Joseph Gungl

chef d'orchestre, compositeur et violoniste
Joseph Gungl
Description de l'image Joseph Gungl 1874.jpg.

Naissance
Zsámbék, Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Décès (à 79 ans)
Weimar, Drapeau du Grand-duché de Saxe-Weimar-Eisenach Grand-duché de Saxe-Weimar-Eisenach
Activité principale compositeur et chef d'orchestre
Lieux d'activité Berlin et Bad Reichenhall, Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand

Joseph Gungl, en allemand Josef Gung’l, né le à Zsámbék et mort le à Weimar[1], est un compositeur et chef d'orchestre autrichien.

BiographieModifier

Josef Gung'l travaille à partir de 1834 comme hautboïste et chef d'orchestre d'une fanfare militaire autrichienne. Il fonde son propre ensemble en 1843 à Berlin et fait des tournées de concerts en Russie et aux États-Unis. Il est nommé Kaiserlicher Hofkapellemeister (maître de chapelle à la cour impériale).

En 1868, il crée à Bad Reichenhall (Bavière) un orchestre de valse hongrois-allemand, qui existe encore aujourd’hui sous le nom de Bad Reichenhaller Philharmonie[N 1], représentatif de la « musique de cure » allemande[2].

Il enseigne ensuite la musique à Schwerin en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale[3].

Gung'l vit à Munich à partir de 1864 puis à Francfort (1873), tout en conduisant des tournées internationales, notamment à Londres (Covent Garden). Le compositeur était le père de la chanteuse d’opéra Virginia Naumann-Gungl, soprano (1848-1915), auprès de laquelle il se retire à Weimar à la fin de sa vie[4].

ŒuvresModifier

Fichier audio
Rêves sur l’océan (Träume auf dem Ozean)
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Gung'l a composé plus de quatre cents valses, polkas, mazurkas ou marches. Ses œuvres les plus populaires sont la valse de concert Rêves sur l’océan (Träume auf dem Ozean) et la Marche hongroise (Ungarische Marsch) qui a été transcrite pour piano par Liszt.

Josef Gung'l est également l’auteur d'une valse intitulée Les Hydropathes (Walzer. Die Hydropathen, opus 149), une pièce dont le nom frappa le poète et romancier français Émile Goudeau (1849-1906). Il intitula le club littéraire parisien qu’il anime entre 1878 et 1880 Les Hydropathes[5].

La musique de Josef Gung'l se caractérise par des mélodies fluides, au rythme bien marqué, avec un style proche de celui de Johann Strauss[4].

Sources et bibliographieModifier

  • Article « Gungl Joseph » dans Österreichisches Biographisches Lexikon 1815–1950 (ÖBL). Band 2, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Vienne, 1959.
  • Article « Gung'l, Josef » in Encyclopædia Britannica, volume 28, Londres, 1911.
  • Iconographie : Le site de la Bnf Gallica propose deux portraits de Joseph Gungl[6].
  • Peter Thiebes: Zur Geschichte der Unterhaltungsmusik. Dargestellt am Wirken des Tanzkomponisten und Orchesterleiters Joseph Gungl im Berlin der 1840-er Jahre (Magisterarbeit Ruhr-Universität-Bochum 1986).

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Voir en allemand de:Bad Reichenhaller Philharmonie (de)

RéférencesModifier

  1. Josephus Kunkel sur le registre de baptême — (de) Stanley Goscombe, « Josef Gung’l (1809–1889) », Neues Leben, Coburg, Deutsche Johann Strauss Gesellschaft, vol. 45, no 1,‎ , p. 32-35 (ISSN 1438-065X)
  2. Dictionnaire biographique autrichien 1815-1950 (ABL). Volume 2, publié par l'Académie autrichienne des sciences, Vienne, 1959
  3. Luc Rodolphe, La valse dans tous ses états, L’Harmattan, Paris, 2011
  4. a et b Article “GUNG'L, JOSEF” in Encyclopædia Britannica, volume 28, Londres, 1911
  5. Émile Goudeau, Dix ans de bohème, La Librairie illustrée, Paris, 1888 ; réédition Champ Vallon, Paris, 2000
  6. Gallica, Joseph Gungl (1810-1889) : portraits et documents, 1874

Liens externesModifier