tandis que la basilique est détruite par les tirs. L'événement marque l'opinion publique mondiale qui force l'ONU à passer outre le veto français et à intervenir directement. Dix ans plus tard, le pays est en pleine reconstruction. Les intégristes catholiques ont été excommuniés et les factions gauchistes et gaullistes ont été contraintes de rendre les armes. La VIe République est proclamée et Pallas, qui a survécu à ses blessures reçues à Montmartre, s'occupe à remettre les musées en ordre, insinuant que la Joconde incendiée n'était qu'une copie, l'original ayant été mis en sécurité dans un lieu inconnu au début du conflit.
Dans cette ligne temporelle, la crise de Cuba d’octobre 1962 entre les États-Unis et l’URSS a débouché sur une guerre nucléaire majeure entre les deux superpuissances. Alors que l'URSS a presque été entièrement anéantie, les États-Unis ont perdu les principales villes de la Côte Est et Washington D.C., tandis que les États du Sud des États-Unis dirigés par un nouveau meneur appelé « le Protecteur » menacent à nouveau de faire sécession. La France et le Royaume-Uni sont les deux dernières puissances nucléaires de la planète. En 1967, une réunion secrète entre le représentant des États-Unis et les émissaires des gouvernements français et britanniques permet à Lord Grey et au capitaine Crenn d'apprendre que le Mexique, épargné par la guerre atomique, est sur le point de lancer une offensive militaire visant à s'emparer du Texas. Les États-Unis demandent donc l'aide de la France et du Royaume-Uni pour contrer l'agression. Cette manœuvre parfaitement calculée vise également à empêcher le nouveau leader des États du Sud de mettre en œuvre son propre plan d'invasion du Texas, opération qui sonnerait alors le glas de ce qui reste des États-Unis, en le privant de précieuses ressources pétrolières. Les gouvernements français et anglais acceptent de prêter main-forte à l'opération et repoussent les armées mexicaines au-delà du Rio Grande. En fait le but de la mission n'a jamais été d'aider les États-Unis à maintenir leur unité nationale mais de rééquilibrer les forces dans la région tout en permettant aux multinationales anglo-françaises de s'emparer des champs pétrolifères d'un Texas sous influence mexicaine, et détaché de l'Union.
Dans cet épisode, la majeure partie de l'Amérique du Nord devient française après la victoire de ce pays lors de la guerre de Sept Ans. En 1947, Joseph Kennedy informe ses partenaires de trafic d'alcool qu'il va se présenter aux élections présidentielles avec l'abrogation des lois de la Prohibition en promesse majeure. Quelques mois plus tard, dans un hôtel de New York, une fusillade coûte la vie aux aînés des enfants Kennedy, ainsi qu'à leur maîtresse Norma Jean. À la suite de la destruction de leur entrepôt par les partisans de Charles Lindbergh, nazi notoire, Joe et John Kennedy partent pour La Nouvelle-Orléans prendre livraison d'un nouveau stock d'alcool. En route, ils surprennent le shérif abattant deux Noirs qui franchissaient la frontière de façon clandestine. Le shérif les charge du double meurtre et les frères s'enfuient, faisant un large détour pour brouiller leur piste. Arrivés à La Nouvelle-Orléans, ils comprennent que leur fournisseur les a trahis. Ils repartent avec une dernière cargaison par les bayous pour éviter les forces de police et parviennent à rejoindre New York. Voyant que Joseph est en mesure d'être élu contre Lindbergh, ses anciens partenaires montent un traquenard et font abattre ses deux fils Jack et John en guise d'avertissement. Brisé, Joseph se retire et Lindbergh est élu sans grande opposition. Les gangsters apprennent par la presse l'ouverture des premiers camps de la mort américains où leurs complices commencent à être déportés. Robert Kennedy, dernier fils vivant de Joseph, décide lui de s'engager dans la RFA en vue de la future guerre pendant que son père accepte un poste d'ambassadeur auprès du Reich.
