John le Scot

John le Scot, John de Scotia (c'est-à-dire: Jean d'Écosse) (1206 – début juin 1237[1]), lord de Garioch (en Écosse), comte de Huntingdon à partir de 1227 puis 7e comte de Chester (en Angleterre), à partir de 1232, est un prince écossais, héritier présomptif du trône d'Écosse de 1219 à sa mort.

John le Scot
John the Scot.svg
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Aristocrate, MagnatVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Mathilde de Chester (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Elen ferch Llywelyn (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
John the Scot.svg
blason

BiographieModifier

John dit « le Scot » est le seul fils légitime survivant de David de Huntingdon († 1219), le frère des rois d'Écosse Malcolm IV d'Écosse et Guillaume Ier d'Écosse, et de Mathilde (ou Maud) († 1233), fille de Hugues de Kevelioc, comte de Chester[1].

À la mort de son père en 1219, John, qui n'est qu'un enfant, est placé sous la tutelle de son oncle, Ranulph de Blondeville, le 6e comte de Chester[1]. En 1222, il épouse Hélène, fille de Llywelyn le Grand, roi de Gwynedd (Pays de Galles)[1].

Il ne reçoit son héritage, l'honneur de Huntingdon, qu'à sa majorité, le [1].

Son oncle maternel, Ranulph de Blondeville, meurt sans héritier le , et ses terres sont partagées entre ses héritiers. Toutefois, il semble que Ranulph avait un accord avec le roi Henri III d'Angleterre pour que John soit son héritier principal[2]. John est donc créé comte de Chester le [1]. Il semble qu'ensuite, les autres cohéritiers de Ranulph aient changé d'avis sur la division, car en 1235, ils commencent à contester le partage[2]. La mort de John met fin à cette dispute en 1237[2].

Le roi Alexandre II d'Écosse († 1249) n'ayant pas d'héritier mâle avant 1241, John le Scot est également héritier présomptif du trône d'Écosse, entre la mort de son père en 1219 et sa propre disparition[3].

John le Scot meurt sans descendance à l'âge de 31 ans, peu avant le , à Darnhall (Cheshire)[1],[4]. Ses trois sœurs sont ses cohéritières. Elles se partagent ses domaines et transmettent leurs droits potentiels à la couronne d'Écosse à leurs descendants. Il est inhumé dans le chapitre cathédral de l'abbaye de Chester[1].

MariageModifier

En 1222, John le Scot épouse Helène (Elen), fille de Llywelyn le Grand. Cette union reste stérile.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h Keith Stringer, « David, earl of Huntingdon and lord of Garioch (1152–1219) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, édition en ligne, janvier 2008.
  2. a b et c Richard Eales, « Ranulf (III), sixth earl of Chester and first earl of Lincoln (1170–1232) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, édition en ligne, octobre 2008.
  3. Michael Brown, « John of Scotland and the Royal Succession », The Wars of Scotland 1214-1371, Edinburgh, 2004, p. 27.
  4. John the Scot sur Medieval Lands.

SourcesModifier