Joseph Bernardin

prélat catholique

Joseph Bernardin, né le à Columbia en Caroline du Sud (États-Unis) et décédé le à Chicago (États-Unis), est un prêtre catholique et cardinal américain, qui fut archevêque de Chicago de 1982 à sa mort. Écrivain spirituel il laissa d'importants écrits de réflexion sur des problèmes de société.

Joseph Bernardin
Biographie
Naissance
à Columbia (États-Unis)
Ordination sacerdotale
Décès (à 68 ans)
à Chicago
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean-Paul II
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Gesù Divin Lavoratore
Évêque de l'Église catholique
Consécration épiscopale par le
Paul Hallinan (en)
Archevêque de Chicago (Illinois)
(décès)
Archevêque de Cincinnati (Ohio)
Évêque titulaire de Lugura
Évêque auxiliaire d'Atlanta (Géorgie

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

BiographieModifier

PrêtreModifier

Joseph Bernardin est ordonné prêtre le pour le diocèse de Charleston en Caroline du Sud.

ÉvêqueModifier

Nommé évêque auxiliaire d'Atlanta en Géorgie le avec le titre d'évêque in partibus de Lugura, il est consacré le suivant, à l'âge de 38 ans. Il se retire de cette charge le .

Le , il est nommé archevêque de Cincinnati dans l'Ohio avant de devenir archevêque de Chicago dans l'Illinois le .

Barack Obama dit de lui qu'il avait subi son influence quand il était à Chicago : « [Il] était fortement 'pro-vie'. Ne s'en cachant pas il était très cohérent et s'exprimait sur un éventail de questions liées à son option 'pro-vie'. Ce qui signifie qu’il était préoccupé par la pauvreté, par la façon dont les enfants étaient traités, par la peine de mort, par la politique étrangère[1]. »

CardinalModifier

Joseph Bernardin est créé cardinal par le pape Jean-Paul II lors du consistoire du avec le titre de cardinal-prêtre de Gesù Divin Lavoratore.

Abus sexuelsModifier

Joseph Bernardin a mis en place des réformes afin de lutter contre les agressions sexuelles par des membres de l'église et a expulsé certains prêtres coupables d'abus sexuels. Mais il lui est aussi reproché d'avoir protégé certains prêtres coupables d'agressions sexuelles. Ainsi il n'a pas engagé de procès canonique à l'égard du prêtre Norbert Maday. Informé des abus du prêtre John Curran en 1990, il a laissé celui-ci travailler auprès d'enfants jusqu'en 1995. William J. O'Brien est maintenu comme prêtre alors qu'il est accusé du viol d'une religieuse et d'agression d'un séminariste[2]. »

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :