Joseph-Nicolas Delisle

astronome français

Joseph-Nicolas Delisle, dit Delisle le cadet ou le jeune, né le et mort le à Paris, est un astronome et cartographe français.

BiographieModifier

C'est l'un des onze fils de l’historien Claude Delisle. Comme beaucoup de ses frères, et notamment Guillaume Delisle, il entreprend des études classiques, mais il s'oriente rapidement vers l'astronomie sous la direction de Jacques Cassini. En , il entre à l'Académie des sciences comme étudiant de Giacomo Filippo Maraldi[1]. Devenu adjoint, puis associé astronome à l'Académie en 1716 et 1719, professeur au Collège de France en 1718 et membre de l’Académie de Rouen[2], il a pour élèves Jean-Paul Grandjean de Fouchy, Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande et Charles Messier, et rencontre Halley et Newton en personne[3].

Bien que bon scientifique et membre d'une famille aisée, il ne dispose pas de grands moyens. Sa vie change radicalement lorsqu'il est appelé par le tsar de Russie Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg en pour fonder et diriger une école d'astronomie à l'Académie des sciences de Russie, où il appelle, en 1726, son frère Louis[4]. Il fonde l'observatoire de Saint-Pétersbourg. Il y devient relativement riche et célèbre, à tel point que lorsqu'il revient à Paris en 1747, il reçoit le titre d'astronome et peut créer son propre observatoire à l'hôtel de Cluny[3] ; cet observatoire sera plus tard rendu célèbre par Charles Messier.

 
L'observatoire de Saint-Pétersbourg[5].

Delisle montra notamment que les arcs-en-ciel sont causés par la séparation de la lumière du soleil par les gouttes d'eau. Il travailla également sur le calcul de la distance de la Terre au Soleil et observa le transit de Mercure et le transit de Vénus. Il est connu surtout pour une échelle de température, inventée en , l'échelle Delisle, qui sera utilisée en Russie pendant presque un demi siècle[6].

Il réalise des observations météorologiques à Saint-Pétersbourg de 1727 à 1747 qui ont été utilisées par le Père Cotte dans son traité de météorologie[7]. Il poursuit à Paris jusqu'en 1760 et utilise plusieurs thermomètres à mercure et à esprit de vin afin de pouvoir faire des intercomparaisons entre les instruments[8]. Ces données sont conservées à l'Observatoire de Paris.

Il est mort octogénaire, pauvre et oublié.

Il était membre de l'Académie des sciences de Russie[9] (depuis 1747) et membre étranger de l'Académie royale des sciences de Suède (depuis 1749).

Voyage en SibérieModifier

En 1740, Delisle entreprit une expédition en Sibérie dans le but d'observer depuis Beriozovo le transit de Mercure à travers le soleil. Un compte rendu de l'expédition se trouve dans le tome 72 de L'Histoire générale des voyages (1768)[10]. Parti de Saint-Petersburg, le , Delisle et son parti sont arrivés à Beriozovo, sur la rive de l’Ob, le 9 avril, après avoir voyagé via Moscou, la Volga et Tyumen. Le 22 avril, date du transit de Mercure, le soleil était cependant obscurci par les nuages, et Delisle n'a donc pu effectuer aucune observation astronomique[10]:118. Delisle est rentré à Saint-Pétersbourg, le , après avoir séjourné à Tobolsk et à Moscou en route.

Observations scientifiques non astronomiquesModifier

Tout au long de l'expédition, Delisle a enregistré de nombreuses observations ornithologiques, botaniques, zoologiques (par exemple, le castor sibérien[10]:120, géographiques et autres observations scientifiques. Dans « Extrait d'un voyage fait en 1740 à Beresow en Sibérie » publié dans l’Histoire générale des voyages, les observations ethnographiques de Delisle sur les peuples autochtones qu'il a rencontrés (Votyaks[10]:90-91, Ostiaks[10]:103-104, 106-108, 113, 141, Tartares[10]:148-151, p. 166-168, Vogouls[10]:172-173 et Tchouvaches[10]:198-203 contiennent des détails sur leurs croyances religieuses, leurs coutumes matrimoniales, leurs moyens de subsistance, leur alimentation et leur costume. Il semble que Delisle ait même prévu d'écrire une étude générale sur les peuples de Sibérie[11]. Dans les articles non publiés de Delisle, il y a un document intitulé « Ordre des informations à faire sur chaque nation différente », qui donne un aperçu structuré des données ethnographiques à collecter pour chaque nation sibérienne particulière : son histoire, sa zone géographique, ses relations avec les autres pouvoirs en place, le système de gouvernement, la religion (par exemple, la croyance en Dieu, le diable, la vie après la mort), la connaissance des arts et des sciences, les caractéristiques physiques, le costume, les occupations, les outils, les mœurs, les habitations et la langue[11].