Dans ce tome, le roi Louis XVI a pu s'échapper de Paris avec sa femme et son fils lors de la nuit des Tuileries. Les fuyards parviennent à rejoindre des troupes fidèles au roi au-delà du Rhin mais Louis XVI, touché par une balle perdue, succombe sitôt arrivé. Marie-Antoinette assume la régence et après les premières défaites de ses troupes, confie ses armées au général Bonaparte qui renverse la situation au cours des quatre années suivantes, amenant ses armées aux portes de Paris. Prévoyant la chute du régime républicain, Danton décide de jouer sa carte et demande à Vidocq, son obligé, de dérober un objet précieux pour son compte et de le transmettre à ses alliés royalistes. La reine demande à Bonaparte de protéger le Dauphin lors d'un pèlerinage secret, craignant pour sa sécurité. Le comte de Fersen, du voyage, prend contact avec Vidocq mais l'entrevue est surprise par Fouché et par les envoyés du comte d'Artois, l'oncle du Dauphin qui espère trouver une occasion de faire tuer celui qu'il sait n'être que le bâtard de Fersen. Vidocq et le Dauphin parviennent à fuir grâce au sacrifice de Fersen. Danton essaye de retarder l'assaut des troupes royalistes en offrant une trêve au comte d'Artois, ce qui donne à son envoyé le temps de parvenir à Aulnay. Tombé dans un dernier piège tendu par d'Artois, Vidocq tombe, victime d'une balle, mais Bonaparte arrive à temps pour empêcher l'assassinat du Dauphin et permettre son sacre grâce aux objets royaux dérobés par Vidocq. Le comte d'Artois est forcé d'admettre sa défaite et la légitimité de Louis XVII. Les troupes royales entrent pacifiquement dans Paris, Bonaparte ayant promis aux citoyens que nul mal ne leur serait fait s'ils ouvraient les portes de la capitale. Robespierre préfère se suicider plutôt que d'être capturé, et Danton doit accepter que Fouché soit promu pour dissimuler son implication dans l'affaire, ne trouvant comme seule satisfaction que le fait que le corps de Vidocq ait mystérieusement disparu. L'épisode se termine par une discussion entre Talleyrand et l'ambitieux Bonaparte, lequel pense que la France, malgré le retour du roi, ne restera pas stable longtemps. Napoléon contemple un aigle, déclarant que l'animal « attend son envol », ce qui laisse penser que le général tentera de devenir empereur des Français.
Et si Léonard de Vinci s'était mis au service des Mamelouks ?
Dans ce tome, Christophe Colomb découvre les Amériques au profit du monde arabe. La Reconquista (qui aurait dû permettre de repousser les Maures musulmans hors d'Espagne) a échoué. L'appel au djihad à la suite du siège de l'émirat de Cordoue a été entendu, et les armées chrétiennes sont battues par les troupes musulmanes. Ces dernières sont ensuite arrêtées de justesse par les canons du roi de France, mais menacent désormais l'Europe chrétienne depuis les Pyrénées. C'est dans ce contexte que Christophe Colomb propose au roi de France de lui assurer un approvisionnement d'or pour l'aider à contenir les musulmans. Les terres au-delà de l'Océan regorgeraient d'or, et c'est pour les découvrir que Colomb propose ses services. Le roi refuse de soutenir l'expédition. Colomb se tourne vers l'émir de Cordoue qui accepte de soutenir son projet. Après s'être converti à l'Islam, « Abdel » Colomb monte son expédition et aborde après 40 jours de navigation les côtes de l'Amérique qu'il revendique au nom de l'émir de Cordoue et de l'Islam. Pendant que les colons sont à la recherche de nourriture et d'eau, le campement est violemment attaqué par des « démons » qui incendient une des caravelles et volent les deux autres. L'expédition n'a d'autre choix que de se lancer à leur recherche. Les membres de cette expédition rencontrent des indigènes, lesquels leur indiquent qu'ils luttent également contre ces « démons » et leur proposent leur soutien. Des hommes