Ouvrir le menu principal
Josepha Laroche
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activité
Autres informations
Domaine

Josepha Laroche est une politiste française, spécialiste de relations internationales.

Sommaire

BiographieModifier

Josepha Laroche est une politiste française spécialiste de relations internationales. Docteur d’État en science politique et agrégée des Universités (Science politique), elle est professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où elle enseigne depuis 1994. Elle a dirigé le Master 2 Recherche en Relations Internationales durant dix ans. Chercheur au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), elle a été professeur à l'Institut d'études politiques de Paris de 2004 à 2009, dans le master de relations internationales[1]. Elle a été membre du jury du concours d’entrée à l’ENA (École nationale d’Administration) et a enseigné dans cette institution de 2000 à 2001. De 1998 à 2002, elle a été membre des jurys de concours (conseillers des Affaires étrangères) organisés par le MAE (Ministère français des Affaires Étrangères). En 2006-2007, elle a été membre du jury du concours national d’agrégation pour le recrutement de professeur des universités en science politique.

En matière d’expertise, elle a été Juge-Assesseur représentant le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) à la Commission des recours des réfugiés (CRR aujourd’hui CNDA) de 1998 à 2004. Elle a été membre du Conseil national des universités (CNU) durant dix ans et a présidé plusieurs comités de l’AERES. Elle a été membre-expert auprès des ministères français et canadien de la recherche et de l’enseignement supérieur. Elle est expert auprès de la Commission de l’Union européenne depuis 2002.

Présidente de la Section d’études internationales de l’association française de science politique (AFSP) de 2002 à 2005, elle en a été membre de 2004 à 2008.

Ses recherches portent sur le processus de mondialisation et la gouvernance mondiale dans une perspective d’économie politique internationale[2] et sur le poids du symbolique dans les relations internationales. Josepha Laroche a créé en 2009 le Centre d’études et de recherches Transnationalistes qui a vocation à valoriser et disséminer les recherches de sociologie des relations internationales en France et à l’étranger[3].

Elle dirige la collection « Chaos international » qu'elle a créée en 2005 aux Éditions L'Harmattan et qui regroupe en 2018, 29 ouvrages. Cet ensemble a pour ambition d'offrir « à ses lecteurs des grilles de lecture qui permettent de dépasser une simple approche événementielle et descriptive des relations internationales »[4]. Elle dirige le site web et le think tank du même nom[5] en coopération notamment avec Catherine Wihtol de Wenden, Jean-Jacques Roche et Ronen Palan (en).

OuvragesModifier

ArticlesModifier

  • « Le Nobel comme enjeu symbolique », Revue Française de Science Politique, vol. 4, no 44,‎ , p. 599-628.
  • « On globalisation », Global Society, vol. 2, no 18,‎ , p. 197-211

Chapitres d'ouvrages collectifsModifier

  • « Romain Rolland », in : The International Encyclopedia of the First World War.
  • « Dada », in : The International Encyclopedia of the First World War.
  • « Le déclin des États face à la brutalisation du monde», in : IHEDN (Ed.), Défendre la France au XXe siècle, Paris, Economica, 2015, pp. 114-116.
  • « Dada ou la guerre à la guerre », in : Josepha Laroche, Yves Poirmeur (Eds.), Gouverner les violences, le processus civilisationnel en question, Paris, L’Harmattan, 2013, pp. 199-213.
  • « L’Économie politique internationale », in : Frédéric Ramel, Thierry Balzacq (Éds.), Traité de Relations Internationales, Paris, Presses de Sc. Po, 2013, pp. 31-660.
  • « L’État civilisateur, De l’usage de la grandiosité en diplomatie », in : Penser la science administrative dans la postmodernité, Mélanges Chevallier, Paris, PUF/Dalloz, 2013, pp. 353-363.
  • « La mondialisation du doux commerce, ou la logique d’un Wishful Thinking », in : Wladimir Andreff (Ed.), La Mondialisation, stade suprême du capitalisme, Mélanges Michalet, Paris, PUN, 2013, pp. 153-165.
  • « Construction sociale d'une nouvelle sacralité, Les biens publics mondiaux » : in : Paul Zawatski (Ed.), Le Sacré hors religions, Paris, L’Harmattan, 2008, pp. 227-239.
  • « Science politique et relations internationales : mettons les pendules à l’heure », in : Éric Darras Éric, Olivier Philippe Olivier (Eds.), La Science politique une et multiple, Paris, L'Harmattan. Collection Logiques politiques, 2004, pp. 207-218.
  • « Figures du diplomate dans l’œuvre d’Albert Cohen », in : Yves Poirmeur Yves, Pierre Mazet (Eds.), Le Métier politique en représentations, Paris, L’Harmattan, 1999, pp. 359-381.
  • « Relire Kissinger : Le Congrès de Vienne ou la construction diplomatique d'une négation », in : Bernard Cottret (Ed.), Du Patriotisme aux nationalismes, 1700-1848, France, Grande-Bretagne, Amérique du Nord, Paris, Creaphis, 2002, pp. 159-168.
  • « La conscience malheureuse comme mode d’action internationale : le pacifisme de Romain Rolland », in : CURRAPP (Ed.), Le For intérieur, Paris, PUF, 1995, pp.137-149. [2]

DistinctionModifier

Josepha Laroche est chevalier dans l'ordre national de la Légion d'honneur[7]

Notes et référencesModifier

  1. http://www.univ-paris1.fr/ufr/ufr11/scolarite-master-2/m2-recherche-relations-internationales/
  2. [1]
  3. Chaos International
  4. « Collections CHAOS INTERNATIONAL », sur www.editions-harmattan.fr (consulté le 4 août 2017)
  5. « Organisation - Chaos International », Chaos International,‎ 00-00-00 (lire en ligne, consulté le 4 août 2017)
  6. « Les réalistes dans la théorie des conflits internationaux », sur chaos-international.org (consulté le 29 août 2016)
  7. Décret du 30 décembre 2016 portant promotion et nomination (lire en ligne)