Joseph Kervyn de Lettenhove

homme politique et historien belge

Le baron Joseph Kervyn de Lettenhove (Saint-Michel (Bruges), - ) était un historien et un homme politique belge appartenant au Parti catholique.

Joseph Kervyn de Lettenhove
Image dans Infobox.
Fonctions
Président
Société d'émulation de Bruges
-
Ministre de l'Intérieur
-
Député
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Saint-MichelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Joseph-Marie-Bruno-Constantin Kervyn de LettenhoveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Famille Kervyn (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Joseph Guillaume Kervyn (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Henri Kervyn de Lettenhove (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Parti politique
Membre de
Distinction

BiographieModifier

Le baron (1861) Joseph Bruno Constantin Marie Kervyn de Lettenhove était le fils de Joseph Guillaume Kervyn (nl) (Gand 1767 - Bruges 1837) et d'Eugénie de Heere de Beauvoorde (1784-1873), fille du dernier écoutète de Bruges, Bruno-Désiré de Heere (nl). Il épousa Eugénie de Laage de Bellefaye (1820-1880) dont il eut dix enfants. Sa descendance subsiste jusqu'à nos jours.

Il alla étudier à Paris en 1832 et passa le « baccalauréat ès lettres». En 1836, il devint licencié en droit. Il se concentra sur l'histoire et étudia à la Sorbonne, suivant les cours de Michelet, Guizot et Saint-Marc Girardin. En 1839, il revint en Belgique et se consacra désormais à la recherche historique et aux publications.

Il devint membre du parlement (1861-1891) pour le district de Eeklo et fut pendant plusieurs années le porte-parole de son parti sur les questions d'éducation, les élections et la question flamande. Il fut ministre de l'Intérieur en 1870 dans le gouvernement d'Anethan, mais dut démissionner dès l'année suivante avec l'ensemble du gouvernement après que Pierre de Decker, un de ses prédécesseurs qu'il avait nommé gouverneur du Limbourg, eut été impliqué dans le scandale financier causé par la faillite du banquier Langrand-Dumonceau.

De 1863 à 1882, il assura la publication de 42 volumes comprenant des textes anciens, dont les écrits de Jean Froissart et de Georges Chastellain. À partir de 1871 il fut président de la Commission royale d'histoire et à ce titre il publia 16 volumes de la série « Chroniques inédites belges ». En 1886 Joseph Kervyn devint président de la Société d'émulation de Bruges, dont il était depuis 1864 membre du conseil d'administration. Il succéda dans cette fonction au chanoine Joseph-Olivier Andries (nl), et eut comme successeur le comte Thierry de Limburg Stirum.

Mandats et fonctionsModifier

ŒuvresModifier

SourcesModifier

  • P. Henrard, « Notice sur la vie et les travaux du Baron Joseph-Bruno-Marie-Constantin Kervyn de Lettenhove » in : Annuaire de l'Académie royale de Belgique, Brussel, 1894.
  • H. Rommel, « Notice sur la vie et les travaux du baron J.B.M. Kervyn de Lettenhove », in : Annales de la Société d'Émulation de Bruges, t. VIII, 1895, p. 61.
  • H. Kervyn de Lettenhove, Le Baron Kervyn de Lettenhove, 1817-1891, notes et souvenirs réunis par un de ses enfants, Brugge, 1900, 2 volumes.
  • La Commission royale d'histoire, 1834-1934. Livre jubilaire composé à l'occasion du centième anniversaire de sa fondation par les membres de la Commission, Bruxelles, 1934, p. 169-180.
  • Nelly Thiry, « Joseph Kervyn de Lettenhove » in : Biographie nationale de Belgique, Tome XXIX, 1956, col. 734-739.
  • J. Stengers, J.-L. De Paepe, M. Gruman e.a., Index des éligibles au Sénat (1831-1893), Bruxelles, 1975.
  • Biographie nationale, XXIX.
  • Encyclopedie van de Vlaamse Beweging, I, p. 784.

Notes et référencesModifier