blancs lourdement armés les prennent ensuite en embuscade et sont repoussés grâce à la petite artillerie de Colomb. Josua, le navigateur juif qui suit l'expédition, confirme ce qu'il a appris d'un indigène quelque temps auparavant : les guerriers sont vraisemblablement des Vikings. Colomb veut retrouver les deux caravelles restantes pour pouvoir rentrer en Europe. Il finit par attaquer le camp viking avec le soutien des tribus indigènes. Les Vikings sont massacrés mais le camp est détruit. À la poursuite des derniers Vikings, Colomb tente d'empêcher les Amérindiens de détruire également ses bateaux et les drakkars. Mais alors qu'un d'entre eux est sur le point d'y mettre le feu, Colomb l'abat d'un coup d'arquebuse, et est aussitôt massacré par les Amérindiens. Le reste de l'expédition est alors conduite par Abdul, un des compagnons de Colomb, et monte vers le nord pour tenter de convaincre les autres tribus. Josua choisit quant à lui de rester en arrière et de s'installer avec les Amérindiens. On apprend de sa bouche, 20 ans plus tard, que le reste de l'expédition aurait été embarquée par un navire chinois.
Dans ce tome, la crise du 6 février 1934 voit le renversement de la République et l'instauration d'un régime fasciste en France. En 1942, Antoine de Saint-Exupéry, l'ancien héros de l'Aéropostale, vient d'être, semble-t-il, abattu dans les eaux françaises par deux chasseurs de la RAF. Plusieurs chasseurs Dewoitine 551 de la fameuse escadrille des Cigognes abattent à leur tour deux Hurricanes de la RAF. Les militaires français souhaitent transformer l'essai en faisant de Saint-Exupéry un héros national. Sa dépouille est envoyée à Paris, accompagnée par Léo Berger, pilote de l'escadrille et ami de Saint-Exupéry. Un groupe affilié à la Société des trois flèches, rassemblement socialiste hostile au régime, organise ensuite une fuite d'informations top secrètes issues des recherches du professeur Frédéric Joliot-Curie. Celui-ci est arrêté, emprisonné, et « interrogé » par l'Oméga. Le mécano de l'escadrille des Cigognes sollicite une permission qui lui permet de monter discrètement à Paris. L'Oméga, toujours à la recherche des informations de Joliot-Curie, est lancée à ses trousses, mais celui-ci parvient à leur fausser compagnie, aidé notamment par des cheminots de la CGT. Arrivé de son côté à Paris par avion, Léo Berger rejoint une connaissance parisienne. Sous prétexte de l'emmener faire la fête, cette connaissance l'introduit en réalité au sein même du « complot » des trois flèches qui cherchent un moyen d'exfiltrer les informations de Joliot-Curie. Il s'agit pour cela d'emprunter la voie des airs, et c'est la raison pour laquelle Léo Berger semble l'homme de la situation. Cependant, dénoncés par Simone de Beauvoir, les conjurés sont brutalement attaqués par l'Oméga qui tue un certain nombre d'entre eux. Léo Berger parvient à s'enfuir et trouve refuge dans le bidonville entourant les usines Citroën de Javel. Caché parmi les migrants arméniens, il y retrouve également son mécanicien. Ils sont ensuite exfiltrés vers l'aérodrome d'Issy-les-Moulineaux où les attend un prototype d'avion à réaction. À nouveau dénoncés et attaqués par l'Oméga, l'avion a seulement le temps de décoller avec les précieuses données, avant que le reste des conjurés soit assassiné. Lancés à grande vitesse, Léo Berger et le mécanicien se retrouvent rapidement à hauteur de la Manche où leur propre escadrille est alertée pour les abattre. Parvenant à convaincre de justesse leurs camarades de ne pas tirer et de mettre en scène la destruction de leur avion, Léo Berger et son mécanicien parviennent finalement en Angleterre. À Washington D.C., Einstein suggère au président américain de devancer les Français « par précaution » dans la course à l'atome. Celui-ci lance alors le projet Manhattan.
