Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forbes.

Guillaume Forbes
Image illustrative de l’article Guillaume Forbes
Biographie
Naissance
L'Île-Perrot
Ordination sacerdotale ,
par Mgr Édouard-Charles Fabre
Décès (à 74 ans)
Ottawa (Ontario, Canada)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Mgr Paul Bruchési
Archevêque d'Ottawa
Évêque de Joliette

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Guillaume Forbes, né le , probablement à l'île Perrot (Québec, Canada), et mort le à Ottawa (Ontario, Canada), est un prélat catholique canadien, évêque de Joliette de 1913 à 1928 puis archevêque d'Ottawa de 1928 à sa mort.

Sommaire

BiographieModifier

Famille et formationModifier

Né le sous le nom de Joseph-Guillaume, il est le fils d'un cultivateur nommé John Forbes et de son épouse Octavie Léger. Il est ainsi le deuxième enfant d'une famille de 16 frères et sœurs, parmi lesquels Mgr John Forbes, Père blanc et évêque de Vaga. Il est d'origine écossaise ; en effet, son arrière-grand-père paternel, John Forbes, émigra d'Écosse avec l’armée du général James Wolfe afin de se rendre au Canada où il travailla notamment à la propagation de la foi catholique[1].

Sa famille s'installe à Montréal en 1869. De 1872 à 1878, il fréquente l’académie commerciale catholique de Montréal puis fait ses études classiques au petit séminaire de Montréal de 1878 à 1884 et entreprend des études en théologie au grand séminaire de Montréal. Il est ordonné prêtre le par Mgr Édouard-Charles Fabre[1].

Ministère pastorauxModifier

Le 26 avril suivant, après quelques semaines de ministère au sein du diocèse de Valleyfield, il est nommé vicaire de la mission Saint-François-Xavier-de-Caughnawaga, dans l'archidiocèse de Montréal. Il passe quatre ans auprès des Iroquois qui le surnomment « l'homme à l’esprit clair et au bon cœur », puis devient directeur de la mission de 1892 à 1902. Il rénove alors l’église et le presbytère, apprend la langue iroquoise et publie notamment une grammaire et un almanach dans cette langue[1].

Le , il est nommé curé de Sainte-Anne-du-Bout-de-l’Île, charge qu'il exerce jusqu'au , lorsqu'il est nommé curé de Saint-Jean-Baptiste, à Montréal, où il entreprend la collecte des financements et les plans pour la reconstruction de l'église paroissiale victime d'un incendie trois mois plus tôt[1].

ÉpiscopatModifier

Évêque de JolietteModifier

Le , soit peu de temps après ses noces d’argent sacerdotales, il est nommé évêque de Joliette par le pape Pie X. Il est alors consacré le 9 octobre suivant en la cathédrale Saint-Charles-Borromée, par Mgr Paul Bruchési, assisté de Mgrs Joseph-Médard Émard et William Andrew Macdonell. Il fonde tout d'abord l'Œuvre de la Sainte-Enfance en 1914 puis réorganise l'Œuvre de la propagation de la foi en 1915 et la met à disposition des Sœurs missionnaires de l'Immaculée-Conception de la vénérable Délia Tétreault[1].

Son épiscopat est particulièrement marqué par son esprit missionnaire. Il participe notamment à la fondation du séminaire des Missions étrangères de la province de Québec, dont l'objectif est de former des missionnaires et d'encourager les missions en Extrême-Orient. Il est alors nommé secrétaire du comité épiscopal et siège au conseil d’administration de la société des Missions étrangères dès le . Le , à Saint-Vincent-de-Paul, il bénit la chapelle du séminaire des missions, puis, en 1925, il ordonne les premiers prêtres de la société. Enfin, le 1er juin, il reçoit le serment de stabilité des premiers membres, et, le 11 septembre, il veille au départ des premiers missionnaires pour la Mandchourie, en République Populaire de Chine[1].

Archevêque d'OttawaModifier

Le , Mgr Forbes est nommé archevêque d’Ottawa par le pape Pie XI. Il est alors intronisé le 29 mars lors d’une cérémonie à la basilique-cathédrale Notre-Dame d’Ottawa, présidée par Mgr Andrea Cassulo[2]. Le , il reçoit le pallium, et, le , il est nommé assistant au trône pontifical. Il fonde, en 1932, l'Œuvre pontificale de Saint-Pierre-Apôtre et l’Œuvre pontificale de la Sainte-Enfance[1].

Il continue de soutenir la société des Missions étrangères et encourage la fondation par les oblats de Marie-Immaculée du séminaire Saint-Paul, affilié à l'université d'Ottawa et spécialisé dans la théologie. Il encourage également l'établissement de congrégations religieuses et fait installer un noviciat et un scolasticat anglophones ainsi que le scolasticat de la Société des missionnaires d'Afrique. Il associe aussi son archidiocèse à l'Action catholique, invite le clergé de son archidiocèse à coordonner les « œuvres religieuses existantes » et encourage l'engagement des laïcs. De 1928 à 1938, il fonde huit paroisses ainsi que la mission Notre-Dame-de-la-Présentation d’Overbrook en 1930[1].

Rome ayant une grande confiance dans son jugement, il permet à plusieurs de ses prêtres d'accéder à l’épiscopat, parmi lesquels Mgrs Joseph Charbonneau, Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve et John Christopher Cody[1].

Le , après la consécration de son successeur, Mgr Alexandre Vachon, il fait un malaise, est transporté à l’Hôpital général des Sœurs de la charité d’Ottawa et reste très affaibli jusqu'au 22 mai suivant, date à laquelle il meurt à l’âge de 74 ans[1].

Voir aussiModifier