Ouvrir le menu principal

José Maria da Silva Paranhos Júnior

politicien brésilien
José Maria da Silva Paranhos Júnior
Barão do Rio Branco (fotografia).jpg
José Maria da Silva Paranhos Júnior vers 1875.
Fonction
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière de Caju (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Faculté de Droit de Recife (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Mère
Vicomtesse de Rio-Branco (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Alfred da Silva-Paranhos (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Marie Philomène Stevens (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Parti conservateur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinction
COA Baron of Rio Branco.svg
blason
signature de José Maria da Silva Paranhos Júnior
signature

José Maria da Silva Paranhos Júnior (Rio de Janeiro, ibidem, ), baron de Rio Branco (en portugais Barão do Rio Branco) était un avocat, historien, diplomate et homme politique brésilien, qui fut ministre des Affaires étrangères entre 1902 et 1912.

BiographieModifier

Il négocia des litiges frontaliers entre le Brésil et quelques-uns de ses voisins, et il consolida les frontières du Brésil moderne. Il est considéré comme l'un des Brésiliens les plus illustres, et son habileté diplomatique et son travail ont été essentiels aussi bien pour gagner les arbitrages qui ont opposé le Brésil à l'Argentine et à la France, que dans l'incorporation au Brésil d'un nouveau territoire pris à la Bolivie, l'Acre.

Il a été nommé baron peu avant la fin de la période impériale. Mort le 10 février 1912, pendant le carnaval de Rio, il est enterré au cimetière de Caju (en), au nord de la ville.

La capitale de l'État de l'Acre (Rio Branco) et l'Académie diplomatique du Brésil (Institut Rio Branco) portent son nom. En 1912, l'Avenida Central de Rio de Janeiro a été renommée Avenida Rio Branco.

C'est en son honneur qu'a été instaurée la première minute de silence de l'histoire, par le sénat portugais. Elle dura dix minutes, le 12 février 1912.

Vie privéeModifier

Il est le père de cinq enfants : Raul (1873), Marie-Clothilde (1875), Paulo (1876), Amélie (1878), et Hortencia (1885).

CitationsModifier

« Le territoire c'est la puissance »[Où ?] [Quand ?].

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :