Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Joliette (Québec)

ville du Québec (Canada)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joliette.
Joliette
Joliette (Québec)
Cathédrale Saint-Charles-Borromée
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Lanaudière
Subdivision régionale Joliette (Chef-lieu)
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Alain Beaudry
2017-2021
Démographie
Gentilé Joliettain, aine
Population 20 484 hab.[1] (2016)
Densité 892 hab./km2
Population de l'aire urbaine 49 439 hab.
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 45″ nord, 73° 26′ 18″ ouest
Superficie 2 297 ha = 22,97 km2
Divers
Langue(s) Français
Code géographique 61025
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Joliette

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Joliette

Géolocalisation sur la carte : Lanaudière

Voir la carte administrative de la zone Lanaudière
City locator 14.svg
Joliette

Géolocalisation sur la carte : Lanaudière

Voir la carte topographique de la zone Lanaudière
City locator 14.svg
Joliette
Dans la MRC : Joliette

Joliette est une ville du Québec, au Canada, située dans la municipalité régionale de comté de Joliette, dont elle est le chef-lieu, et la région administrative de Lanaudière[2] et la 5e plus grande ville de Lanaudière.

Sommaire

ToponymeModifier

« Barthélemy Joliette baptise l'endroit L'Industrie, car il désirait faire de ce village un centre industriel d'envergure. Lors de son incorporation, en 1864, la nouvelle ville a pris le nom de Joliette en reconnaissance de l'action de son fondateur. Devenue cité en 1918, elle fusionne avec Joliette-Sud en 1966, laquelle a été créée en 1957, et reçoit son statut actuel de ville en 1981 » [3].

HistoireModifier

 
Barthélemy Joliette par Vital Desrochers (vers 1838)

L'histoire de la fondation de Joliette remonte au temps de Barthélemy Joliette, époux de Marie-Charlotte De Lanaudière, qui devient en 1823 développeur de la seigneurie de Lavaltrie, anciennement tenue par les seigneurs de Lanaudière.

Il fait construire des moulins à scie et à cardes sur les bords de la rivière L'Assomption. Il fera aussi construire un imposant manoir en pierre et d'autres moulins sur le site actuel de l'école Les Mélèzes.

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de sept districts.[4].

Joliette
Maires depuis 2002
Élection Maire Qualité Résultat
2002 René Laurin Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 Alain Beaudry Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

DémographieModifier

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
17 541 17 837 19 044 19 621 20 484

CultureModifier

La musique prend une place importante à Joliette, lui donnant d'ailleurs sa devise ornée d'une clef de sol : « Joliette, Sol de musique ». On y voit la naissance de l'Orchestre symphonique des jeunes de Joliette (OSJJ) fondé et dirigé par le Père Roland Brunelle dès 1971. Fernand Lindsay crée en 1978 le Festival d'été de Lanaudière qui est un festival international de musique classique.

La ville abrite aussi le musée d'art de Joliette fondé en 1976 grâce au travail du père Wilfrid Corbeil qui a été rénové de façon importante en 1992 et agrandi en 1994.

ÉducationModifier

Le collège constituant de Joliette partie intégrante du Cégep régional de Lanaudière

La Commission scolaire des Samares gère les écoles publiques francophones suivantes :

  • École secondaire Thérèse-Martin
  • École secondaire Barthélemy-Joliette
  • École Primaire Des Mésanges
  • École Primaire Saint-Pierre (Marie-Charlotte)
  • École Primaire Les Mélèzes
  • École Primaire Monseigneur J.-A. Papineau
  • Maternelle Wilfrid-Gervais

La Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier gère les écoles publiques anglophones suivantes :

Écoles privées francophones:

ÉvêchéModifier

 
La cathédrale.

SportsModifier

 
Rivière l'Assomption

La ville a accueilli les compétitions de tir à l'arc des Jeux olympiques de Montréal en 1976[7]et les Jeux du Québec durant l'été 1978. D'ailleurs, on retrouve toujours le site de tir-à-l'arc dans le quartier Base-de-Roc.

Joliette a également été l'hôte des jeux d'hiver d'Olympiques spéciaux Québec en février 2011.

On peut aussi y patiner l'hiver sur la rivière L'Assomption, la deuxième plus longue patinoire extérieure sur rivière du Canada et la plus longue du Québec.

Une équipe de hockey sénior a pignon sur rue depuis septembre : Les Sportifs de Joliette, qui évoluent localement au Centre Marcel-Bonin. Les Joliettains, ainsi qu'un grand nombre de Lanaudois, assistent en très grand nombre aux parties locales.

Commerce et industrieModifier

 
Galeries Joliette

Le centre commercial appelé Galeries Joliette abrite plus de 130 magasins et restaurants. Il ne comporte qu'un seul étage, alors les agrandissements, lorsque nécessaires, se font en allongeant les galeries. L'ensemble occupe donc une vaste superficie.

Le centre-ville de Joliette compte près de 250 entreprises dans le domaine des services, du commerce, de la restauration et des bars. Il a été rénové en 2008-2009.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. Gouvernement du Québec, « Joliette », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  3. Toponymie : Joliette
  4. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux
  5. "JOLIETTE ELEMENTARY ZONE." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 17 séptémbre 2017.
  6. "Joliette High School Zone Sec 1-5." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 5 séptémbre 2017.
  7. Robert Bérubé (dir. et Directeur général), C.O. Roger Rousseau (dir.) et al., Jeux de la XXIe Olympiade Montréal 1976 : Rapport officiel, vol. II Installations, Ottawa, , 239 p. (lire en ligne [PDF]), p. 190

Municipalités limitrophesModifier