Dans ce tome, Ponce Pilate a gracié Jésus de Nazareth. En l'an 33 de notre ère, sur le mont Golgotha, Barabbas est crucifié après que le peuple a obtenu la grâce de Jésus. Le mourant implore Jésus, venu assister à son supplice, de libérer la Palestine du joug romain. Seize ans après, le centurion Gaius, qui a survécu à la grande révolte juive menée par Jésus, est sur la trace des meneurs juifs qui se sont enfuis après la chute de leur dernière forteresse de Palestine. Les Poissons sont devenus un mouvement militaire usant de terrorisme et de kamikazes pour déstabiliser l'empire en tuant les personnes les plus influentes, en usant du feu grégeois comme arme principale. Son échec à sauver la dernière cible des Poissons permet cependant à Gaius de retrouver la piste de Saül, le plus dangereux disciple de Jésus. Ce dernier leur échappe également après avoir promis de brûler Rome. Ayant perdu toute trace, Gaius est aidé par Marie-Madeleine, une ancienne disciple de Jésus qui a fondé sa propre secte après avoir compris que la violence de son ancien rabbin ne mènerait à rien ; elle le conduit à Pompéi où les généraux doivent déterminer les prochaines cibles. Gaius fait confiance à Marie car il sait qu'elle est elle-même pourchassée par Saül, ne pouvant pas croire que Jésus soit mêlé de près aux actes de terrorisme commis. Gaius réunit alors des anciens camarades de la légion et marche sur Pompéi. Marie précède Gaius et retrouve Jésus, qui admet tout connaître des plans de Saül et fait enfermer son ancienne disciple avant de faire prisonnier Gaius. L'éruption du Vésuve permet au centurion de s'évader et il parvient à faire détruire la réserve de feu grégeois envoyée pour incendier Rome et à tuer Jésus et ses derniers généraux alors que la ville est dévastée par le volcan. Rescapé de la catastrophe, Gaius tue alors Marie, lui expliquant que les chrétiens doivent disparaître de peur de les voir un jour détruire le monde.
Dans ce tome, le Titanic rallie New York sans encombre. En avril 1912, sur le pont du Titanic, le jeune Maxime Waterson repère par hasard un iceberg sur la trajectoire du navire à l'aide d'une lunette astronomique. Averti, le capitaine Smith fait dérouter le navire qui échappe à la collision et rallie New York deux jours plus tard. L'exploit du garçon attire l'attention de William Stead, propriétaire d'un des plus gros journaux de New York, avec qui il se lie d'amitié. Quatre ans plus tard, Maxime révèle à Stead les plans de la pègre voulant imposer aux États-Unis un régime de prohibition pour faire fortune avec la contrebande d'alcool. Cela entraîne l'échec du vote du Volstead Act. Maxime devient propriétaire du New York Star quand Stead le lui lègue à son décès, deux jours après l'effondrement du marché boursier. Le père de Maxime, ruiné, est forcé de vendre le gratte-ciel géant qu'il a fait construire pour supplanter l'Empire State Building avant de se suicider. Devenu directeur du journal, Maxime milite activement contre les mouvements d'extrême droite et l'appauvrissement de la population. Il développe son empire de presse, rachetant étage après étage la tour bâtie par son père. Son influence grandit au point de pouvoir influencer les chefs d'État les plus réactionnaires. Il investit une grande part de ses bénéfices pour développer les techniques d'agriculture, faisant reculer la faim dans le monde et provoquant la chute des régimes totalitaires européens. Cependant, il fait réprimer dans le sang les groupes contestataires qui rejettent sa vision hygiéniste de l'existence. Vieillissant, Maxime use de son influence pour empêcher l'exploitation de l'énergie nucléaire, éliminer les cultures du tabac et imposer un eugénisme « positif », incluant l'euthanasie obligatoire des individus atteignant l'âge de cent ans. Il doit faire alors face à l'opposition croissante de sa propre famille. Malgré une opposition mondiale grandissante, Maxime use de son pouvoir médiatique et son utopie sociale fait peu à peu place à un régime dictatorial qui règne en maître sur les États-Unis, le reste du monde ayant sombré dans la guerre civile. Rejeté par sa fille, Maxime se réfugie dans sa station orbitale privée et se coupe peu à peu de la réalité. Ayant atteint l'âge limite de cent ans, il se suicide pour montrer l'exemple à un monde disparu, son hygiénisme forcené ayant provoqué un affaiblissement généralisé des capacités immunitaires, incapable de résister à une pandémie qui balaye la planète.
