Ouvrir le menu principal

Joseph Marie de Barral

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barral.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Barral.

Joseph Marie de Barral
Illustration.
Fonctions
Maire de Grenoble

(5 mois et 4 jours)

(1 an et 5 mois)

(moins d'un an)
Député de l'Isère

(10 ans, 5 mois et 8 jours)
Législature Corps législatif (Consulat et Premier Empire)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Grenoble, Drapeau du Dauphiné Dauphiné,
Royaume de France Royaume de France
Date de décès (à 86 ans)
Lieu de décès Grenoble, Isère,
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Magistrat

Joseph Marie de Barral
Liste des maires de Grenoble
Liste des députés de l'Isère

Joseph-Marie de Barral, marquis de Montferrat (Grenoble, - Grenoble, ), fut maire de Grenoble à trois reprises pendant la période révolutionnaire.

BiographieModifier

Son père, le conseiller Charles Gabriel Justin de Barral de Rochechinard, est le deuxième fils de Joseph de Barral, Maître de forges et Seigneur d'Allevard, président à mortier du Parlement de Grenoble. Son puîné, André Horace François, emprunte la carrière militaire et politique, son plus jeune frère, Louis Mathias, suit une brillante carrière ecclésiastique.

Joseph Marie de Barral, haut dignitaire de la franc-maçonnerie grenobloise, devient en 1770 président à mortier au parlement du Dauphiné et sera très impliqué en 1788 dans la journée des Tuiles et ses suites révolutionnaires[1]. En 1789, il renonce à ses titres et organise avec quelques amis, notamment Aubert-Dubayet qui sera député de l'Assemblée législative en 1791, la Société des amis de la Constitution.

En adoptant les idées nouvelles, il se rend populaire dans sa ville natale, qui le déclare digne du nom de « sans-culotte »[2], et, malgré la loi qui excluait les ci-devant nobles de toutes fonctions, le nomme maire de Grenoble en 1790, puis à nouveau de à  ; il arrive à protéger sa ville contre les excès de la Terreur.

Président au tribunal criminel (1794), administrateur de la commune, haut juré, président du tribunal d'appel de l'Isère, il est candidat au Corps législatif où le Sénat conservateur le fait entrer le 5 nivôse an XII.

Apparenté par sa belle-sœur, épouse du général André Horace François de Barral de Rochechinard, à la famille de Beauharnais, il se rallie au général Bonaparte au coup d'État du 18 brumaire. Il occupera une dernière fois la fonction de maire pendant quelques mois durant l'année 1800.

Le gouvernement consulaire l'avait déjà choisi pour président du collège électoral de ce département. Le dévouement qu'il montra à l'Empire lui valut, le 25 prairial an XII, la croix de la Légion d'honneur, et le , le titre de membre du Conseil de discipline et d'enseignement à l'École de droit de Grenoble, Napoléon Ier le créa en outre, le , chevalier de l'Empire, et l'éleva, la même année à la première présidence de la Cour impériale de Grenoble.

En 1814, il se rallia, comme beaucoup, aux Bourbons ; mais la Restauration française comptant peu sur un dévouement si fragile, il fut rendu à la vie privée et définitivement écarté des fonctions politiques par le gouvernement de Louis XVIII.

 
Tombe de Joseph-Marie de Barral au cimetière Saint-Roch de Grenoble.

Des deux fils de son premier mariage avec sa cousine Sophie de Tencin[3], Louis, le cadet, sera le condisciple et très cher ami de Stendhal qui le surnommait « Tencin ».

En hommage à son action, une rue de Grenoble porte son nom, dans le quartier des Eaux-Claires. Joseph-Marie de Barral de Montferrat, dernier marquis de Groslée, est inhumé au cimetière Saint-Roch de Grenoble.

RécapitulatifsModifier

TitreModifier

DécorationsModifier

 

ArmoiriesModifier

Image Armoiries
Armes du chevalier Barral et de l'Empire

Tiercé [ajouté en fasce] d'or, de gueules et d'argent, l'or chargé de trois cloches d'azur posées en fasce ; le gueules chargé de la croix de la Légion d'honneur en date ; l'argent chargé de trois bandes de gueules[4].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.