Joseph Merrick (missionnaire)

missionnaire jamaïcain

Joseph Merrick () est un missionnaire baptiste jamaïcain. Assisté de Joseph Jackson Fuller, il a établi la première mission sur la côte du Cameroun.

Joseph Merrick
Image dans Infobox.
Joseph Merrick à des funérailles Isubu à Bimbia, 1845
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
Nationalité
Colonie de Jamaïque (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion

BiographieModifier

Enfance et débutsModifier

Merrick est né en en Jamaïque [1].

Il a commencé à prêcher en 1837[2], puis il a été ordonné missionnaire en 1838[3]. En 1842, le pasteur John Clarke et G. K. Prince, membres de la Société missionnaire baptiste, étaient à la recherche de laïcs jamaïcains prêts à se joindre à eux pour une mission d'évangélisation sur la côte du Cameroun et Merrick s'est engagé[4]. Le groupe rejoint l'Angleterre, le [5], et arrive à Santa Isabel, sur l'île de Fernando Po en 1843[3].

MinistèreModifier

L'année suivante, en 1844, Merrick visite Bimbia et demande à William Ier de Bimbia, roi des Isubu l'autorisation d'établir une église sur le continent. Malgré une résistance initiale, le roi y consent, et Merrick fonde la « Mission du jubilé » en 1844-1845[3]. Durant les quatre à cinq ans suivants, il traduit des écrits du Nouveau Testament en langue Isubu[2].

Il construit une machine à brique et une presse d'imprimerie, pour publier sa traduction de la Bible et un manuel pour l'enseignement en Isubu.

Merrick a fait des incursions dans l'intérieur des terres camerounaises, notamment en escaladant le mont Cameroun, et devenant le premier non-Africain à rendre visite au peuple Bakoko[6]. En 1849, Merrick est en mauvaise santé, aussi il décide de prendre un congé de convalescence en Angleterre mais, le , il meurt en mer[3].

Postérité et tourismeModifier

Joseph Jackson Fuller prend sa succession à la tête de la station missionnaire et de la congrégation de Bimbia. Alfred Saker fait usage de l'imprimerie de Merrick pour imprimer et diffuser la Bible en langue douala[7]. Une statue représentant Joseph Merrick, le pasteur jamaïcain, est érigée à Bonangombè, (Bimbia)

DistinctionsModifier

Le collège Joseph Merrick Baptist à Ndu dans la Province du nord-ouest au Cameroun, lui doit son nom[6].

Notes et référencesModifier

  1. Mark Dike DeLancey, Rebecca Neh Mbuh, Mark W. Delancey, Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, USA, 2010, p. 245
  2. a et b Ngoh 352.
  3. a b c et d Fanso 102.
  4. DeLancey and DeLancey 45; Fanso 101–2.
  5. Ngoh 49.
  6. a et b DeLancey and DeLancey 174.
  7. DeLancey and DeLancey 174; Ngoh 69.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh, Mark W. Delancey, « Joseph Merrick », in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, 2010 (4e éd.), p. 245-246 (ISBN 9780810873995)
  • (en) Verkijika G. Fanso, Cameroon History for Secondary Schools and Colleges, vol. 1, From Prehistoric Times to the Nineteenth Century, Macmillan, Londres, 1989
  • (en) Victor Julius Ngoh, History of Cameroon since 1800, Presbook, Limbe, 1996, 367 p.
  • (en) Bengt Sundkler et Christopher Steed, A history of the Church in Africa, Cambridge University Press, Cambridge, 2000, 1 232 p. (ISBN 0-521-58342-X)

Liens externesModifier