  • 17 Napoléon Washington,
    Scénario : Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard - Dessin : Mr Fab - Couleurs : Mr Fab et Len O'Grady - (ISBN 978-2-7560-4219-0)
Et si Napoléon Bonaparte avait été le fils adoptif de George Washington ?
Dans cet épisode qui est la suite d'Oméga, la France fasciste bombarde Londres. En 1943, la guerre a été déclarée entre la France et le Royaume-Uni. Le commandant Berger, passé du côté anglais, a intégré une patrouille de reconnaissance, se refusant à tirer sur ses anciens camarades. Les Anglais ont remarqué la construction d'un sous-marin d'un nouveau type et Berger se porte volontaire pour une mission photographie périlleuse. Il arrive à prendre des vues du port mais son appareil est touché et il doit se poser en catastrophe dans la vallée de la Loire. Il en réchappe mais perd un ami. Par chance, la comtesse est de la résistance et accepte de l'abriter le temps d'organiser son évasion. À Paris, les Bradford, un couple de touristes qui cache un duo d'agents américains, se procurent un pass pour assister à un concert donné par un orchestre soviétique afin d'y rencontrer un contact qui doit leur livrer des informations importantes. Sur la piste du pilote disparu, le commissaire Lafont, ennemi juré de Berger, se voit chargé d'assister et de protéger l'orchestre, avec la promesse de voir sa disgrâce passée disparaître en cas de succès. Lors du concert, les espions se voient remettre les documents mais Simone de Beauvoir surprend l'échange et avertit Lafont. Celui-ci apprend également la présence de Berger par un braconnier qui échange l'information contre son impunité pour un vol de carburant. Berger prépare la fuite avec un avion de la comtesse mais ne peut embarquer qu'un des espions faute de place. Il se sacrifie en retenant les agents d'Oméga le temps que l'avion décolle. Berger et l'espionne arrivent à rejoindre l'Angleterre avec les plans du sous-marin et un plan d'attaque visant à détruire Londres. Dénoncée par Beauvoir, la comtesse est arrêtée et la nouvelle de sa mort diffusée rapidement. Aux États-Unis, Hoover, qui estime que les fusées ne peuvent pas faire de gros dégâts sans une charge nucléaire et que les États-Unis n'ont rien à faire dans une guerre européenne, ne transmet pas l'information d'attaque planifiée à son gouvernement. Un mois plus tard, l'opération Charlemagne est déclenchée : le fameux sous-marin se rend en mer et déclenche un tir de fusées en utilisant ses tubes verticaux, dévastant Londres.