Cabinet de curiositésModifier

Le , Delisle a visité un monastère à Tobolsk où, en plus des manuscrits russes et vieux-slaves, on lui a montré une défense de mammouth et d’autres ossements « d’une grandeur extraordinaire[10]:156-7 ». L'abbé raconta à Delisle que l'année précédente, un marchand sibérien du nom de Fugla, déjà célèbre pour sa force prodigieuse (il avait combattu et tué un ours à mains nues), ajouta encore à sa renommée quand il a trouvé près de Ienisseïsk une tête de mammouth intacte « d’une grosseur étonnante[10]. » Delisle lui-même était un collectionneur infatigable et lors de son expédition en Sibérie, il saisit chaque occasion pour compléter son cabinet de curiosités, rapportant avec lui non seulement des copies de manuscrits et d’ossements de mammouths comme ceux qu’il avait observés à Tobolsk, mais également des « objets hétéroclites », « qui comprenaient des éléments du costume ostiak, un carquois samoyède, un seau d'écorce, des pierres rares et de la porcelaine de Tobolsk[11]:516-8.

Correspondance (partielle)Modifier

CartesModifier

 
Cratère Delisle, photo d'Apollo 15

ÉponymieModifier

PublicationsModifier

  • « Observation du passage de Mercure sur le Soleil », Mémoires de l’Académie Royale des Sciences,‎ , p. 166 (lire en ligne, consulté le 18 juin 2020)
    Transit de Mercure du . Signé « Delisle le cadet ».
  • Explication de la carte des nouvelles découvertes au nord de la mer du Sud, Paris, Desaint & Saillant, (lire en ligne).
  • Mémoire sur la carte de l'ancienne Palestine ou de la Terre sainte : Par M. de L'Isle, Paris, chez l'auteur, (lire en ligne).

Notes et référencesModifier

  1. (en) Thomas Hockey, The Biographical Encyclopedia of Astronomers, Springer Publishing, , 1348 p. (ISBN 978-0-387-31022-0, lire en ligne).
  2. Alexandre Héron, Liste générale des membres de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen de 1744-1745 à 1900-1901, Rouen, L. Gy, l. gy, 1903, 112 p. (lire en ligne).
  3. a et b Bernard Foix, Une présence française : le voyage savant de l’astronome Le Gentil (1725-1792), Paris, Édilivre, , 246 p. (ISBN 978-2-41434-168-9, lire en ligne).
  4. Matthew H. Edney et Mary Sponberg Pedley, The History of Cartography : volume 4: Cartography in the European Enlightenment, Chicago, University of Chicago Press, , 1920 p. (lire en ligne).
  5. « Vue de l'observatoire et de l'église de Spaskaja à Beresow du côté du Nord ».
  6. François Casati, Le Thermomètre de Lyon, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, , 112 p. (ISBN 978-2-90523-058-4, lire en ligne).
  7. Louis Cotte, Traité de Météorologie, Paris, Imprimerie royale, , 694 p.
  8. Daniel Rousseau, « Les Mesures thermométriques de Joseph-Nicolas Delisle à Paris d'octobre 1747 à décembre 1760 », La Météorologie,‎ (ISSN 0026-1181, DOI https://doi.org/10.4267/2042/67428, lire en ligne)
  9. (ru) « Делиль Осип Николаевич (Жозеф-Никола) (Delisle Ossip Nicolaievitch (Joseph-Nicolas)) », Académie des sciences de Russie (consulté le 18 juillet 2016)
  10. a b c d e f g h i et j Continuation de l’Histoire Générale des Voyages, ou Collection Nouvelle, 1°. des Relations des voyages par mer, découvertes, observations, descriptions, Omises dans celle de feu M. l'Abbé Prévost, ou publiées depuis cet Ouvrage, 2°. des Voyages par terre faits dans toutes les parties du monde, contenant Ce qu'il y a de plus remarquable, de plus utile et de mieux avéré dans le Pays où les Voyageurs ont pénétré ; avec les Mœurs des Habitans, la Religion, les Usages, Arts, Sciences, Commerce, Manufactures, & c., vol. 72, Paris, chez Rozet, 1768, p. 84-217.
  11. a b et c Marie-Anne Chabin, « L’Astronome français Joseph-Nicolas Delisle à la cour de Russie dans la première moitié du XVIIIe siècle », L’Influence française en Russie au XVIIIe siècle, éd. Jean-Pierre Poussou, Anne Mézin et Yves Perret-Gentil, Institut d'Études Esclaves, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2004, p. 514-515.
  12. « Dessinée à Pétersbourg en 1738 d'après les cartes, mémoires, mesures et observations des gens du pays ; traduit du géorgien en français par le secrétaire du roi de Georgie ; publiée en 1766 par M. Joseph Nicolas Delisle ».

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :