Ouvrir le menu principal

José Samyn

coureur cycliste belge puis français
Cet article concerne le coureur cycliste. Pour la course masculine, voir Le Samyn ; pour la course féminine, voir Le Samyn des Dames.
José Samyn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 23 ans)
GandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Belge (-), Français ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Équipes professionnelles
1967-1968Pelforth-Sauvage-Lejeune
1969Bic

José Samyn est un coureur cycliste français des années 1960. Né le , il meurt le des conséquences de ses blessures pendant une course à Zingem, en Belgique.

Sommaire

BiographieModifier

Né le 11 mai 1946 à Quiévrain en Belgique[1], d'un père français et d'une mère belge[2], José Samyn court très jeune avec les routiers belges, ce qui lui permet de perfectionner ses qualités de sprinter. Il prend la nationalité française en 1964[2].

En amateur, Samyn remporte plusieurs courses et se classe cinquième de Paris-Tours en 1966 parmi les professionnels[2].

Passé professionnel en mai 1967 dans l'équipe nordiste "Pelforth-Sauvage-Lejeune", il obtient de bons débuts, notamment dans les Quatre Jours de Dunkerque, ce qui l'amène à être sélectionné dans l'équipe des "Bleuets" du Tour de France[2]. Benjamin du Tour 1967, il termina à la 17e place, après avoir remporté la 11e étape Briançon-Digne en réglant au sprint trois coureurs échappés avec lui. Il fait aussi une bonne fin de saison en terminant à la troisième place de Paris-Tours, la "classique des sprinters".

1968 le voit remporter une étape dans Paris-Nice, puis terminer à la deuxième place de la Flèche wallonne, battu au sprint par Rik Van Looy[2] qui remporte ainsi sa dernière grande victoire. Ces performances amènent Marcel Bidot, sélectionneur national, à retenir José Samyn dans l'équipe de France du Tour 1968, en qualité d'équipier et de sprinter. Il chute lors de la quatrième étape. Accusé de dopage à la suite d'un contrôle positif au corydrane, produit ingéré à la suite de sa chute sur proposition de son directeur sportif[2], Samyn est mis hors course dès la 8e étape et suspendu un mois. Très affecté par cette décision, il parle un moment de renoncer au cyclisme, puis se ravise[2].

Incorporé dans l'équipe Bic, aux côtés de Jacques Anquetil et Jan Janssen en 1969, Samyn remporte la course par étapes du Tour de l'Oise, devant le sprinter belge Willy Planckaert[2]. Sélectionné dans le Tour de France, José Samyn arrive hors des délais à l'issue de la 6e étape se terminant au Ballon d'Alsace et est éliminé.

Percutant un spectateur puis tombant sur sa tête lors d'un critérium en Belgique disputé à Zingem, une course qu'il dispute à la suite du forfait de Raymond Poulidor, Samyn tombe dans le coma, puis décède le 30 août 1969, à l'âge de 23 ans.

À la suite de son décès, la course du Grand Prix de Fayt-le-Franc, qu'il avait remportée en 1968 lors de sa première édition, est rebaptisée Le Samyn à partir de 1970[2].

PalmarèsModifier

Palmarès amateurModifier

Palmarès professionnelModifier

Résultats sur les grand toursModifier

Tour de FranceModifier

3 participations

  • 1967 : 17e, vainqueur de la 11e étape
  • 1968 : hors-délais (8e étape)
  • 1969 : hors-délais (6e étape)

RéférencesModifier

  1. Acte de décès disponible au ministère des affaires étrangères
  2. a b c d e f g h et i Stéphane Deneits, « Qui était José Samyn ? », sur velochrono.fr,

Voir aussiModifier