  • 19 La Vengeance de Jaurès,
    Scénario : Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard - Dessin : Gaël Séjourné - Couleurs : Jean Verney - (ISBN 978-2-7560-6093-4)
Dans ce tome, la SFIO a fait tuer l'assassin de Jean Jaurès. En 1924, à la panthéonisation de Jaurès, l'amertume envahit les cadres de la SFIO qui n'ont pas accepté l'acquittement politique dont a bénéficié Villain. À la suite d'une réunion secrète des dirigeants, une motion est votée pour envoyer un tueur à gages le retrouver et l'abattre. Six ans plus tard, un ancien soldat corse retrouve la trace de Villain aux Baléares et le tue rapidement. Mis au courant, Blum exprime ses remords d'avoir autorisé une telle action, espérant que nul n'apprendra la vérité. En 1932, le commissaire Belin est chargé de la mort brutale d'un inconnu dans le métro. Le médecin légiste détermine que le calibre particulier de la balle a été utilisé dans d'autres meurtres impunis. Le commissaire comprend que ces affaires sont liées mais il n'arrive pas à établir de points communs entre les victimes. L'affaire arrive aux oreilles de Mandel qui remonte la piste jusqu'à Blum. Mandel comprend les motivations de la SFIO mais leur reproche de n'avoir pas tenu leur homme en laisse. Afin d'éviter un scandale total, Mandel décide d'indiquer à Belin que les victimes ont été les jurés qui ont acquitté Villain en 1924 en échange d'être tenus au courant des avancées de l'enquête. Comme il ne reste plus que deux cibles potentielles, des pièges sont mis en place et le tueur, ancien soldat d'élite, est pris. Il explique que la mort de Villain était inutile et que les vrais coupables étaient ceux qui l'avaient acquitté. Alors que Belin est sur le point d'enfermer le tueur, Mandel arrive et prend en charge le criminel. Belin comprend que les implications politiques sont telles qu'il vaut mieux enterrer le dossier pour ne pas provoquer un scandale majeur. Un an après, Mandel et Blum écoutent à la radio un résumé de l'attentat qui a coûté la vie à Hitler, Blum faisant promettre à son ami de ne pas trop user de telles méthodes pour le bien de tous.
Et si une frappe nucléaire américaine avait sauvé la France à la bataille de Diên Biên Phu ?
Et si les Alliés avaient fini par attaquer et vaincre le régime fasciste français ?
Et si la Horde d'Or des Mongols avait poussé son avancée jusqu'à Rome au point de vaincre l'Occident chrétien ?
Et si la révolte des esclaves menée par Spartacus avait permis l'instauration d'une République d'affranchis en Sicile ?
Et si le Grand Khan de la Horde d'Or, vainqueur des armées chrétiennes en Occident, s'était finalement entendu avec Frédéric II, l'empereur du Saint-Empire romain germanique ?
Et si Louis VIII le Lion, après avoir débarqué en Angleterre, n’avait pas été chassé par Jean sans Terre et était resté souverain du royaume de France et d’Angleterre ?
Et si l'épidémie de peste noire avait été terrible au point de ruiner l'Occident chrétien au profit de l'Empire du Mali ?
Et si Vlad III Basarab, surnommé l'Empaleur, avait défendu l'empire Byzantin lors de l'assaut turc contre la ville de Constantinople ?
Dans ce tome qui est la suite de La République des esclaves, Antoine et Cléopâtre ont envahi l'Empire romain. En 48 avant J.-C., Jules César a remporté la guerre contre la République des esclaves en Sicile mais, en guise de revanche, il a été aveuglé par les orphelins de Syracuse. Il se retire donc des affaires de Rome. Mais sa sagesse et sa grande expérience de la stratégie militaire attirent toujours l’intérêt d’une Rome plus que jamais mise en danger par les soubresauts politiques : la reine d'Égypte, Cléopâtre, et son nouveau mari Marc Antoine, connu pour ses campagnes victorieuses en Égypte, en Gaule et en Palestine, ont uni leurs forces et leur pouvoir contre Rome, qu'ils se préparent à conquérir. Les sénateurs envoient à Jules César son fils adoptif Brutus pour le convaincre d'aller rencontrer Marc Antoine et de lui donner un poste de consul à ses côtés dans l'espoir d'éviter la guerre. Le Sénat est divisé entre extrémistes persuadés que la guerre à outrance est préférable au partage du pouvoir, des terres et des richesses, et modérés persuadés que tout est préférable à une guerre civile dont Rome ne pourrait se relever. Durant la retraite de Jules César, c'est son ennemi constant et le plus dangereux, Pompée, qui a hérité de ses pouvoirs : c'est à lui de combattre les crises politiques et économiques provoquées par les attaques de Cléopâtre et de Marc Antoine. Cependant, le consulat unique de Pompée ressemble de plus en plus à une tyrannie. De retour au Sénat, César rencontre sa nièce Atia et son neveu Octave qui tente d'avertir son oncle que Brutus est un traître et un ennemi de toute la République. Mais César, ne prêtant pas attention aux avertissements de son neveu, va à la rencontre de Cléopâtre et de Marc Antoine sans savoir qu'ils lui tendent un piège.
Janvier 2005, John Kerry devient le 44e président des États-Unis. Son vice-président Barack Obama lui raconte l’histoire de John O’Neill, « le Prince des ténèbres » spécialiste du contre-terrorisme mis au placard, et comment ce dernier a empêché les attentats du 11-Septembre. Ce premier album se concentre sur la découverte de l’organisation Al-Qaïda alors que personne dans l’administration ne semble s’en inquiéter.
Suite directe du précédent volume, qui se concentre sur les attentats du 11-Septembre et la tentative de John O'Neill et Bob pour les empêcher. Cette histoire conduit le Président Kerry à nommer O'Neill directeur du FBI.
La rencontre entre Robert Oppenheimer et Jack Kerouac stoppe les recherches sur la bombe A. Juin 1945, l'Allemagne a capitulé, mais la guerre continue dans le Pacifique. À Los Alamos, des scientifiques s'acharnent à essayer de créer la première bombe atomique. Robert Oppenheimer, le concepteur de « Gadget », n'en peut plus et fuit le centre top secret. Il croise alors la route de Jack Kerouac... Tous les deux vont partir en road trip, police aux trousses. Vont-ils pouvoir survivre à une telle aventure ?
Sans l'arme nucléaire, l'invasion du Japon par les troupes américaines devient inévitable. Des agents secrets sont chargés d'exfiltrer Oppenheimer par le Mexique. Mais ce ne sont pas les seuls à poursuivre le professeur. Le FBI et le général Grooves traquent sans relâche les deux fugitifs, « Oppie » et Kerouac. La fin de cette folle cavale à travers les États-Unis décidera de l'issue de la guerre du Pacifique... Se terminera-t-elle dans le feu nucléaire ou en terrible bain de sang ?
Et si après les ravages de la peste noire en Europe dans La Ballade des pendus, l'Empire du Mali avait saisi sa chance et était devenu une grande puissance grâce à l’or de Guinée ?
  • 35 Les Fantômes d'Hispaniola,
    Scénario : Jean-Pierre Pécau, Fred Duval, Fred Blanchard - Dessin : Dim. D
En juin 1802, à l'issue d'une cérémonie vaudou, l'Irlandais Walker O'Reilly organise la libération de Toussaint Bréda, que d'autres s'apprêtent à exiler par-delà l'océan dans une geôle française. Toussaint ne se nomme pas encore Louverture mais, depuis 11 ans, il combat les Blancs avec l'aide des Loas pour libérer son île.
  • 36 Tout l'or de Constantinople,
    Scénario : Jean-Pierre Pécau, Fred Duval, Fred Blanchard, Yana - Dessin : Igor Kordey, Yana

RéférencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Henri Filippini, « Jour J, t.3 : Résistance », dBD, no 46,‎ , p. 89.
  • Brieg F. Haslé, « Jour J., t. 2 : la guerre des espions », dBD, no 44,‎ , p. 80.